Autres terres

Maine

Maine

L’État du Maine

L’État américain qui porte le nom d’une rivière française

L’État du Maine est un état américain, constitué en 1820. Il couvre une superficie d’environ 86 500 kilomètres carrés et regroupe environ 1 million 300 mille habitants. Le centre administratif du Maine est la ville d’Augusta. La plus grande ville est la ville de Portland.

Le Maine est le plus grand état de la Nouvelle-Angleterre.

La partie est de l’État du Maine se distingue par un grand nombre de vallées boisées. Le paysage se caractérise par des marais, mais le centre et l’ouest sont montagneux. Le long de la côte, on trouve beaucoup d’îles et îlots. Plusieurs cours d’eau le traversent : la rivière Saint-John, la Sainte-Croix, le Penobscot, le Kennebec, connues pour la pêche, qui apporte de grands profits à l’économie du Maine. Au total, le Maine possède plus de 6 000 lacs et étangs. Des montagnes, le Mont Katahdin est le plus haut avec ses 1 586 mètres d’altitude.

L’État du Maine a de fortes racines françaises et acadiennes, souvent oubliées. Même son nom vient du nom de la rivière française La Maine, l’une des plus courtes de France, d’une longueur de 12 kilomètres qui traverse la ville d’Angers avec son imposant château des Ducs d’Anjou pour se jeter ensuite dans la Loire au niveau de la commune de Bouchemaine. Son nom est dérivé du terme Maienne, signifiant localement la rivière du milieu.

En effet, c’est en 1604 que Samuel de Champlain découvre sur les côtes du Maine l’île qu’il nomme Mont Désert à cause des montagnes sans végétation qu’il décrit en détail. Cette île est située à l’intérieur de l’actuel parc national d’Acadia sur la côte du Maine.

Le Mont Cadillac, le plus connu des sept sommets de l’État du Maine porte le nom d’un autre français, Sieur Antoine Laumet de Lamothe Cadillac.

Vers la fin du XVIIe siècle, le grand guerrier Pierre Le Moyne d’Iberville visita les villages et les fortifications acadiennes à Pentagoët aujourd’hui connu sous l’appellation Castine et au Fort Pemaquid (ou Pemequid, comme on l’écrit de nos jours).

Au XIXe siècle, l’État du Maine est devenu le lieu où la plupart des immigrants québécois se sont dirigés en quête d’une meilleure vie, soit des centaines de milliers d’immigrants d’expression française. Ils travaillèrent dans le domaine de la construction, dans l’industrie forestière ou dans l’industrie du textile un peu plus tard, quand de nombreuses manufactures de textile s’y ouvrirent. Plusieurs d’entre eux étaient des travailleurs saisonniers qui retournaient dans leurs familles au Québec pour l’hiver. Certains se sont établis dans le Maine sur ces terres agricoles fertiles. D’autres continuèrent leur chemin vers le sud et l’ouest américain.

rivière du maine

Maine. Vie calme… Photo, droit d’auteur Maria Polotskaia.

Avant 1842, une grande partie des habitants du Maine (devenu un état américain en 1820 après la division de l’État du Massachusetts) étaient des francophones. C’est alors en 1842, avec la signature du Traité d’Ashburton-Webster que l’époque des conflits et des tensions entre le Canada et les États-Unis est finie, la frontière entre les deux pays est définitivement établie et la communauté francophone est divisée en deux. Les résidents de la rive droite deviennent citoyens américains, tandis que ceux de la rive gauche sont désormais des Canadiens. En 1919, une loi sur l’éducation a interdit l’utilisation de la langue française dans les écoles et depuis, plusieurs familles francophones ont oublié peu à peu la langue française.

Aujourd’hui, d’après les recensements, environ le tiers des habitants sont d’origine française, canadienne française ou acadienne, soit plus de 330 mille habitants du Maine. Environ 70 000 habitants du Maine parlent le français assez bien et l’utilisent souvent, en parlant avec des touristes du Québec.

lobster maine

Maine. Restaurant Lobster Crossing. Photo, droits d’auteur Maria Polotskaia.

Maine, toponyme et origine du nom

Cette ancienne province de France était située entre l’Anjou au sud, la Bretagne à l’ouest, la Normandie au nord et L’Orléanais à l’est. Le Maine correspondait ainsi aux actuels départements de la Mayenne et de la Sarthe. Les géographes ont l’habitude de diviser le Maine en bas Maine et haut Maine. Le bas Maine est une partie du Massif Armoricain.

C’est un pays agricole au paysage de bocage. La Mayenne y a favorisé l’émergence des plus grandes villes sur ses rives : notamment Mayenne et Laval. D’un autre côté, le haut Main abrite lui aussi des paysages bocagers, mais les grandes cultures y sont plus présentes. La région sablonneuse et peu fertile, autour du Mans, la capitale de la région, s’est convertie aux cultures maraîchères. C’est un événement sportif qui a fondé la célébrité de cette dernière ville : les « 24 heures du Mans » voient en effet les meilleurs coureurs automobiles s’affronter sur ses pistes. En être vainqueur apporte la consécration. Au Moyen Âge, d’autres types d’affrontements avaient cours.

Ainsi, les comtes d’Anjou et les ducs de Normandie rivalisent entre eux pour obtenir l’autorité sur le Maine. En 1126, il finit par être rattaché à l’Anjou par mariage et fut sous la domination anglaise quand le comte d’Anjou devint roi d’Angleterre. Il fut repris par la France en 1290 et rattaché définitivement au domaine royal en 1481. Plus tard, la guerre de Vendée, sous la Révolution Française, s’étendit de l’autre côté de la Loire, éprouvant particulièrement le Maine. Au XVIIe siècle, plusieurs dizaines d’emigrants de cette province ont peuplé la Nouvelle-France, de sorte qu’aujourd’hui 3,4 % de la population québécoise francophone tire ses origines de cette ancienne région. Aussi, un canton de l’Outaouais porte-t-il le nom du Maine depuis 1955.

Celui-ci est situé à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Maniwaki. Les rivières Désert et Tomasine le traversent au nord, et il est baigné par le lac Maine, le lac Désert, le lac Rond et plusieurs autres. Le canton de Maine a pour voisins d’autres cantons qui ont reçu des noms de provinces françaises : ainsi le canton de Limousin le coiffe au nord et le canton d’Angoumois le borne au sud. À l’ouest, il touche à trois autres cantons : Orléanais, Picardie et Isle-de-France. Sur le plan odonymique on trouve une seule rue du Maine, à Charlesbourg.

Pour en apprendre plus sur les États-Unis :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *