Autres terres

Ligne du temps : 22 avril

Ligne du temps : 22 avril

Ligne du temps : 22 avril

Événements les plus importants qui ont eu lieu un 22 avril au 20e siècle, ce qui a marqué le cours de la civilisation humaine

22 avril 1905 : La Section française de la IIe Internationale ouvrière (SFIO) est créée lors du Congrès du Globe (congrès de l’unité ou encore le 1er Congrès de Paris)

22 avril 1915 : Lors de la deuxième bataille d’Ypres (Première guerre mondiale), les Allemands utilisent pour la première fois du gaz chloré sur le front français.

22 avril 1918 : Le baron von Richthofen, fameux aviateur allemand surnommé le baron rouge, a été abattu dans la vallée de la Somme et sera enterré aujourd’hui avec les honneurs militaires. Il était le plus célèbre des hommes-oiseaux d’Allemagne, ayant remporté 76 victoires aériennes.

22 avril 1943 : Un appel de détresse lancé par un poste radiophonique clandestin semble indiquer que les nazis exécutent les derniers Juifs à Varsovie.

22 avril 1946 : Un enquêteur américain annonce que 20 à 30 millions d’enfants d’Europe ont besoin de secours et qu’il y a au moins 11 millions d’orphelins.

22 avril 1964 : Inauguration de la grande Foire mondiale de New York. Elle est divisée en cinq secteurs : industrie, pays étrangers, gouvernements fédéral et locaux des États-Unis, divertissements et transports. L’ouverture coïncide avec la célébration du 300e anniversaire de la fondation de New York.

22 avril 1989 : Entre les flonflons des fêtes foraines et les cérémonies officielles, le Grand-Duché de Luxembourg, l’un des plus petits pays du monde, fête les 150 ans de son indépendance.

22 avril 1992 : Guadalajara explode. Une série d’explosions fait sauter le système d’égouts de Guadalajara. Le 22 avril 1992, une série d’explosions a fait sauter le système d’égouts d’un quartier de Guadalajara, deuxième ville du Mexique, faisant 200 morts et entre 300 et 600 blessés. Le 22 avril 1992, une série d’explosions a fait sauter le système d’égouts d’un vaste quartier de Guadalajara, deuxième ville du Mexique, faisant au moins 200 morts et entre 300 et 600 blessés et rasant ou endommageant fortement un millier d’édifices, dont de nombreux bureaux et résidences. La catastrophe, survenue au cours de la matinée, a ravagé le centre-est de cette ville de trois millions d’habitants, capitale de l’Etat de Jalisco, située à quelque 500 kilomètres au nord-ouest de Mexico. « C’est une catastrophe, c’est écrié Juan Guzman Flores, porte-parole du gouvernement de Jalisco. C’est comme si la ville avait été ravagée par un tremblement de terre d’intensité 6 ou 7 sur l’échelle Richter. Les rues éventrées présentent des fosses béantes allant jusqu’à 15 mètres de largeur, des voitures ont été projetées sur les toits de maisons ou sont suspendues au sommet des arbres ». Les autorités locales ont affirmé que le gaz qui avait provoqué la catastrophe était de l’hexane, un solvant très volatile composé de carbone et d’hydrogène (C6H14) utilisé notamment dans la fabrication des huiles alimentaires, qui se serait échappé d’une raffinerie d’huile proche du quartier de la Reforma, où sont survenues les explosions, et aurait pénétré dans le système d’égouts. La catastrophe de Guadalajara est probablement la pire à survenir au Mexique depuis le tremblement de terre qui avait ravagé Mexico en 1985. De plus, l’Etat de Jalisco semble devoir porter une énorme part de responsabilité dans ce désastre, car en dépit des plaintes de résidants qui disaient avoir senti une odeur de gaz la veille, les autorités avaient décidé de ne pas faire évacuer le quartier. Alors que la nuit tombait sur Guadalajara, quelque mille sauveteurs continuaient de fouiller sans relâche les décombres, à l’écoute du moindre signal, du moindre cri.

Un bon leader de son pays, c’est comme le conducteur d’une voiture : il tourne le volant doucement, quand il le faut, en anticipant les effects, parce que s’il tourne le volant trop violemment, la voiture finit dans le fossé (Megan Jorgensen). Photo : Megan Jorgensen.
Un bon leader de son pays, c’est comme le conducteur d’une voiture : il tourne le volant doucement, quand il le faut, en anticipant les effects, parce que s’il tourne le volant trop violemment, la voiture finit dans le fossé (Megan Jorgensen). Photo : Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *