Autres terres

Ligne du temps : 23 août

Ligne du temps : 23 août

Ligne du temps : 23 août

Les événements et faits les plus saillants qui ont eu lieu un 23 août au cours du XXe siècle sur la planète Terre

23 août 1927 : Sacco et Vanzetti exécutés à Boston. L’ordre règne lors de l’exécution de Sacco et de Vanzetti Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti ont été exécutés après un long procès. Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti ont été exécutés aujourd’hui pour le meurtre dont ils furent trouvés coupables, il y a six ans. Ils sont morts calmement, un peu après minuit, dans la chaise électrique, à la prison d’Etat de Charlestown, en protestant de leur innocence, en affirmant leur croyance en l’anarchie et en refusant les secours de la religion. Celestino Madeiros, condamné à mort pour le meurtre d’un caissier de banque de Wrentham, a été électrocuté quelques minutes avant les deux hommes qu’il avait essayé de sauver en avouant qu’il avait vu commettre le crime dont ils furent trouvés coupables, mais que ni Sacco, ni Vanzetti n’étaient là. Cette confession fut la base d’une motion pour demander un nouveau procès, mais elle ne fut pas crue. Après avoir eu recours à tous les cours et à toutes les ressources légales, les avocats de la défense essayèrent encore de trouver un nouveau moyen pour obtenir un sursis. Quatre avocats se rendirent à Williamstown, en automobile, pour demander un sursis à un juge de la Cour du circuit des Etats-Unis. Ils ne revinrent que lorsqu’ils apprirent, par téléphone, que Madeiros et Sacco avaient déjà été exécutés et que l’électrocution de Vanzetti n’était plus qu’une question de minutes. En se plaçant sur la chaise électrique, Sacco a crié : “Vive l’anarchie !” Sans un tremblement, Vanzetti s’est assis sur la chaise électrique en disant qu’il n’avait jamais commis de crime et en remerciant le geôlier pour tout ce qu’il avait fait pour lui. Sacco et Vanzetti furent exécutés pour le meurtre d’un payeur et de son gardien, à South Braintree, en 1920. La culpabilité avait été établie partiellement par des témoins oculaires. Sacco et Vanzetti protestèrent de leur innocence et soutinrent qu’ils étaient persécutés à cause de leurs principes radicaux. Grâce à l’intervention des gardes, l’exécution n’a pas été caractérisée par les désordres auxquels on avait tout lieu de s’attendre. Comme la minute fatale approchait, la foule fut repoussée et dut se tenir éloignée des portes de la prison. Seules purent assister les familles qui demeurent dans le voisinage. On les vit aux fenêtres. Plusieurs d’elles avaient invité des amis à passer la nuit. De la maison de la mort on entendit une voix rauque. – Sh, sh – c’est Vanzetti, déclara un garde. Un enfant de douze ans qui se tenait dans les environs, aperçut deux fils électriques qui passaient au-dessus de sa tête et attira l’attention sur lui en disant : – C’est là qui est le jus! Sur un toit se tenait un pompier, boyau en main. Un poste était là établi d’urgence depuis le 4 août, afin de prévenir un incendie possible et d’intervenir dans un cas de poussée générale. Mme Rose Sacco, la mère des enfants de Sacco, qui perdit connaissance il y a douze jours comme elle désirait se présenter devant le gouverneur, fit une apparition dramatique en compagnie de Mlle Vanzetti, qui elle-même venait de parcourir 4,000 milles pour faire ses adieux à son frère, dans la chambre de l’exécutif chez le gouverneur.

12-23 août 1961 : Environ 15 mille policiers et soldats est-allemands érigent le mur de Berlin. Jusqu’en septembre, 85 gardes-frontières et 400 civils fuient vers l’Allemagne de l’Ouest.

23 août 1999 : La Turquie sous le choque. Le tremblement de terre frappe le pays. Immeubles et ponts effondrés, routes éventrées, hôpitaux surchargés, réservoirs d’essence en feu, survivants creusant les décombres à mains nues à la recherche d’un proche : tel est le spectacle de désolation qu’offre le nord-ouest de la Turquie après le bref mais terrible tremblement de terre nocturne qui a fait des milliers de morts et de disparus. Le dernier bilan provisoire officiel donné dans la soirée par la cellule de crise gouvernementale faisait état de 2138 morts et 13 138 blessés, ce qui en fait d’ores et déjà le séisme le plus meurtrier jamais survenu dans l’ouest de la Turquie (les chiffres officiels du 23 août 1999, font état de 12 042 morts et 33 511 blessés). À Golcuk, l’une des villes les plus durement frappées. Quelque 500 immeubles abritant 20 000 familles se sont ainsi effondrés. « Il pourrait y avoir jusqu’à 10 000 personnes sous les débris », a déclaré son maire, Ismail Baris. Quelque 80 marins seraient également ensevelis dans les décombres de deux baraquements navals. Le tremblement de terre, d’une magnitude de 6,7 sur l’échelle ouverte de Richter, a surpris des millions de Turcs en plein sommeil. Il a commencé hier à 3h02 locales et a duré 45 secondes. Son épicentre était situé près d’Izmut sur le littoral de la mer de Marmara, à 150 kilomètres à l’est d’Istanbul. Plus de 300 répliques, dont une trentaine ont atteint ou dépassé la magnitude 5, ont suivi la secousse initiale. Le Centre industriel d’Izmit a payé le plus lourd tribut avec 844 morts et 2897 blessés, de même que les villes voisines de Yalova, située sur la mer de Marmara, avec 229 morts et 1431 blessés, et de Sakaya (200 km à l’est d’Istanbul) avec 560 morts et 2600 blessés. Parmi les autres villes de la région qui ont été touchés figurent Bursa, ainsi que Eskisehir et Bolu, plus à l’intérieur des terres.

Nous avions depuis longtemps cessé de nous écrire, mon père et moi. Hélas ! nous n'avions rien à nous dire. Il ne croyait pas à mon avenir d'écrivain et je croyais moins encore, s'il eût été possible, à la compétence de son diagnostic. Mépris pour mépris. Enfer et silence des deux côtés. (Léon Bloy Le Désespéré (1886). Photo : Musée de Bob Marley à Kingston, Jamaïque. Photo par ElenaB.
Nous avions depuis longtemps cessé de nous écrire, mon père et moi. Hélas ! nous n’avions rien à nous dire. Il ne croyait pas à mon avenir d’écrivain et je croyais moins encore, s’il eût été possible, à la compétence de son diagnostic. Mépris pour mépris. Enfer et silence des deux côtés. (Léon Bloy Le Désespéré (1886). Photo : Musée de Bob Marley à Kingston, Jamaïque. Photo par Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *