Autres terres

Ligne du temps : 13 mai

Ligne du temps : 13 mai

Ligne du temps : 13 mai

Événements les plus marquants du XXe siècle, c’est arrivé un 13 mai

13 mai 1902 : Cinquante mille infortunés, après avoir échappé à la destruction de la ville de Saint-Pierre, en Martinique, par l’éruption du 8 mai de la montagne Pelée, sont menacés d’un autre fléau : la famine. Les miasmes putrides qu’exhalent les milliers de cadavres entassés dans la ville détruite infectent l’air à plusieurs lieues à la ronde et font craindre une épidémie.

13 mai 1930 : L’aviateur français Jean Mermoz réalise la première liaison postale aérienne de la France en Amérique du Sud.

13 mai 1930 : Des centaines de mères veulent se laisser mourir sur la tombe de leurs enfants. Bucarest. Avant de connaître exactement le chiffre des victimes de la catastrophe du Vendredi Saint à Costesti, il faudra faire le recensement du village et des villages voisins, d’où beaucoup de personnes étaient venues à l’office. Une centaine de femmes qui ont perdu leurs enfants dans la catastrophe, ont juré de se suicider sur la tombe qui renfermera toutes les victimes, en y restant jusqu’à ce qu’elles meurent de faim

13 mai 1930 : Un coup manqué: Jassy, Roumanie, Pendant qu’on faisait le procès de 25 communistes, accusés d’avoir incité le peuple à l’émeute, deux de leurs amis pénétrèrent dans la salle d’audience armés de bombes, dans l’espoir de créer une panique et de faciliter l’évasion de leurs compagnons entre les mains de la justice. Les gendarmes découvrirent ces agents juste à temps pour prévenir tout désordre.

13 mai 1930 : Pas de mariage civil : Budapest. — Plusieurs aristocrates hongrois viennent de se mettre en tête d’une campagne pour l’abolition du mariage civil qui est en vigueur en Hongrie depuis 1894.

13 mai 1930 : Augmentation de la pneumonie. Tokyo – Une veine de temps chaud suivie d’un revirement brusque de température, de giboulées, de tempêtes de neige et de froid, a provoqué une véritable épidémie de pneumonie dans la capitale japonaise et ses environs. On rapporte plus de 700,000 cas de rhumes et de pneumonie plus ou moins maligne. Comment peut-il en être autrement lorsqu’on porte pour tout vêtement de fins tissus de soie japonaise sous les froids de la neige?

13 mai 1930 : Mauvais remède pour les maux de tête: Vienne. Souffrant d’une cruelle migraine, Adolphe Schuler décida d’en finir et se passa une corde au cou. Mal lui en prit. Il se lança avec force dans le vide. La corde se rompit et il s’affaissa sur le sol. Il se réveilla dans un hôpital, le côte de la figure enflé, une oreille écrasée, capable de faire envie aux oreilles en choux-fleurs des boxeurs. Il eut doublement honte de lui-même, en pensant à l’acte de lâcheté qui l’avait réduit dans un pareil état.

13 mai 1930 : La surpopulation des prisons américaines est la cause des catastrophes et des mutineries. Si la prohibition était appliquée sérieusement… Une pétition pour la réforme du système pénitentiaire circule dans tout le pays à la suite de la catastrophe de Colombus qui, d’ailleurs, n’est pas la première de ce genre. Plusieurs protestations avaient déjà été faites contre l’entassement des détenus dans les prisons, cause de fréquentes mutineries. On apprend maintenant que les habitants de Colombus avaient récemment présenté une pétition réclamant l’adoption de mesures devant empêcher une catastrophe comme celle qui s’est produite lundi. Cette pétition ne fut pas prise en considération. En outre, la tendance à considérer comme crimes des faits tels que les infractions à la loi de prohibition contribue à remplir rapidement les prisons. Un expert a même déclaré récemment devant la commission judiciaire de Washington que si le gouvernement voulait réellement faire respecter la loi de prohibition, il devrait prendre ses dispositions pour détenir en prison cinquante à soixante millions de personnes. Rien que ça.

13 mai 1930 : Pour un nœud de cravate! Vienne — Conduit dans une clinique de psychiatrie à la suite d’une tentative de suicide, Franz Mexyr, jeune viennois âgé de 21 ans seulement, déclara froidement qu’il avait voulu se jeter en bas du cinquième étage de son appartement, parce qu’il ne parvenait pas à nouer élégamment sa cravate.

13 mai 1930 : Exposition de beaux-arts de la Chine à Tokyo. Dix-neuf professeurs de l’Institut des Beaux-Arts de Chine sont en route pour cette ville où ils vont prendre part à une grande exposition d’art national. Ils ont en leur possession des tableaux qui sont de vrais bijoux.

13 mai 1930 : Il avale de la dynamite. Miskloz, Hongrie. Une détonation formidable fit accourir les voisins à la demeure de Joseph Szigeti, mineur âgé de 65 ans et quelle ne fut pas la surprise de tous de constater que cet homme avait avalé de la dynamite, avait mis le feu à la mèche pour en finir avec ses déboires.

12 mai 1931 : Paul Doumer est élu président de la République française.

13 mai 1935 : Barbara Hutton, héritière des millions des magasins 5-10-15 cents, attendra seulement trois heures après avoir divorcé d’avec le prince Alexis Mdivani pour épouser le comte Kurt Haugwitz Reventlow.

13 mai 1940 : Discours de Winston Churchill « Je n’ai rien d’autre à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur ».

13 mai 1943 : Les armées triomphantes des Alliés, sous le commandement du général Alexander, ont terminé aujourd’hui la conquête de la base tunisienne d’invasion du sud européen, en capturant 13 généraux allemands et italiens, 150 000 hommes et un immense butin comprenant plus de 1000 canons et 200 tanks.

13 mai 1946 : Le tribunal militaire général des États-Unis a aujourd’hui condamné à la pendaison 58 bourreaux du célèbre camp d’extermination de Mauthaussen ; il en a condamné 3 autres à la prison à perpétuité. Tous sont jugés coupables de l’assassinat de milliers de prisonniers.

13 mai 1948 : Massacre de Kfar Etzion orchestré par la Légion arabe sur des colonies juives.

13 mai 1958 : Mise en place du comité de salut public à Alger.

13 mai 1968 : En France, une grande manifestation et le début d’une grève générale qui va paralyser tout le pays, le mai 68 est de plus en plus chaud.

13 mai 1981 : Tentative d’assassinat de Jean-Paul II par un terroriste turc. Attentat contre le Pape Jean-Paul II. Atteint par une volée de balles, gravement blessé, Jean-Paul II survivra tout probablement à l’attentat perpétré sur la Place Saint-Pierre qui a semé, le 13 mai, la consternation dans le monde entier. Le chef de l’antenne médicale qui l’a opéré affirma que “sa robuste constitution était sa meilleure garantie de survie”. Alors que des messages du monde entier, déplorant et condamnant l’attentat, continuaient à parvenir à Rome, en soirée, les autorités interrogeaient le présumé agresseur, Mehmet Ali Agca, âgé de 23 ans, un intégriste musulman, condamné à mort par contumace en Turquie, où les policiers avaient reçu l’ordre de l’abattre sans sommation”.

13 mai 1989 : L’ennemi de la francophonie, c’est le racisme. Pour Léopold Sédar Senghor, ancien président du Sénégal (1963-1980) et le seul membre de race noire à l’Académie française depuis 1969, l’ennemi public #1 de la francophonie n’est ni l’impérialisme anglosaxon, ni une certaine lassitude de la France vis-à-vis de ces anciennes colonies. “Ce n’est même pas le marxisme-léninisme, précise-t-il, c’est le racisme”. “Le racisme biologique, mais surtout culturel. Le premier n’est pas très grave. Quand deux peuples se rencontrent, ils se combattent souvent, ils se métissent toujours, Nous n’avons pas à favoriser le métissage biologique. Il se fait tout seul, Justement, le plus important, ce n’est pas le métissage biologique mais le métissage culturel. Pour la réalisation de la civilisation universelle.” C’est ainsi que depuis sa démission comme président de la république du Sénégal en 1980, Monsieur Senghor, aujourd’hui octogénaire, – le poète de la “négritude” est né en 1906 -, consacre toutes ses heures à promouvoir le métissage culturel dans le cadre de la francophonie (et au-delà), se battant, comme il aime le rappeler “pour les humanités grécolatines et la polyculture”. Car, pour Monsieur Senghor, hors du tout doute: Le salut de l’humanité passe obligatoirement par la culture. Et il y a d’abord la francophonie qui est la préfiguration et la première étape vers la civilisation universelle. Un moyen de contrer le racisme culturel.

13 mai 1993 : Début de la prise d’otages de la maternelle de Neuilly.

13 mai 1999 : La Petite Sirène manchotte. Des vandales ont scié le bras droit, en bronze, de la Petite Sirène, la célèbre statue du port de Copenhague, perpétrant la pire profanation de la statue depuis qu’elle avait été décapitée il y 20 ans. Hier, des touristes ont découvert la Petite Sirène plus songeuse que jamais, dépouillée de l’un de ses bras, et les experts de la police danoise se démenaient comme de beaux diables à la recherche d’indices. L’acte de vandalisme a été découvert par des passants qui se promenaient sur le quai Langelinie, dans le port de Copenhague, où la Petite Sirène se trouve depuis 1913. Le bras droit de la statue était collé au tronc, et les vandales ont donc dû la couper en deux endroits. Les policiers ont indiqué que c’était là une tâche facile à accomplir, étant donné que le bronze est un métal plutôt mou et que le bras était ceux. La statue amputée a été transporté pour qu’on lui refasse une beauté.

« Au fond de tout patriotisme, il y a la guerre : voilà pourquoi je ne suis point patriote. » (Jules Renard, né en 1864 et décédé en 1910, écrivain français). Photo : Megan Jorgensen.
« Au fond de tout patriotisme, il y a la guerre : voilà pourquoi je ne suis point patriote. » (Jules Renard, né en 1864 et décédé en 1910, écrivain français). Photo : Megan Jorgensen.

Vous devez vous enregistrer pour ajouter un commentaire Login

Laissez un commentaire