Autres terres

Îles de la Colombie-Britannique

Îles de la Colombie-Britannique

Îles de la province canadienne de la Colombie-Britannique

L’ouest est un point cardinal, où le soleil se couche. Mais l’ouest canadien, c’est aussi la province de la Colombie-Britannique, avec ses vallées, ses montagnes, ses charmantes villes, son histoire et ses citoyens fiers de leur province. Voici quelques îles de cette province :

Île Cormorant

L’île Cormorant est située à trois kilomètres de distance du littoral nord de l’île de Vancouver, à environ 300 kilomètres de la ville de Vancouver.

L’île Cormorant est petite, en effet, elle n’est longue que de 4 kilomètres. Dans la partie la plus large, elle n’atteint qu’un kilomètre. Toutefois, environ 11 kilomètres de sentiers pédestres et de vélo parsèment l’île, dont le sentier Big Tree Loop, un sentier central en boucle qui est un sentier d’interprétation, avec une quinzaine de panneaux explicatifs consacrés à la nature.

Les paysages sont incroyablement beaux et c’est pour cela que l’île est devenue l’une des destinations préférées des gens qui aiment passer leurs vacances dans un milieu calme et relaxant. L’île a une forme de croissant, alors, en se plaçant sur une pointe, on peut observer toute la côte concave de l’île, avec sa forêt et ses belles plages.

Le parc écologique d’Alert Bay (Alert Bay Ecological Park) est un parc conçu pour les enfants, avec des terrains de jeux et une aire pour des pique-niques. C’est d’ailleurs un lieu idéal pour les ornithologues.

Le village d’ Alert Bay est la seule communauté de l’île Cormorant. On y trouve des galeries d’art, des boutiques de souvenirs, de bons restaurants, des hôtels et des gîtes ainsi que des campings. On accède à Alert Bay par le ferry qui part de Port McNeill. La durée de la traversée est d’environ 40 minutes.

Îles Gulf

Les îles Gulf s’étendent au milieu du détroit de Georgie, au large de l’extrémité nord de la péninsule de Saanich, sur l’île de Vancouver. Ces îles, loin de l’agitation des grandes villes, vivent au rythme des champs, de la forêt et de la mer. Le vent et les vagues y sculptent des côtes constellées de multiples grottes.

Au total, on y trouve quinze îles principales et plusieurs douzaines d’îlots qui émergent à peine au-dessus des flots à marée haute. Les promeneurs peuvent y ramasser des palourdes, des huîtres et des crabes sur les plages de sable et de gravier.

Les îles les plus étendues sont l’île Texada, l’île Lasqueti et l’île Saltspring. Cette dernière fut colonisée pendant les années 1850 par d’anciens esclaves noirs venus de Californie. Ils y fondèrent des fermes et des exploitations forestières. Une dizaine d’années plus tard, des gens attirés par la ruée vers l’or du Fraser, arrivent en Colombie-Britannique. Mais, ayant compris que l’or n’est qu’une chimère, ils s’installent à leur tour sur cette île et y plantent des arbres fruitiers. On peut voir encore des jardins fruitiers aménagés par ces colons.

La spécialité la plus célèbre de la cuisine régionale est le pré-salé, un mouton élevé dans les marécages qui inonde la mer à marée haute. On le sert en rôti, avec la traditionnelle sauce à la menthe venue d’Angleterre.

Île Saltspring

L’île Saltspring (ou Salt Spring, mais son nom officiel s’écrit en un seul mot) est la plus grande des Îles Gulf du sud, en Colombie-Britannique, tout près de l’île-de-Vancouver. Elle s’étend sur 29 km et sa largeur atteint 14 km, sa superficie étant de 182 km carrés. Environ 10 mille personnes y habitent.

Son nom, qui signifie Source Salée, vient de l’époque de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Évidemment, l’appellation reflète la réalité de l’île, soit la présence de sources d’eaux froides et salées.

Depuis des temps immémoriaux, l’île Saltspring était fréquentée par les Amérindiens Wsanec (un peuple Saanich) et Cowichan (un peuple Salish). On a trouvé de nombreuses traces de leur présence à l’emplacement de la réserve Tsawout Band. Il semble que ces peuples y venaient pêcher et chasser le gibier en été.

Au XVIIIe siècle, l’île fut explorée par les Espagnols, puis vers la fin de ce même siècle les Britanniques en dressent les premières cartes. La colonisation ne commence vraiment que dans les années 1850. Les premières traces d’occupation permanente remontent à l’installation de neuf esclaves noirs américains qui ont fui les États-Unis et qui s’installent en 1857 dans la localité nommée Vesuvius. D’autres familles d’origine africaine y viennent de Californie. Des immigrants du Portugal, de Scandinavie, de Grande-Bretagne, du Japon et des îles Hawaiiennes, recrutés par la Compagnie de la Baie d’Hudson, les rejoignent.

Au XXe siècle, beaucoup de jeunes s’y installent, attirés par la vie calme et le climat doux. Un grand nombre de hippies y viennent durant la guerre de Vietnam, tout comme des opposants à la guerre.

En 2001, l’île commence à émettre sa propre monnaie. En fait, il ne s’agit pas de faire une concurrence illégale à la monnaie officielle canadienne, mais plutôt d’attirer les touristes avec ces dollars Salt Spring qui sont utilisés comme titres de paiement dans certains commerces de l’île. Les dollars Salt Spring ont la parité avec le dollar canadien.

Lors d’un séjour sur l’île, on peut se rendre au Parc Provincial Ruckle ou aller voir les falaises rocheuses, les baies et les dizaines de belles plages de sable granuleux qui agrémentent ses côtés.

L’île Saltspring est en partie escarpée et les montagnes Maxwell, Erskine, Tuam et Bruce sont les plus élevées.

Le lac St. Mary (St. Mary Lake) est très populaire parmi les pêcheurs. Il se trouve à 3.5 km au nord de la ville de Ganges.

Une ligne des BC Ferries relie Fulford Harbour à Swartz Bay, à une trentaine de kilomètres au nord de Victoria. Une autre ligne de ferry relie Vesuvius à Crofton, sur l’île de Vancouver, et une troisième fait la navette entre Long Harbour et Tsawwassen, sur le continent.

De plus, une ligne d’hydravions relie le village de Ganges à Vancouver, Victoria et Seattle, aux États-Unis.

Route des Vins de l’Île-de-Vancouver

La Route des Vins de l’Île-de-Vancouver débute à Mill Bay, où la célèbre Merridale Estate Cidery se trouve et se termine à Cherry Point Vignoble, au nord de Cobble Hill, en passant par la ville de Victoria, où une visite s’impose au Vignoble Victoria Estate, localisé sur les berges de la baie Brentwood.

Le long de cette route, les visiteurs peuvent goûter d’excellents vins de Colombie-Britannique et faire des visites guidées dans un grand nombre de vignobles et de cidreries. Dans certains, on peut aussi goûter des produits du terroir.

Les touristes qui choisissent l’excursion de la Route des vins, découvrent le processus de préparation du vin, depuis la collecte des fruits à l’embouteillement. D’ailleurs, on se promène à travers des collines verdoyantes et des pommeraies.

La route passé par la péninsule de Saanichton, avec le vignoble de Marley Farm.

Le long de la route, on peut visiter le Venturi-Schulze Vineyards, le Blue Grouse Vineyards, le Godfrey Brownell Vineyards, l’Alderlea Vineyards et la Zanatta Winery, près de la ville de Duncan. Près de Nanaimo, on trouve le Chateau Wolff Vineyard.

Notons que les vignobles de l’île-de-Vancouver ont une histoire riche qui débute dans les années 1920, quand l’ère de la prohibition sur l’île prend fin. Le premier vignoble est aménagé vers 1925 à Loganberry, sur la péninsule de Saanich. La toute première usine de production du vin ouvre ses portes dans le centre-ville de Victoria, sur la rue Quadra, en 1925. Depuis, des centaines d’hectares de terres rejoignent chaque année l’industrie du vin.

Aujourd’hui, l’île-de-Vancouver possède des dizaines de vignobles. C’est l’Association des Producteurs de Raisins de l’île-de-Vancouver qui regroupe la plupart de cultivateurs et producteurs de vin. Les vins de Colombie-Britannique deviennent de plus en plus populaires dans le monde.

Un peu plus tard, tandis que je me traînais d’une rue à l’autre, le soleil se coucha de l’autre côté de l’île, et les étoiles apparurent bientôt dans un firmament de velours violacé. Ces étoiles étaient grandes et particulièrement brillantes et incomparablement nombreuses. De mon œil exercé de marin, je les examinai avidement – mais je ne pus repérer aucun des constellations auxquelles j’étais habitué.  Tout au plus crus-je reconnaître l’une ou l’autre distorsion ou élongation de guingois et le désordre s’introduisit dans mon esprit lui-même, tandis que je m’efforçais une fois encore de m’orienter. Quant aux habitants de la ville, je remarquai qu’ils étaient toujours occupés à des efforts similaires… (Clark Ashton Smith, La Lémurie). Photographie de Megan Jorgensen.
Un peu plus tard, tandis que je me traînais d’une rue à l’autre, le soleil se coucha de l’autre côté de l’île, et les étoiles apparurent bientôt dans un firmament de velours violacé. Ces étoiles étaient grandes et particulièrement brillantes et incomparablement nombreuses. De mon œil exercé de marin, je les examinai avidement – mais je ne pus repérer aucun des constellations auxquelles j’étais habitué. Tout au plus crus-je reconnaître l’une ou l’autre distorsion ou élongation de guingois et le désordre s’introduisit dans mon esprit lui-même, tandis que je m’efforçais une fois encore de m’orienter. Quant aux habitants de la ville, je remarquai qu’ils étaient toujours occupés à des efforts similaires… (Clark Ashton Smith, La Lémurie, Univers parallèeles). Photographie de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *