Autres terres

Ligne du temps : 17 janvier

Ligne du temps : 17 janvier

Ligne du temps : 17 janvier

C’est arrivé un 17 janvier au cours du XXe siècle  sur la planète Terre

17 janvier 1913 : Raymond Poincaré est élu à la Présidence de la République française.

17 janvier 1914 : Les plans de la construction d’un tunnel sous la Manche sont dévoilés en France. On parle de cette colossale entreprise devant relier par voie ferrée la France et l’Angleterre, « bienfaisante conséquence de l’entente cordiale ».

17 janvier 1920 : Paul Deschanel est élu président de la République française.

17 janvier 1935 : Arrestation dans l’URSS de Grigori Zinoviev et Lev Kamenev, deux membres du leadership du Parti communiste, accusés d’être « traîtres à la grande patrie des prolétaires du monde ».

17 janvier 1936 : L’affaire Stravinsky connaît son dénouement en France avec neuf condamnations, après avoir entraîné la chute de deux gouvernements.

17 janvier 1941 : Bataille de Koh Chang entre les forces navales de Vichy et la flotte de Thaïlande. La bataille a été remportée par la flottille française.

17 janvier 1945 : Les Soviétiques s’emparent de Varsovie, et s’approchent à 12 milles de la frontière allemande, tandis que les Américains prennent Saint-Vith.

17 janvier 1945 : Les Soviétiques arrêtent le diplomate suédois Raoul Wallenberg à Budapest.

17 janvier 1946 : première réunion du Conseil de sécurité des Nations unies.

17 janvier 1950 : Sept bandits masqués réussissent un vol de 1,5 million de dollars en argent dans une voûte de la société Brink’s, à Boston.

17 janvier 1955 : Premiers essais du tout premier sous-marin atomique, le Nautilus.

17 janvier 1959 : Proclamation de la Fédération du Mali.

17 janvier 1961 : Patrice Lumumba est assassiné au Congo.

17 janvier 1966 : Un B-52 de l’Armée de l’air des États-Unis échappe une des bombes atomiques qu’il transportait au large de la côte espagnole.

17 janvier 1971 : Les Colts de Baltimore gagnent le Super Bowl, grâce à un placement réussi à 5 secondes de la fin de la partie.

17 janvier 1973 : Le procès Ellsberg, au sujet de la publication des documents secrets du Pentagone, s’avère un test fondamental pour la liberté d’information aux États-Unis.

17 janvier 1989 : Rétablissement officiel de la liberté syndicale en Pologne.

17 janvier 1991 : Début de l’opération « Tempête du désert » contre l’Irak de Saddam Hussein.

17 janvier 1991 : Saddam bombarde Israël. Soumis sans désemparer depuis 24 heures aux bombardements à saturation de l’aéronavale coalisée, l’Irak a élargi la guerre comme il l’avait promis en tirant des missiles sur Israël, entraînant l’État juif dans le conflit et frappant au cœur de la coalition américano-arabe réunie contre lui. Des hélicoptères et des avions de Marines attaquaient de leur côté des positions irakiennes au Koweit après avoir subi des tirs d’artillerie à partir de ces positions. Cette escalade, intervenue alors que le monde entier restait perplexe devant la « non riposte » apparente de l’Irak en dépit de l’intensité foudroyante des bombardements coalisés, suivait de quelques heures une déclaration du président américain George Bush excluant toute pause dans la guerre pour laisser à son homologue irakien Saddam Hussein la possibilité de réfléchir à une évacuation du Koweït, occupé depuis le 2 août dernier. L’ambassadeur d’Irak en France, Abdoul Razzak al-Hachimi, lui donnait la réplique en déclarant que l’Irak. Vers deux heures du matin en Israël, entre huit et 12 missiles Scud se sont abattus sur des quartiers populeux de Tel-Aviv et Haïfa ainsi que sur des zones non peuplées d’Israël. Malgré l’alerte générale aux masques à gaz, les missiles ne semblaient pas équipés d’ogives chimiques et un bilan officiel faisait état de sept blessés légers.

17 janvier 1992 : Saddam reconnaît sa défaite, un an plus tard. Un an jour par jour après le début de la guerre du Golfe, le président irakien Saddam Hussein a reconnu hier, le 17 janvier 1992, que son pays avait subi une défaite militaire, mais a revendiqué une nouvelle fois une victoire morale. « D’un point de vue conventionnel et matériel, le rassemblement des fidèles a été battu et le rassemblement du vice et de la corruption a triomphé », a déclaré Saddam Hussein dans la matinée lors d’un discours radiodiffusé. Jamais jusqu’à présent le président irakien n’avait reconnu aussi ouvertement que son pays avait perdu la mère de toutes le batailles.

17 janvier 1994 : Un violent seisme sécoue Los Angeles. Vingt-sept morts et des centaines de blessés. Un violent séisme a secoué dans la nuit dernière (le 17 janvier 1994) al région de Los Angeles, provoquant de nombreux incendies, coupant l’électricité un peu partout et faisant s’effondrer plusieurs bâtiments, ainsi que des autoroutes. Le bilan des victimes, toujours provisoire, n’a cessé de s’alourdir tout au long de la journée : il s’établissait hier soir à 27 morts et des centaines de blessés. Quelques heures plus tard, le président Clinton déclarait la région de Los Angeles zone sinistrée, permettant ainsi au gouvernement fédéral d’accorder une aide d’urgence et des prêts à taux promotionnels aux victimes et aux collectivités locales et régionales concernées. La magnitude de ce tremblement de terre, le plus violent à avoir frappé Los Angeles depuis juin 1992, était de 6,6 sur l’échelle ouverte de Richter selon Kate Hutton, de l’Institut californien de technologie à Pasadena. L’épicentre du séisme a été localisé à 30 km au nord-ouest du centre de Los Angeles. La secousse a été ressentie jusqu’à San-Diego, à environ 200 km au sud, Las Vegas, à quelque 400 km à l’est et même Phoenix, aux confins de l’Arizona. Le séisme a duré environ trente secondes et a été suivi de nombreuses répliques, dont plusieurs d’une magnitude au moins égale à 5 sur l’échelle de Richter. La nature des dégâts s’explique, selon les spécialistes, par le fait que ce séisme était profond, à environ 14 km de la surface. Les habitants, surpris dans leur sommeil, ont quitté leurs appartements soudain dévastés et privés de téléphone. Ils sont descendus dans les rues, où retentissaient le bruit des sirènes des pompiers et ambulances et les systèmes d’alerte anti-vol des magasins et des voitures. Quelques scènes de pillage sporadiques se sont produites dans les premières heures de la matinée mais la situation semblait être sous contrôle en milieu d’après midi. La magnitude de ce tremblement de terre, le plus violent à avoir frappe Los Angeles depuis juin 1992, était de 6,6 sur l’échelle ouverte de Richter.

17 janvier 1995 : Un cauchemar à Kobé. Les secours sont débordés à Kobe. Les incendies faisaient toujours rage dans Kobe, à la nuit tombante, 15 heures après le tremblement de terre qui a fait plus de 2700 morts et disparus dans le deuxième port du Japon, dont les survivants, encore sous le choc, restaient dans les rues de peur de nouvelles secousses. Le dernier bilan des victimes publié par la police faisait état de 1803 morts et 966 disparus. Au moins 6334 personnes ont été blessées et 8380 édifices détruits ou endommagés. Le paradoxe du séisme de Kobe est qu’il a frappé une zone réputée plus sûre, épargnée par les tremblements de terre ces 40 dernières années…

Barbie

« L’humanité devra mettre un terme à la guerre, ou la guerre mettra un terme à l’humanité. » (John Fitzgerald Kennedy, président américain). Image : © Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *