Autres terres

Ligne du temps : 3 août

Ligne du temps : 3 août

Ligne du temps : 3 août

C’est arrivé un 3 août au cours du XXe siècle

3 août 1906 : Un incendie détruit les bâtiments de l’Exposition universelle de Milan.

3 août 1914 : L’Allemagne déclare la guerre à la France et envahit la Belgique.

3 août 1916 : Exécution du traître irlandais, sir Roger Casement, à Londres.

3 août 1927 : Sacco et Vanzetti sont condamnés à mourir pour un meurtre commis en avril 1926.

3 août 1936 : L’Américain Jesse Owens gagne le 100m aux Jeux de Berlin, au grand dam du führer Adolf Hitler.

3 août 1937 : Un hydravion de la société Pan American-Grace s’abîme dans l’Atlantique avec 14 personnes à bord, au large de Cristobal, au Panama.

3 août 1952 : Un danger menace les Jeux olympiques Helsinki. – Avery Brundage, de Chicago, le nouveau président du Comité international olympique, a déclaré, le 3 août 1952, qu’un nationalisme outré menace les Jeux olympiques. Brundage parlait apparemment de l’extraordinaire et vive que se sont livrées les États-Unis et la Russie pour décrocher les honneurs des Jeux olympiques. Il a laissé savoir qu’il désapprouvait la pratique de faire l’addition des points des divers porte-couleurs d’un pays pour en arriver à décerner les honneurs des jeux à tel ou tel pays. Brundage a déclaré au cours d’une conférence de presse : « Si ces jeux dégénèrent en une compétition nationale, nous aurons quelque chose de bien différent de ce que nous sommes disposés à obtenir. Si cela devient une lutte gigantesque entre deux grandes nations riches en talents en en ressources, l’esprit des Jeux olympiques sera détruit. « Le Comité olympique est vivement inquiet de cet esprit de nationalisme. Nous ne savons pas ce que nous pouvons faire à ce sujet mais nous nous proposons d’étudier le problème. Déjà nous avons fait adopter une résolution demandant aux journaux d’abandonner la tendance à parler du succès des pays, et d’appuyer surtout sur les exploits individuels, ce qui est le véritable but des Jeux olympiques. » L’agence de nouvelles russe TASS a déclaré que la Russie ne se propose pas de faire aucun calcul sur les points obtenus par chacun des pays. (Prononcées dans les heures qui ont suivi la cérémonie de clôture des Jeux olympiques d’Helsinki, ces paroles de l’ex-président Brundage avaient quelque chose de prophétique et les faits lui donnèrent d’ailleurs amplement raison.

3 août 1954 : Décès à Paris, à l’âge de 81 ans, de la grande romancière Colette.

3 août 1958 : Lancement réussi d’un missile balistique intercontinental. Cap Canaveral, Floride. – Le missile balistique intercontinental Atlas a été lancé à pleine force, hier, le 3 août 1958, dans son premier voyage d’essai réussi dans l’espace. Cette fusée de 100 tonnes à trois engins est la plus puissante arme jamais utilisée par le monde libre. Cette réussite éclatante a rehaussé le prestige du missile balistique intercontinental ICBM américain et compensé la faillite du 19 juillet 1958, alors qu’un Atlas à trois engins éclata très haut dans le ciel. L’Atlas a été mis à feu à 6 heures 16 p.m. H.A.E., propulsé par deux roquettes d’appui et un engin de soutien principal, fonctionnant à plein gaz. Une explosion de couleur orangée et une détonation assourdissante ont salué le départ du missile qui a monté tout droit, accélérant rapidement pendant 50 secondes, puis opérant un redressement et filant au sud-est à une vitesse de 15,000 milles à l’heure. Jusqu’à ce que cet Atlas eût été lancé à quelque 2,500 milles dans l’Atlantique, la Russie pouvait, d’un ton menaçant, prétendre être la seule à pouvoir atteindre des cibles sur un autre continent avec des cônes nucléaires. « C’est le premier essai réussi où l’on ait utilisé les engins d’appui et de soutien, déclare le communiqué. Ce projectile de 85 pieds de longueur a été lancé à une distance d’environ 2,500 milles pour éprouver les éléments de ces engins. » On s’attend de recevoir aujourd’hui une déclaration confirmant ce que les spécialistes en missiles savent déjà, c’est-à-dire que les États-Unis ont enfin mis en opération un missile balistique intercontinental. Mais des informateurs sérieux assurent que le succès d’hier signifie qu’au besoin on pourra charger le gros missile de carburant et l’envoyer à 6,200 milles avec une ogive thermonucléaire.

3 août 1958 : Le Nautilus passe du Pacifique à l’Atlantique sous l’Arctique. Cet événement est survenu le 3 août 1958, mais ce n’est que le 8 août que l’exploit a été révélé à la presse et au monde entier, à cause du secret militaire l’entourant. Washington : Le Nautilus, sous-marin atomique américain, a traversé la calotte de la terre, glissant rapidement et silencieusement sous les glaces du pôle nord. La Maison Blanche a annoncé, hier, la réalisation de ce voyage sous-marin du Pacifique à l’Atlantique, par voie de la mer Arctique, qui s’étend entre les États-Unis et la Russie. Le Communiqué de la Maison Blanche dit que le Nautilus a peut-être ouvert une nouvelle voie sous marine à des submersibles atomiques portant des cargaisons commerciales. Bien que le président Eisenhower ait orienté ses propos vers un usage pacifique de cette nouvelle voie, le Nautilus est un vaisseau de combat. Si le Nautilus peut se glisser sous la glace polaire, il est bien évident que des sous-marins polaires porteurs de missiles, maintenant en construction, pourront en faire autant. Le Nautilus, le premier sous-marin du monde à être propulsé par la puissance nucléaire, quitta la base américaine de Pearl Harbor, à Hawaii, dans le plus grand secret, le 23 juillet dernier. Le submersible fila par la suite, sans donner l’éveil, vers le nord, au-delà des îles Aléoutiennes, par le détroit de Behring, entre l’Alaska et la Sibérie. Par la suite, il se dirigea vers la frange des champs de glace de l’Arctique, puis poursuivit la route en plongée sous la calotte d’une épaisseur de 10 à 14 pieds. À la hauteur de Point Barrow, Alaska, le Nautilus dévia légèrement vers l’est. Pendant quelques minutes, le premier août au matin, le sous-marin monta en surface pour prendre des photographies. Puis il s’enfonça de nouveau dans les profondeurs pour poursuivre son voyage de 2,114 milles sous la glace. La plupart du temps, l’épaisseur de la glace au-dessus du navire était de 12 pieds en moyenne. À certains points, on calcula qu’elle était de 50 pieds et plus parfois. En sortant de la mer polaire, le Nautilus dirigea sa course entre le Groënland et l’Islande. Là un hélicoptère prit le capitaine du Nautilus à son bord et le conduisit à Washington, où il reçut les félicitations du président Eisenhower. Cette réussite maritime avait-elle pour but de contrebalancer les succès des premiers spoutniks russes? Les plans secrets qui ont entouré le voyage du Nautilus sous la glaces polaire ont en tout cas été préparés de telle sorte que l’affaire ne pouvait être connue qu’une fois terminée et réussie. 

3 août 1963 : Impliqué dans l’affaire Christine Keeler, en Angleterre, l’osthéopathe Stephan Ward se suicide.

3 août 1967 : Selon les rapports parvenus à l’Ouest, de violents combats auraient fait des milliers de morts et de blessés dans le sud de la Chine.

3 août 1967 : Anatole Kouznetsov renie toutes ses œuvres antérieures écrites sous le contrôle de la censure soviétique.

3 août 1972 : Le Sénat américain ratifie les accords SALT.

3 août 1977 : Décès de l’archevêque Makarios à l’âge de 63 ans. Le prélat de l’Église orthodoxe grecque était président de Chypre depuis l’accession de ce pays à l’indépendance en 1960.

3 août 1977 : Des révolutionnaires portoricains FALN frappent à New York, un mort sept blessés.

3 août 1980 : Prennent fin les Jeux de Moscou, les premiers à faire les frais du nationalisme outrancier qu’il déplorait, quatre ans avant que les Soviétiques et leurs vassaux socialistes remettent aux Américains la monnaie de leur pièce en boycottant les Jeux de Los Angeles. Ce nationalisme avait commencé à se faire sentir aux Jeux d’Helsinki, pourtant les meilleurs Jeux de l’histoire de l’avis de plus d’un connaisseur, de par leur simplicité, leur coût modeste et la cordialité attachante des Finlandais, à la suite de la lutte effrénée que s’étaient livrée les Américains et les Soviétiques).

3 août 1981 : Plus de 11 000 contrôleurs de l’air américains syndiqués se mettent en grève. Le président Reagan enjoint les grévistes de reprendre le travail, faute de quoi ils seraient congédiés.

3 août 1994 : La fille du King, héritière de Graceland, la demeure mythique d’Elvis Presley et le petit prince de la pop, le capricieux prodige Michael Jackson : ce n’est pas une union, c’est un conglomérat!, s’exclament déjà les avocats qui salivent devant une telle union dont on estime qu’elle pourrait peser plus de 200 millions de dollars. Pour Raoul Felder, un avocat renommé de New York, spécialisé dans les divorces, le mariage de Michael Jackson et de Lisa-Marie Presley fait déjà rêver tous les professionnels des divorces tumultueux – et juteux – qui imaginent le contrat de mariage du couple de stars.

Ceux qui aiment ont toujours raison. (Dany Laferrière, écrivain québécois d’origine haïtienne). Photographie de Megan Jorgensen.
Ceux qui aiment ont toujours raison. (Dany Laferrière, écrivain québécois d’origine haïtienne). Photographie de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *