Autres terres

Municipalités de la Colombie-Britannique

Municipalités de la Colombie-Britannique

Villes et villages de la Colombie-Britannique

Voici quelques-unes des municipalités de la province de la Colombie-Britannique : Albert Bay, Armstrong, Black Creek, Bowser, Buckley Bay, Sayward (et sa maison historique de Cable Cook), Campbell River, Chemainus et Chilliwack. Vous pouvez en apprendre plus sur d’autres municipalités de la Colombie-Britannique en vous rendant sur ces pages : Municipalités de la Colombie-Britannique – II, 

Albert Bay

Alert Bay est un village situé sur l’île Cormorant (Cormorant Island) dans le district de Mount Waddington, en face de l’île-de-Vancouver. La municipalité regroupe environ 600 résidents et c’est un centre de renom de la culture des premières nations de la province de la Colombie-Britannique.

D’ailleurs, c’est aussi un pôle d’attraction pour les touristes qui aiment admirer des baleines, pêcher ou suivre des itinéraires écologiques.L’île de Cormorant Island se trouve à 3 kilomètres des côtes de l’île-de-Vancouver et à environ 300 kilomètres de l’île de Vancouver. Alert Bay est la communauté la plus ancienne de toute la région nord de l’île-de-Vancouver.

Le village d’Alert Bay a été fondé officiellement en 1946, mais les Autochtones y habitaient depuis des milliers d’années, alors que les premiers colons y viennent au début du XXe siècle. On trouve dans le village des édifices historiques, dont le siège de la Cour, daté de 1923, l’hôtel Plaza & Nimpkish, construit en 1920 et les chantiers navals de 1908.

Une vingtaine de galeries d’art et d’ateliers artistiques se trouvent dans le village. On y trouve des ateliers de fabrication de bijoux et d’autres articles d’artisanat comme des masques traditionnels de la nation de Kwakwala’wakw, des ornements et des vêtements. Le centre culturel U’mista (U’mista Cultural Centre), le centre culturel Shock des Cultures (Culture Shock) et d’autres centres représentant les premières nations s’y trouvent. On peut s’y renseigner sur l’art traditionnel, les danses, les chansons, les légendes, les cérémonies, la langue des peuples autochtones qui y habitent.

En été, le groupe culturel de danse T’sala y propose des spectacles.Les itinéraires touristiques incluent une visite au cimetière indien ‘Namgis.

Ville d’Armstrong

La ville d’Armstrong se trouve au coeur de la Vallée de Spallumcheen qui se situe entre la Vallée de l’Okanagan et la Vallée de Shuswap, en Colombie-Britannique.

La ville a été incorporée en 1913. Son nom rappelle le souvenir de M. E.C. Heaton Armstrong, banquier anglais qui a financé la construction du chemin de fer Shuswap & Okanagan Railway, en 1892. Aujourd’hui, Armstrong est une ville à l’ambiance plutôt rurale et regroupe 5000 résidents.

Le climat de la région est très clément et les terres qui entourent la ville d’Armstrong sont parmi les plus fertiles de la Colombie-Britannique. C’est un des centres de production de blé de l’ouest canadien et on y trouve un grand nombre de fermes.

Les entreprises industrielles de la ville d’Armstrong sont des usines de transformation des produits agricoles, soit Colonial Farms qui produit une vaste gamme de produits de poulet, Askews Foods (produits variés) et Village Cheese (produits laitiers). La compagnie Emcon Services (rénovation et maintien des routes) est d’importance provinciale.

Autour de la ville sont aménagés des terrains de golf, des postes de pêche et des rampes de lancement pour les bateaux de plaisance. La station de ski Silver Star, ainsi que le réseau de motoneige de Hunters Range se trouvent tout près d’Armstrong.

La distance entre Armstrong et la ville de Vernon est d’environ 30 kilomètres.

L’Armstrong-Spallumcheen Museum se trouve dans l’édifice des anciennes usines Armstrong Machine Shop. Ce complexe historique est composé de trente bâtiments, dont une école, une épicerie, une forge et d’autres édifices.

Le Caravan Théâtre d’Armstrong est un théâtre renommé en Colombie-Britannique.

Un train touristique reliant Armstrong à Kelowna, appelé le Train du Vin, fait renaître l’ambiance des chemins de fer canadiens des années 1950. Son trajet est aménagé le long de pittoresques lacs, collines et jardins fruitiers. Le train s’arrête à la gare historique de Vernon qui date de 1911.

Armstrong est aussi un centre important de sport équestre. Des rencontres y sont organisées dont le Show Riding Club Horse, le show de l’Association Arabian Horse et le Show Icelandic Horse Club.

Réserve amérindienne de Beecher Bay

La réserve de Beecher Bay est une petite communauté amérindienne, située sur l’île-de-Vancouver, dans le comté d’East Sooke, en Colombie-Britannique et peuplée par environ 240 résidents, membres de la nation Scia’new.

Toutefois, les autochtones utilisent l’appellation Scia’new pour désigner leur municipalité, composée des hameaux de Beecher Bay-1 et Beecher Bay-2. La communauté est située à environ 30 kilomètres au sud-ouest de Victoria, capitale de la province.

Il s’agit d’une petite réserve, dont les maisons sont en bois et où il n’y a pas de trottoirs pavés, ni d’espace commercial. La source première des revenus des habitants est la pêche. D’ailleurs, une marina a été aménagée dans la baie qui est très calme. La langue du peuple de Scia’new est le Hul’q’umi’num’, une langue salish, mais tous les résidents ou presque parlent en anglais dans leur famille.

 

Village de Bowser

Le village de Bowser regroupe une population permanente de moins de 200 résidents.

Il est situé sur la côte Est de l’Île-de-Vancouver, à environ 65 kilomètres au nord de la ville de Nanaimo, le long des rives du détroit de Georgie. C’est le meilleur endroit de l’île-de-Vancouver pour ramasser des moules. Les huîtres de Bowser jouissent également d’une popularité incomparable parmi les habitants et les touristes.

Dans les années 1930, le propriétaire du Bowser Hôtel apprit à son chien Mike à apporter de la bière aux clients, à prendre l’argent et à rapporter la monnaie. Les résidents vous jureront que l’origine des figurines Bowser, prisées par les adolescents un peu partout sur la planète, est liée à ce célèbre chien.

Le village doit son nom à l’Honorable William J. Bowser, premier ministre de la Colombie-Britannique en 1915 et 1916.

À Bowser, on peut se baigner, faire des excursions en canoë et en kayak, jouer au golf, se promener à cheval, explorer des grottes et des cavernes. Avant et après la collecte des moules, on peut aussi goûter d’excellents mets locaux.

L’Arrowsmith Golf & Country Club, avec son parcours de 18 trous, est situé à 10 minutes du centre-ville.

Au nord de Bowser, le parc provincial de Rosewall Creek s’étend sur 63 hectares. À 8 kilomètres du village, le parc provincial de Spider Lake est très prisé par les amateurs de sports nautiques.

Bowser est situé sur l’autoroute 19 de l’île-de-Vancouver.

Village de Buckley Bay

Buckley Bay est un village minuscule, situé en Colombie-Britannique, sur la côte Est de l’île-de-Vancouver. Il ne regroupe que 200 résidents. Cependant, Buckley Bay est un lieu propice à la villégiature et le terminal des traversier Buckley Bay est le point de départ et d’arrivée des ferries qui desservent les îles pittoresques situées à proximité de l’île-de-Vancouver comme l’île Denman ou l’île Hornby. Buckley Bay est situé juste en face de l’île Denman et la traversée ne prend qu’une dizaine de minutes, alors que le voyage vers l’île Hornby prend une demi-heure.

Autrefois, Buckley Bay était un des ports d’importance destinés à l’exportation du charbon, produit par l’Union Coal Company dans les mines de Cumberland, situées près du village, mais vers 1960, l’extraction du charbon cesse et les grands transporteurs quittent ces lieux. Aujourd’hui, l’élevage des huîtres, la pêche, la baignade, bref, une vie calme et tranquille caractérise cette localité aux plages sablonneuses, aux sentiers proches du littoral et aux vastes forêts.

D’ailleurs, ces côtes sont un bon endroit pour la plongée en scaphandre autonome (scuba diving), et le parc provincial de Strathcona, l’un des parcs les plus célèbres de l’île-de-Vancouver, se trouve tout près.

La distance entre Buckley Bay et Courtenay est de 20 kilomètres et celle entre Buckley Bay et Nanaimo est d’environ 85 kilomètres. On y arrive en suivant la pittoresque autoroute 19.

Municipalité de Sayward

Si on cherche le calme, la petite localité de Sayward (pas plus de 450 résidents permanents), située près des côtes de la baie de Kelsey et de l’embouchure de la rivière Salmon, dans la Vallée de Sayward, au nord de l’Île-de-Vancouver, est un lieu idéal.

La municipalité fut fondée au début des années 1890. À l’époque, on l’appelait Port Kusum. Son nom actuel lui fut donné en 1911 en souvenir de M. Williams Parsons Sayward, un charpentier originaire de Californie venu ici vers le milieu du XIXe siècle et qui est à l’origine de l’industrie forestière de l’île-de-Vancouver. En fait, il n’a jamais visité la vallée qui porte son nom, mais le gouvernement de la Colombie-Britannique décida d’honorer son nom de cette façon.

Pendant longtemps, le village n’était accessible que par voie maritime et la première route y fut ouverte après la Seconde guerre mondiale.

Sayward vit principalement de l’industrie forestière, mais comme la coupe du bois connaît des moments difficiles, le tourisme semble une bonne alternative. On peut visiter des cavernes et des grottes, faire des promenades en kayak, participer aux excursions d’observation des baleines ou visiter des forêts sauvages pleines d’animaux…sauvages.

Maison Cable Cook : Il s’agit d’une structure unique, installée à Sayward, une petite communauté du nord de l’île-de-Vancouver.

Ce bâtiment est construit entièrement à partir d’un câble d’acier, long de 2700 mètres. Jadis, il avait été utilisé pour maintenir le pont de la seule piste qui enjambe la rivière Salmon. Après avoir été enlevé du pont, on a décidé d’utiliser ce long fil pour la construction d’une maison originale qui est devenue aujourd’hui l’un des attraits incontournables de la partie nord de l’île-de-Vancouver.

Ce câble pèse 26 tonnes. Son diamètre varie, mais en moyenne il est de 2 pouces. Le câble est recouvert de polylite, un matériau plastique qui empêche l’oxydation. Les extrémités des câbles ont été laissés en leur état «naturel», ils sont donc oxydés et rouillés pour montrer au public comment était le câble quand il fut enlevé du pont. La base de la bâtisse est faite de ciment.

Le bâtiment, conçu en 1970 par Glen Duncan, abrite aujourd’hui le café Cable Cook House. La tradition locale veut que le goût des mets cuisinés y est beaucoup plus prononcé qu’ailleurs. En tout cas, les visiteurs sont impressionnés par la structure et par le menu du café.

Ville de Campbell River

Campbell River est une ville de la province de la Colombie-Britannique, située dans le comté de Strathcona, sur l’île de Vancouver. La ville est traversée par une rivière dont vous pouvez facilement deviner le nom…

Fondée en 1855 et devenue ville en 1947, Campbell River regroupe plus de 30 mille résidents. La ville porte le nom du Dr. Samuel Campbell, chirurgien sur le navire Plumper, qui a réalisé la cartographie de ces lieux au milieu du XIXe siècle. En fait, on donna les noms des officiers du navire aux collines, vallées et rivières de la région. Le Dr. Campbell a été plus heureux que les autres, car, en 1907, un bureau de poste fut construit à l’embouchure de la rivière qui portait son nom. Depuis, tout le monde connaît la ville de Campbell River.

Les premiers habitants du territoire étaient les peuples Salish, rejoints, et bientôt pourchassés, vers la fin du XVIIe siècle, par des Kwakwaka’wakw, du groupe Wakashan, qui venaient des territoires de Fort Rupert.

Le capitaine George Vancouver y débarque en 1792 avec ses vaisseaux Discovery et Chatham. Le canal qui sépare l’île Quadra et la ville de Campbell River s’appelle d’ailleurs le Passage Discovery. Le chef scientifique de l’expédition du capitaine Vancouver, M. Archibald Menzies, prit contact avec une tribu constituée d’environ 300 Salish qui lui ont raconté leurs misères. Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que l’arrivée du navire britannique Plumper, commandé par le capitaine George Henry Richards, met fin aux hostilités entre les Amérindiens.

Les habitants de Campbell River disent que leur ville porte le titre de Capitale mondiale du Saumon. Même si plusieurs autres villes canadiennes se disputent cet honneur, force est d’admettre que le saumon du Pacifique est une des richesses de la localité.

Parmi les autres sources de revenus de la ville, on trouve la forêt et le tourisme. Tout près de la ville, la compagnie NVI Mining possède des mines de zinc, d’or et d’argent. Une autre compagnie, Quinsam Coal, extrait du charbon. Ces mines emploient des centaines de résidents de Campbell River.

Un aéroport dessert la ville et une base d’hydravions se trouve sur la rivière Campbell. Un ferry relie la ville à l’île Quadra, et de superbes autoroutes permettent de rejoindre la ville de Courtenay, le village de Sayward, la ville de Gold River et Port Hardy.

Campbell River a été choisie comme lieu de tournage pour plusieurs films aux décors montagneux comme Le 13ème Guerrier de John McTiernan ou Sept ans au Tibet de Jean-Jacques Annaud.

Ville de Chemainus

Chemainus est l’une des plus intéressantes destinations touristiques sur l’île-de-Vancouver. Cette ville romantique d’une population de 5 mille personnes est localisée sur la côte nord-est de l’île, à une heure de route de Victoria.

La ville fut fondée en 1858, à l’époque de la construction navale. Son nom vient de l’expression amérindienne «Tsa-meeun-is», qui signifie «la Flèche brisée». Il fut emprunté à une tribu locale qui s’appelle Première nation de Chemainus.

Après l’arrivée du chemin de fer, dans les années 1880, la ville vit une brève période d’essor jusqu’au déclin de la construction navale.

Mais en 1982, Chemainus a su se distinguer par un projet original. Ses citoyens ont invité un groupe d’artistes pour peindre environ 40 murales et installer une quinzaine de sculptures dans les rues et sur les places de la communauté. Depuis, chaque année, de nouvelle œuvres s’y ajoutent. Elles représentent l’histoire de la ville et de ses habitants, ainsi que la vie des tribus amérindiennes de la région. La ville s’est ainsi transformée en une immense galerie d’art qui peut être parcourue dans une voiture tirée par des chevaux ou dans une auto déguisée en train à vapeur.

Naturellement, Chemainus est parsemée de boutiques et d’ateliers d’art, des comptoirs d’antiquités, de cafés et de restaurants où l’on peut parler d’art et admirer les œuvres d’artistes talentueux.

Des artistes peintres, des sculpteurs, des photographes et des artisans accueillent les visiteurs dans leurs ateliers.

Le Théâtre de Chemainus a vu passer les meilleures troupes canadiennes. Ses festivals et ses fêtes sont parmi les plus intéressantes de la Colombie-Britannique.

Un terminal de ferry se trouve à Chemainus, reliant l’île-de-Vancouver aux îles de Thetis et Kuper.

Depuis 2006, un Boeing 737 a été submergé en face de Chemainus pour créer un récif artificiel et un site pour les amateurs de plongée sous-marine.

Parmi un grand nombre d’autres attraits, on peut citer le club de golf Mount Brenton, des sentiers pour le vélo de montagne, ou encore le lac Silver qui regorge de truites frétillantes.

Ville de Chilliwack

La ville de Chilliwack porte avec fierté le titre de “Coeur vert de la province de la Colombie-Britannique” (The Green Heart of the Province). En effet, c’est le centre d’agriculture de la Vallée Fraser et c’est la deuxième ville en importance de la vallée après la ville d’Abbotsford. La ville est le siège du District régional de la Vallée Fraser (Fraser Valley Regional District).

Chilliwack est entourée de belles et hautes montagnes, dont les célèbres Mont Cheam et Mont Slesse. Trois rivières traversent le territoire de la ville, soit la rivière Chilliwack, la rivière Vedder et le majestueux fleuve Fraser. On y trouve aussi les lacs Cultus et Chilliwack, ainsi que de vastes forêts et espaces verts.

Le village de Chilliwack fut fondé en 1873, mais c’est seulement en 1980 que la localité est élevée au rang de ville. Depuis, c’est une des villes qui se développent le plus vite au Canada. Aujourd’hui, Chilliwack regroupe plus de 70 mille résidents dans la zone urbaine et 12 mille personnes habitent des régions rurales adjacentes qui sont officiellement dans le territoire de la ville.

Le territoire a été peuplé par les Premières nations à partir de 7 à 8 mille ans avant notre ère. On évalue à 30 mille personnes la population des Amérindiens Sto:lo qui habitaient sur le territoire au moment du premier contact avec les Européens. C’était donc un territoire densement peuplée par rapport à la majorité des autres zones d’habitat des Amérindiens dans l’actuelle Colombie-Britannique.

Les colons blancs commencent à affluer dans la vallée Fraser après la découverte d’or dans le Canyon Fraser, en 1857. Pour nourrir les nombreux prospecteurs, les pionniers fondent des fermes de culture de céréales le long du Fraser et c’est alors que le canton de Chilliwack est proclamé en 1873. Ce fut la troisième municipalité proclamée en Colombie-Britannique. Notons que l’orthographe du nom de la ville s’écrivait avant 1980 de deux façons différentes : Chilliwack et Chilliwhyeuk

La source principale des revenus de la ville est l’agriculture. Le tourisme et la villégiature son des domaines en croissance. Le parc provincial du lac Chilliwack (Chilliwack Lake Provincial Park) est devenu un pôle d’attraction pour de nombreux Canadiens et Américains qui viennent y taquiner le poisson, se balader le long du réseau des sentiers pédestres ou pratiquer le vélo de montagne.

Des terrains de golf, d’excellents sites du camping et de nombreux services pour les vacanciers caractérisent cette charmante ville.

La distance entre Chilliwack et Vancouver est d’environ 100 kilomètres, les deux villes sont reliées par l’autoroute Transcanadienne.

Municipalité d’Esquimalt

Le Canton d’Esquimalt est situé dans la région capitale de la Colombie-Britannique, à une dizaine de minutes du centre-ville de Victoria. Environ 17 mille résidents y vivent.

Plus de 30 parcs parsèment le territoire d’Esquimalt. La municipalité possède aussi de belles plages. Cependant, Esquimalt doit sa notoriété à la base militaire des Forces armées canadiennes, aussi le développement économique du canton est-il étroitement lié à cette base depuis 1865, année de son inauguration.

Avant l’arrivée des colons européens, ce territoire était occupé par les Amérindiens Salish de la Côte pacifique, dont les traces d’occupations remontent à 4000 ans. Mais la flotte britannique découvre les avantages du port d’Esquimalt qu’ils créent en 1848.

Le nom de la localité a été emprunté aux Amérindiens qui appelaient l’endroit Es-Kvu-Malt ce qui signifie «lieu entouré d’eaux».

Notons que le Dock d’Esquimalt est le plus grand chantier naval civil dans toute la région Pacifique du Canada.

Les touristes qui viennent visiter Esquimalt, peuvent profiter du sentier de West Bay qui relie Esquimalt à Victoria. Le Gorge Vale Golf de 18 trous, ainsi qu’un grand nombre de gîtes, de restaurants, de cafétérias, de bars, un pub historique sont toujours pleins.

Esquimalt est le siège du Musée Naval et Militaire, dont les édifices historiques, construits au XIXe siècle, occupent une partie de l’espace de la base militaire.

Musée Naval et Militaire d’Esquimalt

Le Musée Naval et Militaire d’Esquimalt est une institution muséale qui se concentre sur l’histoire de la Marine canadienne dans le Pacifique, l’Histoire du corps des Femmes dans les Forces armées canadiennes (The Canadian Women’s Army Corps) et sur l’histoire de la défense du littoral pacifique canadien.

Le musée possède également une vaste collection d’archives et une riche bibliothèque. On y trouve des milliers de photographies, des cartes de navigation, des documents textuels, des registres Lloyd et Jane (registres des navires militaires).

Le musée retrace la présence militaire canadienne dans le Pacifique depuis les débuts de la Colombie-Britannique, ainsi que l’histoire de la base militaire d’Esquimalt et la participation des Canadiens dans les guerres au cours du XXe siècle.

L’idée de la création d’un musée de la base navale d’Esquimalt naît dans les années 1940. Dans les années 1950, le prince d’Edimbourg, Prince Philip, donne à la base d’Esquimalt un buste de l’Amiral Nelson, en guise de premier objet, c’est ainsi que le musée voit le jour en 1955.

En 1977, toutes les collections du musée tenaient dans une pièce de la base d’Esquimalt. C’est grâce aux efforts de la Société des Amis du Musée (Friends of the Museum Society) que le Musée a été développé et a déménagé dans les locaux spatiaux qu’il occupe maintenant.

Ville de Sooke

Sooke est d’abord un important centre d’exploitation forestière situé à 30 kilomètres de la ville de Victoria, capitale de la Colombie-Britannique. D’autre part, Sooke est un centre de pêche et le port le plus méridional du Canada sur le Pacifique.

L’industrie du bois traversant une période difficile, la ville se tourne vers le tourisme et grâce à son climat tempéré, plutôt chaud et sec en été, elle attire beaucoup de visiteurs.

Sooke regroupe environ 10 mille résidents permanents, mais un grand nombre de vacanciers font presque doubler sa population en saison touristique. Le nom de la municipalité vient du mot T’Sou-ke, nom d’une tribu indienne qui habitait ces lieux autrefois. Plus tard, le mot a désigné un poisson local. Sooke a été fondé par le capitaine Walter Grant qui achète un terrain de la Compagnie de la Baie d’Hudson et y construit une ferme. Il plante aussi les premières graines des genêts que l’on voit aujourd’hui pousser un peu partout sur l’Île de Vancouver.Sooke est connu également pour son Musée historique régional, son Show annuel de Beaux-Arts, mais aussi son concours des bûcherons qui a lieu en juillet et qui comprend des démonstrations de roulage de billes, d’abattage, de sciage, de lancement de haches et d’autres jeux.

De plus, la localité est célèbre pour son saumon grillé dans une fosse remplie de braises, à la manière des Amérindiens. La ville possède des dizaines de restaurants, boutiques, gîtes du voyageur, marinas et autres services.

Un service d’autobus relie Sooke à Victoria et il est possible de rejoindre la capitale provinciale en une demi-heure.

Municipalité de Zeballos

Zeballos se trouve dans la baie d’Esperanza, sur la côte ouest de l’Île-de-Vancouver. C’est l’une des plus anciennes municipalités de Colombie-Britannique. En effet, Zeballos est née vers la fin du XIXe siècle, en tant que village de pêcheurs. Aujourd’hui, un peu plus de 240 résidents y habitent.

Zeballos est située entre les villes de Woss et de Nimpkish, à une demi-heure de Woss.

Le nom du village témoigne de la présence des Espagnols dans ces régions du Pacifique, car c’est le capitaine Alejandro Malaspina qui, en 1792, baptise la baie locale en l’honneur d’un officier de ses navires, le lieutenant Ciriaco Cevallos. Les Espagnols y ont cherché de l’or, sans trop de succès.

Le village devient fameux au début des années 1930, quand on découvre de l’or dans les collines environnantes. Comme toujours, les prospecteurs et les aventuriers y affluent en grand nombre. Certains bâtiments témoignent de l’époque de la fièvre de l’or de Zeballos.

Vers la fin des années 1930, on compte à Zeballos plus de 1500 résidents. On y trouvait trois hôtels, des buanderies, deux compagnies de taxi et un journal hebdomadaire. La construction d’une école et d’un grand hôpital étaient en cours. Cependant, vers 1939, la production d’or diminue. En 1942, les mines sont fermées.

La coupe du bois maintient le village à flot pendant quelques années. En 1962, on y ouvre une mine de fer qui est en opérations jusqu’en 1969. D’autres tentatives pour rouvrir des mines d’or ont échoué.

Aujourd’hui, la coupe du bois est toujours le secteur qui aide Zeballos à survivre, mais la pêche industrielle et sportive se développent, ainsi que les activités liées au tourisme d’aventure.

Les gîtes y sont confortables et accueillants, et on trouve dans cette petite localité trois cafétérias!

Près de Zeballos se trouvent deux lacs très poissonneux, soit le lac Anutz et le lac Atluck. De plus, le village est devenu un paradis pour les amateurs de kayak. La rivière Zeballos abrite des saumons, mais elle attire aussi ses prédateurs: les ours noirs, les aigles chauves et des hommes plus ou moins chevelus.

Pour accéder à Zeballos, il faut emprunter l’autoroute 19, puis tourner juste au nord de Woss. Il faudra suivre ensuite une route de gravier de 40 kilomètres. Des orignaux, des ours et des cerfs vous salueront sans doute au passage.

Fait historique: à Zeballos, les routes étaient littéralement recouvertes d’or. En effet, la mine située près de la communauté utilisait ces routes pour le transport du minerai d’or, aussi de la poussière d’or s’y déposait-elle régulièrement.

Apex Mountain Resort en Colombie-Britannique. Source de la photographie : Apex Mountain Resort.
Apex Mountain Resort en Colombie-Britannique. Source de la photographie : Apex Mountain Resort.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *