Autres terres

Île de Vancouver

Île de Vancouver

Île de Vancouver et Détroit de Georgie

L’Île de Vancouver est une immense île côtière de la province de la Colombie-Britannique.

C’est la plus grande île sur la côte pacifique du continent américain. Elle se déploie sur 32 134 kilomètres carrés et elle est longue de 460 kilomètres. Sa largeur maximale atteint 80 kilomètres.

L’Île de Vancouver est la 43e plus grande île au monde et la 11e île du Canada. C’est aussi la seconde île la plus peuplée du Canada après l’île fluviale de Montréal.

Elle est séparée du continent par une succession de détroits, notamment le détroit de la Reine-Charlotte, le détroit de Johnstone, le détroit de Georgie et le détroit de Juan de Fuca qui sépare l’île de l’État américain de Washington. La partie ouest de l’île s’ouvre vers le Pacifique.

La population de l’île est estimée à plus de 750 000 habitants dont la moitié habitent dans l’agglomération de Victoria, capitale provinciale de la Colombie-Britannique.

Les côtes de l’Île de Vancouver constituent un incroyable labyrinthe de goulets, d’îlots, d’anses, de baies, de falaises vertigineuses qui s’adossent à d’épaisses forêts, le tout baigné par les vagues majestueuses des détroits, notamment par le détroit de Juan de Fuca, ouverture vers l’océan Pacifique.

Plus de 200 espèces d’oiseaux sont répertoriés sur l’île de Vancouver, ainsi qu’environ 30 espèces de mammifères.

L’île de Vancouver se trouve dans une zone sismique, aussi peut-il y avoir des tremblements de terre accompagnés parfois de tsunamis.

Ainsi, en 1700, un tremblement de terre et un tsunami ont fait des ravages dans la région de Cascadia.

Histoire de l’île de Vancouver

Les premiers humains viennent s’installer sur l’île de Vancouver il y a environ 6 mille ans avant J.C. Au moment de l’arrivée des Européens, vers le XVIIIe siècle, ces terres étaient occupées par les tribus des Nuu-chah-nulth (ou Nootka), sur la côte ouest de l’île, par les peuples Salish dans le sud et l’est, et par les Kwakiutl, qui résidaient dans le centre et au nord de l’île.

Vers la seconde moitié du XVIIIe siècle, des pêcheurs et des négociants russes venaient sur l’île à partir de leurs postes de traite et depuis des forts militaires situés en Alaska, qui appartenait alors à la Russie. Toutefois, l’Espagne fut la première à dresser les cartes de l’île, en 1774. Le premier navire espagnol, le Santiago, commandé par le capitaine Juan José Pérez Hernández, l’a contourné et a dressé des cartes géographiques de ses côtes.

Le célèbre capitaine anglais James Cook, lors de son troisième voyage, envoya une expédition dans la baie de Nootka le 31 mars 1778. Il la déclara possession britannique, peu de temps avant de se rendre dans le sud du Pacifique, d’être pris pour un sandwich et de se faire dévorer par les insulaires. Puis ce sont encore les Espagnols qui explorent l’île en 1789. Cette fois, le capitaine Esteban José Martínez érige le Fort San Miguel près de Yuquot, une bourgade amérindienne.

Notons que le Fort San Miguel sera le seul poste espagnol sur le territoire du Canada actuel.

Les Espagnols étaient attirés par l’or qu’ils espéraient trouver dans cette région du continent. Ils explorèrent des anses abritées de la côte océanique de l’île et y mouillèrent souvent leurs navires.

Les Espagnols capturaient parfois des pêcheurs britanniques, ce qui aurait pu provoquer une guerre entre les deux nations. Mais, en 1792, la convention de Nootka est signée et l’île est cédée aux Britanniques. La convention a été rédigée par le capitaine George Vancouver, et l’île a été baptisée en l’honneur de cet habile marin et diplomate (George Vancouver avait navigué comme matelot avec James Cook dans cette région, mais étant très prévoyant, il n’a pas suivi le capitaine Cook dans son voyage chez les aborigènes des îles Sandwich, et il ne s’est pas fait manger).

La première colonie britannique sur l’île de Vancouver est créée par la Compagnie de la Baie d’Hudson en 1843. C’était le fort Camosun, qui devient un peu plus tard un centre important d’approvisionnement d’outils et de marchandises, ainsi qu’une halte lors de la ruée vers l’or du Fraser. Une ville naît à cet emplacement, est incorporée en 1862, et reçoit le nom de Victoria.

Vers la fin du XIXe siècle, les colons britanniques explorèrent la forêt touffue de l’île, mais ils durent renoncer dans la plupart des cas à défricher ces terres.

Même si les rêves d’or et de fermes agricoles prospères ont été écartés, l’exploration des véritables richesses de la région a commencé dans les années 1950, avec la construction des routes pavées.

Détroit de Georgie (Golfe de Georgie)

Le Détroit de Georgie (connu également sous le nom de Golfe de Georgie) sépare l’Île de Vancouver et le continent. On y trouve un archipel constitué de 15 îles relativement grandes et de nombreux îlots environnant la partie continentale de la Colombie-Britannique. Ce détroit est long de 240 kilomètres, avec une largeur allant de 18 à 55 kilomètres.

À chaque extrémité du détroit de Georgie, on trouve des archipels et des canaux étroits qui marquent le début et la fin du passage. Au sud, il y a les îles Gulf et les îles San Juan, tandis que l’archipel des îles Discovery s’étend vers le nord. Les noms des canaux sont le détroit de Haro et le détroit de Rosario (ce dernier relie le détroit de Georgie au détroit Juan de Fuca). Un autre détroit, situé plus au nord, s’appelle le Passage Discovery. Il relie le Détroit de Georgie au Détroit de Johnstone.

La profondeur moyenne du détroit est de 156 mètres, avec une profondeur maximale de 420 mètres. La rivière Fraser est le cours d’eau le plus important qui se jette dans le détroit.

Le traversier de Swartz Bay dessert l’île de Vancouver et le continent.

On peut visiter les îles Gulf, dont les plus grandes sont l’île Texada et l’île Lasqueti. Le vent et les vagues y sculptent des côtes déchiquetées, constellées de grottes.

Ce détroit a été nommé ainsi par George Vancouver en 1791, en l’honneur du roi britannique George III.

Remarquons que le 23 juin 1946, l’île de Vancouver a été sécouée par un grand tremblement de terre et que les profondeurs du détroit ont augmentées par endroits de 3 à 26 mètres.

Le détroit de Georgie est une importante voie de navigation empruntée par les bateaux reliant le littoral pacifique du Canada et le nord des États-Unis.

Le long des côtes du détroit, on trouve les villes canadiennes de Courtenay, Comox, Qualicum Beach, Parksville, Lantzville, Nanaimo, Powell River, Sechelt et Gibsons. L’agglomération du Grand Vancouver s’y trouve aussi en partie.

Lantzville

Lantzville est une petite communauté localisée dans la partie Est de l’Île-de-Vancouver, en Colombie-Britannique, sur le littoral du détroit de Georgie. Voisine des villes de Nanaimo et de Parksville, elle regroupe environ 3800 résidents.

Municipalité essentiellement résidentielle, Lantzville possède de nombreux commerces et propose un large choix de services à sa population.

Le nom de la ville vient de M. Frazer Harry Lantz, directeur de l’American Company, qui exploita la mine Grant à partir des années 1920. Effectivement, Lantzville fut autrefois une ville minière. De nos jours, la Fête des Mines (Minetown Day) qui rappelle cette époque est célébrée au mois de juin.

La ville accueille de nombreux vacanciers en quête de repos qui viennent habiter les cottages et les chalets qui se dressent harmonieusement au bord de la mer.

Une ligne des BC Ferries relie Lantzville au terminal de Horseshoe Bay et au terminal de Tsawwassen.

Qualicum Bay

Qualicum Bay est un petit village situé sur l’île-de-Vancouver, en Colombie-Britannique. Il rassemble une population d’environ 400 personnes sur les côtes de la baie Qualicum (Qualicum Bay), en face du détroit de Georgie.

Il ne faut pas confondre le village de Qualicum Bay avec la ville de Qualicum Beach. Ce sont deux localités différentes, la ville étant 20 fois plus peuplée que le village.

Malgré, ou peut-être du fait de ses dimensions modestes, Qualicum Bay est célèbre en Colombie-Britannique comme lieu de villégiature. En effet, on y trouve des plages sablonneuses, des motels et des gîtes judicieusement placés face à la mer, des chalets, de magnifiques villas et de belles forêts.

On peut s’arrêter dans les campings sauvages et profiter de nombreuses opportunités de loisir.

La qualité de l’air à Qualicum Bay est l’une des meilleures de Colombie-Britannique. L’eau y est relativement chaude et on n’est jamais loin de l’océan. De plus, la région regorge de petits lacs, de cavernes mystérieuses et d’arbres géants.

On y trouve plusieurs restaurants qui servent du poisson acheté directement aux pêcheurs qui jettent l’ancre chaque matin près du village.

Parmi les espaces verts de la localité, on distingue le parc Wildwood, avec son sentier qui longe la baie où l’on peut parfois observer des phoques en été. Ce parc est également fréquenté par des aigles chauves venus étudier les phoques et les humains.

Le parc provincial du Lac Spider (Spider Lake Provincial Park) est situé au sud de Qualicum Bay. Il occupe un territoire de 65 hectares. On peut y faire du canot, du kayak et de nombreuses autres activités.

À cinq minutes du centre du village se trouve l’Arrowsmith Golf & Country Club qui possède un parcours de 18 trous ouvert toute l’année. Il y a plusieurs autres terrains de golf à proximité, tels que l’Eaglecrest Golf Club, le Glengarry Golf Links ou encore le Qualicum Beach Memorial Golf Course.

On accède à Qualicum Bay en empruntant l’Autoroute 19A ou l’Autoroute 19.

Qualicum Beach

Qualicum Beach est une ville d’environ 9 mille habitants située en Colombie-Britannique, dans la partie centrale de l’île-de-Vancouver, sur les côtes du détroit de Georgie. Qualicum Beach est à une demi-heure de route au nord de Nanaimo, et à environ 1 heure et demi au nord de Victoria. Le Mont Arrowsmith se dresse près de la ville.

Il existe deux versions sur l’origine du nom de la localité. Selon la première, Qualicum veut dire «lieu où les saumons abondent» en langue Salish (une nation amérindienne). Selon une autre version, la famille de Tom et Annie Qualicum, qui étaient parmi les premiers colons à s’installer dans la région, donna son nom à la future ville.

Même si les Européens explorent ce territoire depuis la fin du XVIIIe siècle, les premières familles ne s’y établissent que vers le milieu du XIXe siècle. Ils y viennent en suivant le sentier du lac Horne. En 1894, une première route est ouverte.

Le chemin de fer arrive à Qualicum en 1914. À la même époque, on y fonde le premier club de golf et le premier hôtel, ce qui attire de nouveaux arrivants. Mais la guerre éclate en août 1914 et l’hôtel est converti en hôpital pour les soldats amputés. C’est n’est qu’en 1920 qu’il retrouve sa fonction originelle.

Aujourd’hui, la ville est entourée par 18 parcs provinciaux. La région est d’ailleurs classée par l’Unesco sous le nom de Biosphère Mount Arrowsmith par l’UNESCO. Notons en passant que la fameuse série TV sur la vie sauvage, «Go Diego Go», a été tournée à Qualicum Beach.

Plus d’une demi-douzaine de terrains de golf s’y trouvent, ainsi qu’une centaine d’hôtels et de gîtes. Le lac Horne, situé à 18 kilomètres de Qualicum Beach en suivant l’autoroute 14 et la route du lac Horne, est l’un des lacs les plus prisés par les amateurs de pêche à la truite.

Du fait de sa situation agréable et de ses infrastructures judicieuses, Qualicum Beach est choisie comme lieu de résidence par un grand nombre de retraités. En effet, plus de 40% des résidents sont âgés de 65 ans et plus.

Patricia Bay

Patricia Bay est une charmante baie, localisée dans la péninsule Saanich à juste 20 minutes de la ville de Victoria, en Colombie-Britannique.

Toute la péninsule de Saanich est un lieu qui attire ceux qui veulent passer des heures dans un endroit paisible et calme. On peut y profiter des plaisirs de la campagne, jouer sur la plage ou se promener le long de charmantes routes sinueuses, en admirant des églises anciennes, et en étant accueillis dans des auberges offrant de fins mets.

Une faune très abondante peuple les sables de la baie de Patricia. À marée basse, les amateurs de coquillages explorent le littoral en quête des petits jets d’eau qui trahissent la présence des praires et des palourdes.

En se retirant, la mer découvre les bernacles incrustées sur les bois flottants, des crevettes qui s’enfouissent précipitamment dans le sol et une multitude de créatures marines qui nagent, dérivent, rampent ou se terrent dans les flaques et la vase.

De nombreux oiseaux de rivage se rassemblent sur la plage et les promontoires rocheux de la baie en saison hivernale.

Sombrio Beach

Sombrio Beach est une célèbre plage située sur l’Île-de-Vancouver, le long de la pittoresque route Juan de Fuca Marine Trail, un sentier de 75 kilomètres qui épouse les contours de l’île de Vancouver.

Sombrio Beach est bien connue par les amateurs de surf, car les vents qui soufflent presque toujours du nord vers le nord-est forment de hautes vagues propices à la pratique de ce sport.

Deux sites de camping y ont été aménagés, l’un étant du côté est de la plage, et l’autre du côté ouest.

Parmi les autres attraits touristiques, on compte le parc provincial Loss Creek et la ravine de Parkinson Creek qui se trouvent à 9 kilomètres de Sombrio Beach.

On peut également voir de profondes grottes creusées par les vagues, une chute d’eau et des bassins creusés eux aussi par la mer.

Route des Vins de l’Île-de-Vancouver

La Route des Vins de l’Île-de-Vancouver débute à Mill Bay, où la célèbre Merridale Estate Cidery se trouve et se termine à Cherry Point Vignoble, au nord de Cobble Hill, en passant par la ville de Victoria, où une visite s’impose au Vignoble Victoria Estate, localisé sur les berges de la baie Brentwood.

Le long de cette route, les visiteurs peuvent goûter d’excellents vins de Colombie-Britannique et faire des visites guidées dans un grand nombre de vignobles et de cidreries. Dans certains, on peut aussi goûter des produits du terroir.

Les touristes qui choisissent l’excursion de la Route des vins, découvrent le processus de préparation du vin, depuis la collecte des fruits à l’embouteillement. D’ailleurs, on se promène à travers des collines verdoyantes et des pommeraies.

La route passé par la péninsule de Saanichton, avec le vignoble de Marley Farm.

Le long de la route, on peut visiter le Venturi-Schulze Vineyards, le Blue Grouse Vineyards, le Godfrey Brownell Vineyards, l’Alderlea Vineyards et la Zanatta Winery, près de la ville de Duncan. Près de Nanaimo, on trouve le Chateau Wolff Vineyard.

Notons que les vignobles de l’île-de-Vancouver ont une histoire riche qui débute dans les années 1920, quand l’ère de la prohibition sur l’île prend fin. Le premier vignoble est aménagé vers 1925 à Loganberry, sur la péninsule de Saanich. La toute première usine de production du vin ouvre ses portes dans le centre-ville de Victoria, sur la rue Quadra, en 1925. Depuis, des centaines d’hectares de terres rejoignent chaque année l’industrie du vin.

Aujourd’hui, l’île-de-Vancouver possède des dizaines de vignobles. C’est l’Association des Producteurs de Raisins de l’île-de-Vancouver qui regroupe la plupart de cultivateurs et producteurs de vin. Les vins de Colombie-Britannique deviennent de plus en plus populaires dans le monde.

Le rêve est nécessaire quand s'achève à jamais le temps de l'adolescence (Claude Jasmin, écrivain québécois). Photographie par Megan Jorgensen.
Le rêve est nécessaire quand s’achève à jamais le temps de l’adolescence (Claude Jasmin, écrivain québécois). Photographie par Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *