Autres terres

Ligne du temps : 18 juillet

Ligne du temps : 18 juillet

Ligne du temps : 18 juillet

C’est arrivé un 18 juillet. Événements les plus importants qui ont eu lieu un 18 juillet

18 juillet 1965 : Les Soviétiques lancent une station spatiale de 12 tonnes.

18 juillet 1968 : Les Tchèques tiennent tête à l’URSS. La Tchécoslovaquie est prête à se défendre par les armes si nécessaire. Le 18 juillet 1968, la Tchécoslovaquie prend l’engagement de défendre ses frontières contre toute intervention de la part de l’URSS en vue d’empêcher la libéralisation de son régime. La Tchécoslovaquie a pris l’engagement de défendre ses frontières contre toute intervention directe de la part de l’URSS en vue d’empêcher la libéralisation de son régime communiste. Le secrétaire général du Parti communiste tchécoslovaque, M. Alexandre Dubcek, instigateur du mouvement de réforme, a lancé un appel à la nation dans un discours radio-télédiffusé, lui demandant de lui apporter son appui entier. « Nous sommes déterminés, et nous comptons sur votre appui pour poursuivre la politique que nous avons adoptée », a dit M. Dubcek. « Ce dont nous avons le plus besoin dans le moment est l’appui du peuple tchécoslovaque », a-t-il ajouté. Cet appel dramatique a fait suite de quelques heures à une note acerbe précisant que la Tchécoslovaquie combattra si nécessaire, si l’URSS décide d’avoir recours à la force militaire comme elle l’a fait en Hongrie en 1956, pour mettre fin à la politique de libéralisation. La note rendue publique par l’agence de nouvelle CTL, dit froidement : « Nous avons pris les mesures nécessaires pour garder nos frontières ». C’était en réponse à une note soviétique rendue publique mercredi, note qui donnait l’avertissement que la lutte pour sauver le socialisme en Tchécoslovaquie « n’est pas seulement votre lutte mais aussi la nôtre ».

18 juillet 1969 : L’accident d’auto du sénateur Edward Kennedy. Ce jour, le 18 juillet 1869, le sénateur Edward Kennedy perd la chance de devenir futur président des États-Unis. Par une chaude nuit d’été, le 18 juillet 1869, une Oldsmobile noire dérape sur un étroit pont de bois reliant les îles de Chappaquiddick et Martha’s Vineyard (Massachusetts) et plonge dans l’eau sombre, roues en l’air. Son conducteur émerge un moment plus tard : c’est un jeune sénateur à l’avenir prometteur, mais désormais compromis, Edward Kennedy. Teddy Kennedy attendra dix heures avant de déclarer l’accident. Et lorsqu’un plongeur inspectera l’épave le lendemain matin, il y découvrira le corps d’une jeune femme de 29 à peine, Mary Jo Kopechne, collaboratrice du sénateur. Au moment de l’accident, ils revenaient d’une soirée avec une dizaine d’autres jeunes hommes et femmes. À 37 ans, le plus jeune des frères Kennedy, le seul survivant après les assassinats de John et Robert, avait la réputation de trop aimer les boissons fortes, les jolies femmes et la vitesse. Réputation qui ne l’empêchait pas d’être largement considéré comme un futur président des Etats-Unis. Mais après Chappaquiddick, rien ne sera plus comme avant et ses chances d’accéder à la présidence des Etats-Unis sont compromises à jamais.

18 juillet 1972 : Annonce par Anouar El Sadate du renvoi des conseillers soviétiques se trouvant en Egypte.

18 juillet 1963 : Les Pentecôtistes quittent l’URSS pour Vienne après avoir vécu cinq ans dans les caves de l’ambassade des États-Unis à Moscou.

18 juillet 1984 : Un individu ouvre le feu à l’intérieur d’un restaurant McDonald à San Ysidro, situé près de la frontière mexicaine, tuant 21 personnes et en blessant 13 autres avant d’être enfin abattu par la police.

18 juillet 1988 : Les cosmonautes Leonid Kizim et Vladimir Solovyev ont regagné la Terre, après avoir, durant les 125 jours qu’ils ont passés en orbite, effectué la première navette entre deux stations orbitales à jamais être réalisée par l’homme.

18 juillet 1989 : Catastrophe d’un DC-10 le 18 juillet 1989. Un DC-10 de la United Airlines s’écrase dans l’Iowa, sur l’aérodrome de Sioux City : 119 morts. Un avion DC-10 de la United Airlines comptant, croit-on, 290 personnes à bord, s’est écrasé alors que son pilote, en butte à une défaillance totale du système hydraulique de l’appareil, tentait désespérément de poser celui-ci sur l’aérodrome de Sioux City, dans l’Iowa. L’avion a fait plusieurs tonneaux dans un champ de maïs avant de se couper en deux et de prendre feu, à un kilomètre environ de la piste d’atterrissage. Deux hôpitaux de Sioux City ont fait savoir qu’ils avaient accueilli 171 survivants. « Nous ne connaissons pas encore le nombre exact des victimes, a déclaré un collaborateur du gouverneur de l’Iowa; les recherches se poursuivent tout autour de l’avion, mais elles sont rendues extrêmement difficiles du fait qu’il s’agit d’un champ de maïs dont les tiges ont plus d’un mètre de hauteur. » La United Airlines avait tout d’abord déclaré que le vol 232 comptait 287 passagers et 11 membres d’équipage, mais lors d’une conférence de presse donnée en soirée à Chicago, le vice-président de la compagnie, Lawrence Nagin, a fait savoir qu’après vérification, il avait été établi que l’avion transportait 279 passagers, y compris un bébé. Un témoin, Jeff Pritchard, a signalé qu’il se trouvait juste au nord de la piste d’atterrissage lorsque l’appareil s’écrasa. « La queue toucha terre en premier, le nez de l’avion se souleva, puis l’appareil capota. Il ne prit pas feu avant d’avoir frappé le sol. On pouvait voir que le pilote luttait de toutes ses forces pour maîtriser son avion. Il réussit tout de même à passer au-dessus du quartier résidentiel de Sioux City et à se rendre jusqu’à l’aéroport avant de s’avouer vaincu… ». Le pilote avisa la tour de contrôle que l’un des trois moteurs avait sauté et que les débris avaient frappé la queue de l’appareil, qu’il lui était désormais impossible de contrôler.

18 juillet 1994 : Une Italienne de 63 ans accouche d’un garçon : un record mondial. Le 18 juillet 1994, Donatella Della Corte a battu le record de la mère la plus âgée du monde en donnant naissance à 63 ans, à un garçon, grâce à une implantation d’ovule inséminé artificiellement. Un contrat d’exclusivité de 250 000$ avec des hebdos a été signé entre le médecin et sa patiente. Le 18 juillet 1994, Donatella Della Corte a battu le record de la mère la plus âgée du monde en donnant naissance par césarienne à 63 ans, à un garçon, grâce à une implantation d’ovule inséminé artificiellement. Donatella Della Corte, qui vit à Canino dans le centre de l’Italie, a eu recours aux services du controversé gynécologue romain Severino Antinori pour réussir à accoucher à un âge aussi avancé. Un ovule d’une jeune Italienne, inséminé artificiellement, du sperme de son mari âgé de 65 ans, lui a été implanté. Le précédent record était détenu par une autre Italienne âgée de 62 ans, qui avait accouché selon la même technique avec le même médecin. « Aujourd’hui, c’est une femme de 20 ans qui a accouché d’un petit garçon’ a commenté le médecin, voulant dire ainsi que sa patiente allait aussi bien que possible. Il a indiqué que seul l’accouchement par césarienne avait été possible parce que sa cliente avait déjà donné naissance par césarienne. Il y a une vingtaine d’années, à un premier enfant conçu naturellement. Le gynécologue, qui affirme avoir fait accoucher plus d’une trentaine de femmes âgées de plus de 50 ans et ayant atteint la ménopause, a refusé de faire tout autre commentaire. On apprenait de bonne source que le médecine et sa patiente avaient signé des contrats d’exclusivité de 250 000$ avec des hebdomadaires américains et allemands pour raconter leur aventure. L’argent devrait pour moitié revenir à la nouvelle maman et pour moitié être consacré à la recherche.

Pour la première fois il voyait cette chambre confortable : une pièce claire au plafond haut bordé d’une grosse moulure, des murs recouverts d’un papier peint vert tendre, une armoire de chêne massif, des meubles rustiques mais cossus. (Louis C.Thomas La manie de la persécution Éditions J’ai Lu.) Photographie de Megan Jorgensen.
Pour la première fois il voyait cette chambre confortable : une pièce claire au plafond haut bordé d’une grosse moulure, des murs recouverts d’un papier peint vert tendre, une armoire de chêne massif, des meubles rustiques mais cossus. (Louis C.Thomas La manie de la persécution Éditions J’ai Lu.) Photographie de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *