Autres terres

Ligne du temps : 7 juin

Ligne du temps : 7 juin

Ligne du temps : 7 juin

C’est arrivé un 7 juin sur la planète Terre au cours du 20e siècle

7 juin 1924 : La mort du Tsar Nicolas est vengée. Le ministre de la Russie soviétique en Pologne est tué par un étudiant. La victime avait signé la sentence de mort de la famille impériale des Romanov Londres – L’Evening News, l’un des journaux de lord Rothermere qui ont fait une vigoureuse campagne contre les rouges, en Grande-Bretagne, reconnaît que le ministre russe, M. Pierre Wojkoff (Voykoff), a été assassiné à Varsovie, en Pologne. C’est lui qui signa le décret de mort du tsar Nicolas et des membres de la famille impériale de Russie. L’Evening News fait cette remarque : Par l’assassinat de Pierre Voykoff tombé sous les coups de feu d’un royaliste, le châtiment est venu pour l’un des plus grands crimes de l’histoire. L’Evening ajoute que Wijkoff, connu sous le nom de Pierre Lazarevitch Vojkoff, en 1919, était président de l’exécutif soviétique provincial, à Ekaterinburg, et qu’en cette qualité, il a signé les sentences de mort des membres de la famille impériale russe. Il affirme que Voykoff a assisté à l’exécution qui fut effectuée, à Ekaterinburg, dans la cave de la maison d’Ipatieff. L’Evening News déclare que Voykoff était le plus haï de bolchevistes et que presque tous les pays avec lesquels l’Union soviétique a des relations ont poussé Voykoff comme envoyé diplomatique avant que la Pologne lui ait finalement permis de paraître sur son territoire. Le Meurtre de Wojkoff. Varsovie, Pologne, 7. – Le ministre soviétique en Pologne, M. Wojkoff, a été assassiné aujourd’hui, le 7 juin 1927, à la gare centrale de Varsovie par Boris Kowarda, un jeune étudiant russe. Le ministre était allé à la gare pour rencontrer A. P. Rosengolz, ancien chargé d’affaires russe à Londres, en route pour Moscou, à cause de la récente rupture des relations diplomatiques entre la Grande-Bretagne et la Russie soviétique. Quelques minutes avant l’heure fixée pour le départ du train, le jeune Kowarda a fait son apparition, a sorti un revolver de sa poche et a tiré six coups. Bien que mortellement blessé à la poitrine, M. Wojkoff a eu la force de tirer de sa poche son propre revolver, mais il est tombé avant de pouvoir s’en servir. (Kowarda, Koverda, Kaverda et Wojkoff, Voykoff – orthographe varie).

7 juin 1939 : Le premier ministre Chamberlain propose un accord de réciprocité absolue avec Moscou.

7 juin 1944 : L’invasion va bien, au témoignage des Allemands eux-mêmes. L’assaut allié prend la direction de Paris. Tout notre espoir en lui (Eisenhower). Deux têtes de plage solidement établies. 4,000 navires et des milliers de bateaux protégés par 11,000 avions ont commencé avec succès une invasion entre Cherbourg et le Havre. Pertes minimes des Alliés. Cain, objectif initial. Churchill se montre optimiste. Les signaleurs du second front. Les Canadiens vont revoir la Normandie. Des navires de la marine canadienne transportent les troupes canadiennes à la défense du pays de leurs ancêtres. Avant l’aube, ce matin pendant que Londres et le sud-est de l’Angleterre vibraient sous le tremblement des armadas aériennes les troupes canadiennes débarquaient avec les unités anglaises et américaines sur le littoral de France. Trois heures plus tard, Louis Hunter, de la Canadian Press, rapportait d’un aéroport de la RCAF que des aviateurs de retour à cette base racontaient sur les opérations sur la côte semblaient « bien organisées ». L’attaque aérienne exécutée avant l’assaut terrestre. Sérénité à Londres et Washington. Le concours des Français et le drapeau des nôtres au combat.

7 juin 1945 : L’Union soviétique décide d’occuper la moitié de l’Allemagne, malgré les protestations des Alliés.

7 juin 1945 : Quelque 600 bombardiers américains attaquent Osaka.

7 juin 1949 : Un avion de transport C-46 loué transportant 81 personnes, s’abat dans l’Atlantique près de San-Juan, Porto-Rico, et 53 des passagers perdent la vie.

7 juin 1951 : Sept criminels de guerre allemands ont été pendus la nuit dernière pour la responsabilité qu’ils ont assumée dans l’assassinat de milliers d’innocents. Ces bourreaux nazis, qui ont appliqué les directives d’extermination raciale mises à l’honneur par Hitler, sont morts sur l’échafaud derrière les murailles puissamment gardées de la prison de Landsberg, à l’endroit même où le führer a écrit une bonne partie de son Mein Kampf.

7 juin 1971 : L’Inde est frappée par une épidémie de choléra.

7 juin 1973 : Début de la visite historique du chancelier ouest-allemand Willie Brandt en Israël.

7 juin 1981 : Les Israéliens détruisent la centrale nucléaire de Tamuz, en Irak.

7 juin 1982 : L’armée israélienne se retrouve aux portes de Beyrouth.

7 juin 1988 : Cent millions d’enfants, peut-être le double, travaillent dans le monde, employés dès l’âge de 8 ans, à des tâches pénibles et pour des salaires dérisoires.

7 juin 1993 : 2,5 milliards par an contre le SIDA. Un appel de l’Organisation mondiale de la Santé et de la Banque mondiale à multiplier par 10 l’engagement financier dans la lutte contre l’épidémie a marqué hier, le 7 juin 1993, la première journée de la 9e Conférence sur le SIDA à Berlin. “Le traitement de cette maladie est encore inadéquat et irréaliste”, a déclaré Michael Merson, le directeur du programme contre le SIDA de l’OMS, dans son discours d’ouverture. “Tant de vies pourraient être sauvées, tant de souffrances évitées”, a-t-il déclaré en réclamant 2,5 milliards $ US par an pour les programmes de prévention du SIDA. Le directeur du programme SIDA de l’OMS a expliqué que son projet – qui entend multiplier par 10 ou 20 les fonds actuellement alloués – permettrait de sauver une dizaine de millions de vies d’ici l’an 2000 et d’économiser indirectement 90 milliards $ US, le coût de la prise en charge des malades. L’OMS prévoit que 30 à 40 millions de personnes seront atteintes du virus du SIDA en l’an 2000, dont 90% dans les pays en voie de développement. Quinze mille chercheurs et malades du SIDA originaires de 166 pays participent à cette conférence.

7 juin 1995 : Le gourou et six membres de la secte Aoum accusés de meurtre. Le gourou Shoko Ashara et sis autres membres de la secte Vérité suprême d’Aoum ont été officiellement inculpés pour meurtre et tentative de meurtre par le parquet de Tokyo après l’attentat terroriste au gaz sarin dans le métro de la capitale japonaise le 20 mars dernier. Plusieurs des lieutenants du gourou sont passés aux aveux, permettant à la police de réunir des preuves sur le rôle clé joué par le gourou dans la préparation de l’attentat du métro et de reconstituer la journée tragique de l’attentat. Neuf autres responsables de la secte ont été inculpés de préparation de meurtre pour avoir participé à l’installation des laboratoires chimiques, à l’achat des substances nécessaires et à la fabrication du gaz sarin. Ils n’ont cependant pas pris part à l’attentat lui-même. Du gaz sarin avait été répandu le 20 mars dans cinq rames de métro convergeant vers la station de Kasumigaseki desservant le quartier des ministères à Tokyo, tuant 12 personnes et intoxiquant 5000 autres.

Sous un gouvernement qui emprisonne injustement, la place de l'homme juste est aussi en prison. (Henry David Thoreau). Photographie par Megan Jorgensen.
Sous un gouvernement qui emprisonne injustement, la place de l’homme juste est aussi en prison. (Henry David Thoreau). Photographie par Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *