Autres terres

Ligne du temps : 9 février

Ligne du temps : 9 février

Ligne du temps : 9 février

C’est arrivé un jour, un 9 février, au 20e siècle

9 février 1911 : Les aviateurs français Noël et Delatorre perdent la vie quand leur avion s’écrase à Douai.

9 février 1937 : Un avion bimoteur de United Airlines s’écrase dans la baie de San-Francisco, causant onze pertes de vie.

9 février 1942 : Le matin, de bonne heure, la Normandie, gloire de la Compagnie Générale Transatlantique, qui avait coûté 56 millions de dollars à ses armateurs et qui remporta plusieurs fois le Ruban Bleu sur l’Atlantique, a chaviré de côté près d’un quai de la rivière Hudson. Retenu pour remplir un rôle de premier plan comme transport de troupes, le luxueux paquebot était en réfection à New York. Un incendie éclata à l’intérieur de sa superstructure. Le feu fut maîtrisé en moins de 40 minutes, mais les tonnes d’eau déversées à l’intérieur par les pompiers ont fait chavirer le navire. La Normandie fut finalement envoyée à la ferraille.

9 février 1943 : Fin de la bataille de Guadalcanal, le Japon souffre un grand revers.

9 février 1945 : Les avions chasseurs à réaction allemands Messerschmitt 262 font des ravages au sein des escadrilles de bombardiers alliés.

9 février 1953 : Une bombe éclate à la légation soviétique à Tel-Aviv.

9 février 1961 : Un avion soviétique transportant le président Leonid Brejnev viole l’espace aérien français en survolant le territoire algérien sans autorisation. Il subit des coups de semonce d’un réacté français.

9 février 1963 : Le Premier ministre irakien Abdul Karim Qasim est assassiné.

9 février 1964 : Le soir où les Beatles ont changé l’Amérique. Ce soir-là, les Beatles, alors quasiment inconnus, pulvérisèrent les records d’audience à l’émission télévisée d’Ed Sullivan. Ce fut la folie. Alertés plus par la rumeur que par le clip qu’avait diffusé la télévision six semaines plus tôt, 50 mille curieux voulurent assister au Show d’Ed Sullivan dans les studios de CBS. On en prit 728, mais déjà, le record de demandes – 7000 pour Elvis Presley, à ses débuts en 1957, était battu. Mais la surprise survint le lendemain quand l’audiomètre Nielsen accusa le record absolu pour une émission de variétés: 74 millions de téléspectateurs. Le 9 février 1964, l’Amérique retrouve sa voix grâce aux Beatles qui pulvérisèrent les records d’audience à l’émission télévisée d’Ed Sullivan. Il faisait froid ce 9 février 1964. Les Américains étaient encore sous le choc de l’assassinat de John F. Kennedy, survenu 10 semaines plus tôt, à Dallas. Ce fut la folie. Alertés plus par la rumeur que par le clip qu’avait diffusé la télévision six semaines plus tôt, 50 mille curieux voulurent assister au Show d’Ed Sullivan dans les studios de CBS. Même le prédicateur Billy Graham, plus habitué à “parler dans le poste” qu’à le regarder, sortit de sa réserve de révérend pour qualifier le groupe de “symptôme d’incertitude des temps et de la confusion des êtres”. On raconte que, pendant l’émission, le taux de criminalité aux Etats-Unis fut à son plus bas en 50 ans, qu’il n’y eut pas un vol à New York (banlieue comprise) et qu’aucun adolescent ne fut arrêté à Washington à l’heure cruciale. Dans le studio d’Ed Sullivan, en revanche, il fallut calmer les fans, surtout les filles, qui se déchaînaient devant ces nouvelles idoles. Les Beatles, eux, paraissaient bien sages, presque guindés, dans leurs costumes nets. Ils chantèrent “All My Loving”, “Till There Was You”, “She Loves You” et, après une publicité qui devait catapulter les ventes du cirage Griffin, “I Saw Her Standing There” et surtout “I Wanna Hold Your Hand”. Ce fut le délire. Un mois après leur apparition au Show d’Ed Sullivan, les Beatles vendaient 2,5 millions de disques aux Etats-Unis seulement. Des milliers de jeunes, le coeur chaviré par la disparition de John F. Kennedy se surprenaient à fredonner : She loves you, yeah, yeah, yeah. Selon de nombreux experts, rien n’aurait été plus salutaire après la tragédie de Dallas. L’Amérique était devenue muette de stupeur sous le coup d’un événement immense et terrible, écrit notamment Phillip Norman dans un ouvrage sur les Beatles. Et voilà qu’elle retrouvait sa voix grâce à un événement qu’aucune thérapeutique psychiatrique n’aurait pu égaler.

9 février 1966 : Des émeutes font sept morts et plus de 50 blessés à San-Domingue.

9 février 1967 : Un séisme fait 61 morts, 200 blessés et d’énormes dégâts, en Colombie.

9 février 1971 : Les dégâts se chiffrent par $1 milliard après un tremblement de terre qui a causé 35 morts, à Los Angeles.

9 février 1977 : L’Espagne et l’Union soviétique rétablissent les relations diplomatiques après l’échec des Républicains en Espagne en 1939.

9 février 1981 : Le général Wojciech Jaruzelski, ministre de la Défense, est nommé chef du gouvernement polonais, en remplacement de Josef Pinkowski.

9 février 1991 : Un référendum en faveur de l’indépendance de la Lituanie a lieu et la population vote en majorité écrasante pour l’indépendance de l’URSS.

9 février 1999 : La Macédoine ayant établi des relations avec Taïwan, Pékin rompt avec Skopje.

9 février 1999 : L’anniversaire de Barbie a été célébré un peu partout dans le monde. Barbie en pleine crise de la quarantaine. Avec sa jolie frimousse, son éternel sourire, et son corps longiligne, on imagine mal Barbie en pleine crise de la quarantaine. Pourtant, comme beaucoup de gens de son âge, la plus célèbre blonde de la planète tente, à 40 ans, de se réinventer : un tatouage sur le ventre et des copines portant un anneau au nez.Depuis sa première apparition publique, le 9 mars 1959, à la Foire du jouet de New York, le succès de la poupée lisse et sans âge, au corps de rêve ou supposé tel (taille de guêpe et seins en forme d’obus), aux multiples professions (plus de 75), ne s’est jamais démenti. Actuellement, l’entreprise Barbie rapporte au fabricant Mattel quelque deux milliards de dollars. Et Barbie reste la poupée la plus connue et la plus vendue au monde. « Les goûts des gamines changent. Elles ne jouent plus à la poupée autant qu’avant et elles cessent d’y jouer beaucoup plus jeunes qu’avant », explique Eric Johnson, professeur à l’Université Vanderbilt de Nashville (Tennessee). Bien sûr, ça rend Barbie nerveuse.

Barbie

Toutes les fois que les conditions d’un phénomène unique se trouvent réalisées, il ne manque jamais de se produire. (Marcelin Berthelot (homme politique et chimiste français). Barbie. Photographie par Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *