Autres terres

Ligne du temps : 18 novembre

Ligne du temps : 18 novembre

Ligne du temps : 18 novembre

Les événements les plus importants qui ont eu lieu un 18 novembre au XXe siècle

18 novembre 1903 : Signature du traité Hay-Bunau-Varilla, deux semaines après l’indépendance du Panama vis-à-vis de la Colombie, entre l’ingénieur français Philippe Bunau-Varilla et le secrétaire d’État américain John Hay. Il conclut la vente des droits d’exploitation et de construction du canal de Panama et de la zone autour de celui-ci. Par ce traité, les États-Unis achètent la concession, les actions et les avoirs de la Compagnie nouvelle du canal de Panama pour 40 millions de dollars, cession d’autant plus facilitée que, l’adoption de l’amendement Spooner un an auparavant par le Congrès américain a fait du canal le projet officiel du gouvernement fédéral. Le traité assurera le percement du canal du Panama.

18 novembre 1905 : Le Japon établit son protectorat sur la Corée.

18 novembre 1906 : Les anarchistes placent une bombe dans la basilique de Saint-Pierre de Rome.

18 novembre 1918 : Proclamation de l’indépendance de la Lettonie. Janis Cakste en devient le premier président.

18 novembre 1928 : Au Colony Theatre, à New York, projection du dessin animé «Steamboat Willie», ancêtre de Mickey Mouse.

18 novembre 1936 : Les régimes fascistes d’Allemagne et d’Italie déclarent leur appui à la rébellion anti-républicaine en Espagne.

18 novembre 1943 : Un millier d’avions déversent 1500 tonnes de bombes sur l’Allemagne.

18 novembre 1945 : Les Soviétiques occupent l’Azerbaïdjan du sud à la faveur d’un mouvement insurrectionnel.

18 novembre 1945 : Les autres partis s’étant retirés, les communistes gagnent les élections en Bulgarie ; le régime durera jusqu’en 1989.

18 novembre 1948 : L’Eire devient une république indépendante.

18 novembre 1955 : La revue hebdomadaire Oggi révèle que sa sainteté Pie XII a eu une vision de Christ dans la nuit du 2 au 3 décembre 1954, ce qui expliquerait sa guérison étonnante.

18 novembre 1966 : Le major américain William Knight établit un record de vitesse de 4159 km/heure aux commandes d’un X-15.

18 novembre 1966 : Aux États-Unis, l’église catholique renonce à interdire de manger de la viande le vendredi.

18 novembre 1968 : Fin de la grève des enseignants de New York, en vigueur depuis la rentrée scolaire.

18 novembre 1976 : À Madrid, le parlement entérine le retour à la démocratie, un an après la mort du dictateur Francisco Franco.

18 novembre 1977 : Tragédie du Temple du Peuple. Le suicide collectif de la secte de Jim Jones fait plus de 900 victimes. Le 18 novembre 1977, environ 912 personnes se tuent en Guyane. Sur une colline dominant la baie de San Francisco, loin du bruit et de l’agitation de la grande cité, une stèle de granit rappelle une tragédie… Là, sous l’herbe verte, reposent plus de 400 corps (du nombre total de 912 victimes), dont beaucoup d’enfants : les victimes de la folie d’un homme qui leur a ordonnée de se suicider. Jim Jones a crée sa secte, le Temple du Peuple, au début des années 1970 près d’Ukiah, à 160 km au nord de San Francisco où il a ensuite installé son siège. Le nombre de ses adeptes s’est rapidement développé et le Temple a pu financer des soins médicaux gratuits et un programme d’aide aux drogués qui ont encore accru sa notoriété. Mais, en 1977, des rumeurs ont commencé à circuler sur les pratiques de la secte et de Jim Jones, qui a alors déménagé son Temple pour l’installer dans un petit État d’Amérique du sud, la Guyane. Plusieurs centaines d’adeptes avec leurs enfants ont suivi leur gourou pour vivre, disaient-ils, en harmonie avec la nature dans une communauté égalitaire et multiraciale. Le représentant Leo Ryan a décidé d’aller voir sur place si tout était aussi idyllique. Le 18 novembre 1977, au moment où il repartait après sa visite, il devait être abattue avec trois journalistes et un transfuge de la secte dans une embuscade tendue par des adeptes de Jim Jones sur l’aérodrome de Port Kaituma. Quelques heures plus tard, devant le risque d’une intervention armée, le gourou devait ordonner aux 912 de ses adeptes qui l’avaient suivie de mettre fin à leurs jours en buvant du punch assaisonné de cyanure. Les enfants sont morts les premiers. Des parents avaient injecté la boisson empoisonnée dans la bouche de leurs bébés à l’aide de seringues. Puis ce fut le tour des adultes dont certains avaient manifestement été contraints de boire. D’autres ont été abattus par les gardes d Jim Jones. D’autres enfin ont échappé à la mort. Le gourou lui-même a été retrouvé tué d’une balle dans la tête. Mais n’a pas été possible d’établir s’il s’était suicidé ou s’il avait été assassiné. Les corps ont été ramenés aux Etats-Unis, mais beaucoup n’ont pu être identifiés. Plusieurs cimetières ont refusé de les accueillir avant que celui d’Evergreen accepte finalement, en 1979. C’est l’Église baptiste que a fait don de la petite stèle rappelant la drame. Les familles des victimes ont lancé une souscription pour faire ériger un monument portant les noms des morts et retraçant leur martyre. 

18 novembre 1983 : Le Conseil de sécurité des Nations unies refuse de reconnaître la République proclamée par les Chypriotes turcs.

18 novembre 1987 : Le président Reagan a failli à son devoir constitutionnel de « s’assurer que la loi est fidèlement respectée » par son personnel et porte donc « l’ultime responsabilité » du scandale d’Irangate, affirme le rapport des Commissions d’enquête du Congrès.

18 novembre 1987 : À la station Kings Cross, du métro de Londres, un incendie fait 31 morts; le feu avait débuté sous un escalier roulant avec des parties en bois.

18 novembre 1990 : Une première femme gagne une grande course à la voile: Florence Arthaud dans la route du Rhum, entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre dans les Antilles.

18 novembre 1992 : Quatre tonnes de cocaïne sont saisies, dans un avion venu de la Colombie et atterri à Casey, en Haute-Mauricie, après avoir été suivi par des chasseurs américains et canadiens.

18 novembre 1995 : “Non” aux femmes prêtres dans l’Eglise. « Non » définitif aux femmes prêtres dans l’Eglise catholique. Le veto de l’Eglise catholique à l’ordination de femmes prêtres est du domaine de l’infaillibilité pontificale et ne pourra donc être modifié par les papes qui succèderont à Jean-Paul II, a indiqué la congrégation du Saint-Siège pour la doctrine de la foi, le 18 novembre 1995. En 1994, le souverain pontife avait publié une lettre apostolique, “Ordinatio sacerdotalis”, dans laquelle il écrivait que “l’église n’a pas la faculté de conférer l’ordination sacerdotale aux femmes et que cette sentence devait être prise en compte de manière définitive par tous les fidèles”. Mais la lettre avait laissé subsister des doutes chez les théologiens quant au caractère d’infaillibilité de cette doctrine. Le cardinal Joseph Ratzinger, président de la Congrégation pour la doctrine de la foi, leur répond dans un sens affirmatif : «la doctrine qui prévoit que l’Église n’a pas la faculté de conférer l’ordination sacerdotale aux femmes, doit être considérée comme appartenant au «dépôt» (héritage) de la foi». «Cette doctrine exige un assentiment définitif parce qu’elle est fondée sur la parole de Dieu, écrite et constamment conservée et appliquée dans la tradition de l’Eglise depuis le début», ajoute un commentaire explicatif. L’ordination des hommes, ajoute ce commentaire, «n’est pas le fruit du hasard, d’une habitude répétée, encore moins d’une imaginaire infériorité de la femme, mais elle existe parce que l’Eglise a toujours reconnu comme norme éternelle la façon d’agir de son Seigneur».

18 novembre 1996 : Dans le tunnel sous la Manche, 34 personnes sont blessées dans l’incendie d’un train.

18 novembre 1999 : À l’Université Texas A & M, le bûcher festif annuel s’effondre en cours d’érection et onze étudiants sont tués.

« L’art est la source de vie; il est l’esprit de progrès, il donne à l’âme le plus précieux des biens : la liberté ; et nul n’en jouit plus que l’artiste. » (Romain Rolland, écrivain français, né en 1866 et mort en 1944). Illustration : Megan Jorgensen.
« L’art est la source de vie; il est l’esprit de progrès, il donne à l’âme le plus précieux des biens : la liberté ; et nul n’en jouit plus que l’artiste. » (Romain Rolland, écrivain français, né en 1866 et mort en 1944). Illustration : Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *