Autres terres

Une journée comme toutes les autres

Une journée comme toutes les autres

Chronique d’une journée d’été en 1938…

Près de 8,000 vétérans encore vivants

Après 75 ans, les vétérans de la Guerre Civile se réuniront au début de juillet. – Le président Roosevelt fera le dévoilement du monument. – Les grandes manœuvres militaires. – L’historique adresse d’Abraham Lincoln

Gettysburg, Penn. 2. — Le Jour du Souvenir sera plus dignement célébré cette année par les gens de cette ville. Au début de Juillet, les vétérans des armées confédérées et unionistes se réuniront sur le champ de la plus grande bataille livrée durant la Guerre Civile qui dura de 1861 à 1865.

Le président Roosevelt

Le président Roosevelt, qui a qualifié la bataille de Gettysburg « la plus grande jamais livrée sur le continent américain », sera présent à la glorieuse célébration. Il prononcera le discours de circonstance pour le dévoilement du monument. La lumière, au haut du monument ne s’éteindra jamais et symbolisera « l’éternelle lumière de Paix entre les 48 États de la république américaine ». Double signe de repos: pour le pays et pour les vétérans qui combattirent sur les lieux mêmes.

Libéralités envers les vétérans

Chaque vétéran sera accompagné et sera l’hôte distingué du gouvernement de l’État de la Pennsylvanie et de la nation. Le nombre des invités d’honneur est voisin de 8,000 mais un grand nombre sera incapable de venir assister à cette manifestation de paix. de bonne entente entre les différents États. L’armée américaine projette de grandes manœuvres devant ces grands soldats et l’immense foule des visiteurs attirés par le dévoilement de ce monument

Les grandes manœuvres

Des unités mécanisées des armées modernes évolueront là, où il y a 75 ans, 50,000 soldats et enfants portant l’uniforme gris, commandés par George E. Pichett, se lancèrent à la charge de la crête, essayant la furieuse canonnade des forces unionistes. Les fêtes prendront place du 1er au 7 juillet et le dévoilement se fera le 3 juillet. La nation entière s’unira de cœur à cet anniversaire marquant la parfaite unité d’un pays dont la population est très hétérogène. Ce rassemblement officiel et grandiose n’est en réalité, qu’une réponse à l’invitation du Gouverneur John K. Tener lancée, il y a vingt-cinq ans, à 50.000 vétérans réunis. Cette année, la Pennsylvanie. après ce quart de siècle a voulu honorer la parole de son ancien gouverneur.

Les visiteurs charmés

Les visiteurs trouveront dans Gettysburg. une cité pleine de souvenirs historiques. Le panorama des 2500 acres du champ de bataille à été préservé: des fermes conservent encore les marques et les dégâts causés par les boulets tirés à cette bataille Huit mille à l’ouest, les montagnes bleues aux lignes un peu imprécises. Près de la ville, la crète Oak, la colline du cimetière et du séminaire, où les armées adversaires en vinrent aux prises.

Lincoln et l’historique discours

La riche maison des Wills où Abraham Lincoln a composé son discours historique s’est bien conservée. Au premier étage, sous la fenêtre de l’appartement occupé par Abraham Lincoln, une plaquette été apposée et se lit comme suit: « C’est dans cette chambre qu’Abraham Lincoln a composé sa fameuse adresse de Gettysburg ».

Ainsi un autre jour de Souvenir va être célébré dans une ville de la Pennsylvanie et les habitants escomptent de brillantes manifestations qui cimenteront l’amitié des différents Etats de la république voisine.

Acclimatation

Paris, 2 juillet 1938. Il y a quelques jours, la Société nationale d’acclimatation de France offrait à une élite de deux cents convives, son trente-troisième déjeuner… original.

Original, car il y avait sur le menu vingt-deux plats extraordinaires: depuis la tranche d’hippopotame froid jusqu’au requin marteau, et passant par le buffet braisé et en s’attardant sur… la pieuvre.

Les convives, à certains moments, hésitèrent. Ce qui fit dire à un de nos spirituels romanciers: – Souhaitons que tous animaux s’acclimatent à nous.

M. De Hohenzollern, amateur des roses

Doorn, Hollande, 2 juillet 1938. L’ex?-Kaiser, dont on disait naguère que sa santé était des plus chancelantes, vient de présider une curieuse manifestation. Il existe, en face de sa propriété de Doorn, une roseraie plantée uniquement par les membres de sa famille, ses amis et ses visiteurs. Un ancien officier de la Garde impériale en surveille les accès qui sont interdits à toute personne de tenue négligée, aux bicyclettes – ce qui, en Hollande où tout le monde roule sur les routes, est presque un abus de un visiteur assidu de la roseraie où un siège surélevé, qui rappelle d’assez loin le trône impérial, lui est réserve.

Celui que M. Lloyd George voulait jadis faire pendre haut et court se porte bien. Sa mine, dit-on, est magnifique. Son médecin et son écuyer, ombres fidèles, ne le quittent pour ainsi dire pas. On les change d’ailleurs tous les mois, et tandis qu’ils regagnent l’Allemagne, leurs remplaçants arrivent à Doorn.

On pourrait s’en étonner si l’on ne connaissait le goût que l’ex empereur conserve pour le changement.

Il n’a rien perdu non plus de la brusquerie de son humeur, bien que dans certains cas il dût, bien malgré lui, y mettre un frein.

C’est ainsi qu’avant la guerre, comme il souffrait de la gorge, il fit venir un des plus grands spécialistes de la laryngologie, le professeur Rosenstein.

– Ouvrez la bouche! lui dit l’homme de l’art. Et tirez la langue!

– Ma dignité de souverain, répliqua Guillaume II, exige que vous me parliez sur un autre ton.

Le professeur prit fort mal la chose et planta là son malade. Mais le mal empirant, l’empereur le fit revenir.

Dès que le professeur apparut, Guillaume II, oubliant toute dignité devant son regard foudroyant, ouvrit la bouche et tira la langue. .

La princesse Elizabeth parle aux oiseaux

Londres, 2 juillet 1938 : La future reine d’Angleterre, la princesse Elizabeth, a en ce moment la passion des oiseaux.

À Windsor, où elle passe les weekends avec ses parents, elle a une volière privée où, pour commencer sa collection, elle a réuni des petits oiseaux d’Afrique. des bougérards, dont les couleurs bleu, jaune, vert et l’aptitude à prononcer certains mots rappellent les perroquets.

Et la princesse Elizabeth a une ambition: elle veut leur apprendre à parler. Elle passe des heures devant ses amis à plumes, elle leur parle lentement, avec une patience infinie, tout à fait comme une maitre d’école des classes enfantines.

Elle complété son expérience avec des livres qui lui apprennent en même temps toutes les espèces d’oiseaux et leur façon de vivre; et comme la future reine a déjà le goût de l’ordre, elle note chaque jour dans un cahier les observations qu’elle à recueillies.

Cette passion pour les oiseaux, Elizabeth l’a héritée de son grand?-père George V qui, dans ses châteaux de Buckingham, Windsor et Sandrigham, possédait des volières admirables.

Le jour où mes « budgies » parleront anglais, a dit la petite princesse, je croirait que ma diction est parfaite.

On lui a assuré, en effet, que c’était là une qualité importante pour un souverain.

On a surpris les deux enfants royaux, Elisabeth et Marguerite Rose, dans un parc, écoutant le chant des oiseaux.

Paris, 2 juillet 1938. On annonce que le Duc et la Duchesse de Windsor auraient l’intention de se rendre prochainement aux États-Unis et peut-être y achèteraient-ils une propriété quand sera expiré le bail de trois ans qu’ils ont signé pour le château de la Croë.

Le tunnel sous la Manche ?

Il serait intéressant pour les usagers de la route de pouvoir se rendre dans escale de Paris à Londres, où vice-versa. en empruntant un tunnel sous la Manche. Un projet de cette nature a été repris dernièrement à Londres. Aboutira-t-il cette fois?

Les passages à niveau source d’accidents

Au cours de l’année 1937, 385 accidents se sont produits aux passages à niveau, en France. Le nombre des victimes se monte à 267 tués et 83 blessés.

Les Français honoreront Wright

Paris, 2 juillet 1938. Wilbur Wright, le grand pionnier de l’aviation, verra sa mémoire honorée par les aviateurs français par un grandiose pageant à l’occasion du trentième anniversaire de la traversée de la Manche.

Le 28 décembre 1908, Wilbur a couvert 123 kilomètres en une heure (environ un peu plus de 60 milles), réalisant un exploit étonnant pour ce temps-là. Il vola plus haut et couvrit de plus grandes distances que ces émules de l’air.

Le roi d’Italie au village natal du Duce

Porli, 2 juillet 1938. Le roi a inauguré l’exposition de l’Art du XVe siècle de la Romagne et des peintures de Melozzo da Porli. au Palais des Musées, en présence des ministres Ciano, Starari et Bottai. et de nombreux académiciens.

Après avoir écouté l’orateur officiel, qui a exprimé au roi la joie de la population de Porli pour sa visite et illustré l’art de Melozzo, dont on célèbre le cinquième centenaire de naissance, le souverain, accompagné des trois ministres, a parcouru les salles de l’exposition. Puis ils se rendirent à Predappio, humble village où naquit, dans une modeste masure, M. Mussolini. Et ils vont se recueillir dans le petit cimetière où reposent les parents du dictateur.

– Le souverain, dit M. Farinacci, a déposé une couronne sur le tombe du forgeron don: Le fils lui forgea… un empire.

Acteur condamné à $5 d’amende

Yeovil, Angleterre, 2 juillet 1938. « Les manières de l’officier de police furent exemplaires et charmantes », a déclaré l’acteur Owen Nares. Malgré cette déclaration élogieuse et courtoise, le juge le condamna à payer quand même une amende de $5,00 pour excès de vitesse, sur la route.

Londres la nuit
Londres, la nuit. Photo de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *