Autres terres

Bathurst

Bathurst

Ville de Bathurst

Bathurst est une ville industrielle de  14 mille habitants que se dresse à l’embouchure de la rivière Nepisiguit (en langue micmac, « rivière tumultueuse), dans la Baie des Chaleurs. C’est la seule grande ville du nord-est du Nouveau-Brunswick.

Nicolas Denys, gouverneur français « du littoral et des îles du Saint-Laurent », fonda ici une colonie en 1652 (Aujourd’hui, la tombe et le monument funéraire de Denys se trouvent dans le centre-ville de Bathurst). Après la mort du gouverneur, la colonie fut abandonnée jusqu’à la fin du XVIIIe siècle quand des colons acadiens en anglais la ranimèrent.

D’abord connue sous les noms de Nepisiguit et St-Peters, la localité reçut le nom de  du secrétaire britannique aux Colonies, Lord Bathurst, en 1826.

Au début du XIXe siècle, elle était un centre important d’exploitation forestière de construction navale au Canada. Au XXe siècle, réputée longtemps pour ses papeteries, Bathurst est devenue un centre minier important vers 1950. Près de 40 pour 100 des réserves canadiennes d’argent, de zinc, de plomb et de cuivre se trouvent ici. Les mines et les moulins se trouvent à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de la ville. Dernièrement, quelque mines ont été fermées et la ville est en train de diversifier son économie.

Le port de Bathurst renferme plusieurs marinas et plusieurs excursions en bateau sont offertes aux touristes. D’ailleurs, la ville possède plusieurs belles plages publiques, notamment au parc provincial Youghall (par Youga). À l’ouest de la ville, on trouve les chutes Tetagouche, Pabineau et Grand Falls.

Le Musée Herman J.Good Memorial de la Légion royale canadienne expose des objets militaires.

En juillet, Bathurst célèbre les Journées de l’hospitalité.

Province du Nouveau-Brunswick

La capitale du Nouveau-Brunswick est Fredericton. Le Nouveau-Brunswick est entré dans la confédération canadienne en 1867.

Il fait partie avec Terre-Neuve-et-Labrador, l’Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse de la Région de l’Atlantique.

Il est situé entre le Québec à l’ouest et la Nouvelle-Écosse à l’est. On appelle traditionnellement les Maritimes : le Nouveau-Brunswick, l’IPE et la Nouvelle-Écosse.

Le relief est composé de vastes forêts et de longues zones littorales. Un immense manteau forestier recouvre le sol mince et pauvre caractéristique des reliefs de l’extrêmité du massif appalachien. Quelques enclaves fertiles existent comme la vallée de la rivière Saint-Jean.

La population se concentre dans les villages du littoral caractérisés par une côte déchiquetée et sauvage, où se succèdent criques, falaises, baies et îles. L’économie du Nouveau-Brunswick repose sur la pêche, l’agriculture, la forêt et les mines (il produit par exemple plus de 93% du bismuth canadien). L’industrie du tourisme se développe, mais la pâte de bois, le papier, et le bois de construction restent la principale industrie du Nouveau-Brunswick.

Les trois plus grandes villes sont Moncton, Fredericton et Saint-Jean. Edmundston est la plus grande ville unilingue francophone du Canada à l’extérieur du Québec. Les autres villes d’importance sont : Bouctouche, Grand-Sault, Campbellton et Bathurst.

Le Nouveau-Brunswick compte 757 000 Néo-Brunswickois. Environ 65 % de la population est anglophone et 35 % est francophone. C’est la seule province à être officiellement bilingue. La signalisation routière est bilingue (anglais/français) dans toute la province.

La région francophone occupe tout le nord et l’est, c’est-à-dire en amont du fleuve Saint-Jean, dans la région de Saint-Quentin ainsi que sur les rives de la baie des Chaleurs et du golfe du Saint-Laurent. La région anglophone se situe dans le sud, le centre et l’ouest, en d’autres termes sur les rives de la baie de Fundy, en aval du fleuve Saint-Jean et dans la vallée du fleuve Petitcoudiac. En résumé, on peut dire qu’une ligne diagonale allant du nord-ouest au sud-est sépare le Nouveau-Brunswick en deux « régions linguistiques ».

Les trois peuples autochtones du Nouveau-Brunswick sont les Micmacs, les Malécites et les Passamaquoddys. Ces peuples font partie de la famille algonquienne. Le nom du Nouveau-Brunswick provient du nom anglais de la ville de Braunschweig en Allemagne.

La devise provinciale est Spem Reduxit, qui signifie L’espoir fut restauré en latin.

Superficie par rapport au reste du Canada : 0,7%

Nouveau-Brunswick

Parrages du Nouveau-Brunswick. Photo : GrandQuebec.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *