Autres terres

Baie de Fundy

Baie de Fundy

Baie de Fundy

La baie de Fundy se trouve sur la côte atlantique, à l’extrémité nord du Golfe du Maine, entre les provinces du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse. La Baie de Fundy mesure 270 kilomètres de long, tandis que sa largeur moyenne est de 80 kilomètres, atteignant parfois 100 kilomètres. La profondeur maximale de la baie est de 150 mètres et la moyenne est de 50 mètres.

On est d’avis que son nom remonte au XVIe siècle. Des marins portugais l’auraient baptisée Fondo ce qui veut dire « profonde ». Une autre version crédible explique l’origine du nom par le mot français « fond » (de la baie).

En effet, c’est Samuel Champlain qui l’explora et la décrivit en 1604.

Deux étroits prolongements de la baie de Fundy forment la baie de Chignectou et la baie Minas. On y trouve aussi quatre sous-bassins, notamment la Baie de Passamaquoddy et la Baie Back du côté du Nouveau-Brunswick, le bassin d’Annapolis du côté de la Nouvelle-Écosse et la baie de Cobscook du côté de l’État du Maine.

Plusieurs récifs et îlots pour la plupart à l’embouchure de la baie, s’y trouvent. Les rivages de la baie de Fundy sont rocheux, mais peu élevés, quoiqu’on y trouve des escarpements d’environ 200 mètres de hauteur.

La caractéristique la plus connue de la baie de Fundy sont ses grandes marées qui arrivent jusqu’à 21 mètres de hauteur dans le bassin de Mines. Il semblerait que ces marées sont les plus hautes au monde, même si les Québécois contestent ce fait en considérant que les marées les plus hautes sont celles de la rivière aux Feuilles dans la baie d’Ungava dans le grand-nord du Québec.

En fait, le Service hydrographique du Canada a tranché que les marées des deux baies sont égales (une décision digne du roi Salomon, en tout cas, le record reste au Canada).

Une centrale électrique alimentée par l’énergie marémotrice existe à Annapolis Royal en Nouvelle-Écosse, à l’embouchure de la rivière Annapolis. Cette centrale, plutôt expérimentale, produit 18 mégawatts de puissance. Elle sert également de projet pilote pour observer les impacts environnementaux des centrales de ce type (l’érosion des berges, l’ensablement de la rivière, les effets sur la faune marine et sur la flore, etc.).

baie fundy

Le Phare « The Lightkeeper’s Kitchen and Guesthouse » donne sur les falaises du Cape d’Or de la baie de Fundy. Le seul en Nouvelle-Écosse à offrir le gîte aux visiteurs. Photo : © Voyagecanada

L’île la plus grande est celle de Grand Manan qui se trouve à la frontière entre le Nouveau-Brunswick et l’État du Maine.

L’île Campobello est une destination touristique. Le président Franklin Delano Roosevelt y avait sa résidence d’été. D’autres îles célèbres sont l’île de Moose, l’île Deer, l’île Brier, l’île Long Island, l’île Haute, les Cinq Îles et les rochers d’Hopewell.

La baie est alimentée par plusieurs cours d’eau, dont le fleuve Saint-Jean, les rivières Magaguadavic, Memramcook, Petitcoudiac, Sainte-Croix, Shepody, Tantramar, Annapolis, Avon River, Cornwallis, Salmon River, Shubenacadie.

Remarquons que les fortes marée de la baie de Fundy sont à l’origine d’un phénomène très intéressant, soit un renversement du flot des eaux entre les marées basses et hautes.

Un autre phénomène spectaculaire est le mascaret. Il s’agit d’une vague qui déferle vers l’intérieur des terres à l’avant de la marée haute. On retrouve les mascarets à plusieurs endroits, notamment sur la rivière Petitcodiac à Moncton et sur la rivière Avon près de la ville de Windsor en Nouvelle-Écosse.

Plusieurs villes sont situées le long des berges de la baie de Fundy, soit la ville de Saint-Jean, Moncton, Saint-Andrews, Blacks Harbour, Sackville, Amherst, Truro, Windsor, Wolfville, Kentville, Annapolis Royal et Digby entre autres.

par chignecto

Parc provincial du Cap Chignecto, Nouvelle-Écosse, baie de Fundy. Ce aprc est parfait pour les amoureux de la randonnées pédestre. Il est possible d’emprunter des sentiers pour faire une randonnée de quelques heures à quelques jours. Photo : © VoyageCanada

Quant à la faune de la baie, on y retrouve près de mille espèces, dont une grande variété de poissons. On y dénombre la morue franche, le hareng, le merlu rouge, la plie, le merlu argenté, la goberge, le sébaste, le maquereau, l’aiglefin, le flétan, plusieurs espèces des raies et des requins.

En période d’été, on y voit des marsouins, de rorquals, des baleines noires de l’Atlantique et des phoques communs.

D’ailleurs, des millions d’oiseaux y nichent : goélands, mouettes, sternes, cormorans, pingouins, guillemots à miroir, guillemots de Troïl, canards de mer et autres.

Il y existe un large réseau de traversiers maritimes, de navires et des bateaux de pêche.

Le Parc national de Fundy a été aménagé le long d’une partie de la baie de Fundy. Ce parc, où on peut admirer la forêt de Fundy, les marées, la faune et la flore de la région, atteint de plus en plus de popularité chaque année.

Musée et bibliothèque de Quaco (Quaco Museum and Library)

Le Musée et la bibliothèque de Quaco (Quaco Museum and Library) retracent l’histoire et l’héritage de la région de Saint Martins, située le long des berges de la baie de Fundy, au sud du Nouveau-Brunswick. On peut y voir des documents et des objets témoignant du passé glorieux de l’un des plus importants chantiers navals canadiens au XIXe siècle.

Les collections permettent d’admirer aussi bien des jouets que des fours qui servaient à préparer le souper pour une famille d’une douzaine d’enfants. Une réplique du Quaco Queen, le dernier bateau construit à Saint Martins, y est également présentée, ainsi que des tableaux, des broderies, des photos anciennes, des instruments utilisés par les ouvriers des chantiers navals, etc.

Quant à la bibliothèque, qui fait partie du complexe muséal et qui se nomme la Carson Memorial Library, elle fonctionne comme une bibliothèque communautaire, animée par des citoyens du village. Naturellement, la bibliothèque accepte les dons des visiteurs, les livres et les DVD en français pour les vacanciers sont les bienvenus.

Le musée de Quaco a ouvert ses portes en juillet 1978 à l’initiative de la Bibliothèque et Société Historique de Quaco (Quaco Historical & Library Society). Aujourd’hui, il est ouvert tous les jours en haute saison et sur réservation hors saison.

Une boutique vend de belles cartes de souhaits et autres souvenirs qui rappelleront aux visiteurs leur passage à St. Martins.

Village de St. Martins

Pendant longtemps, le village de Saint Martins, paisible communauté située dans la baie de Fundy à l’est de la ville de Saint-Jean, dans le sud de la province du Nouveau-Brunswick, fut l’un des principaux centres de la construction navale au Canada. C’est également dans cette région que l’on peut observer l’une des plus importantes marées au monde.

La population permanente de Saint Martins est d’environ 340 habitants, mais en été, des centaines voire des milliers de vacanciers viennent se joindre aux résidents.

Jusqu’au XXe siècle, la localité était également connue sous le nom malécite de Quaco (aujourd’hui, un arrondissement de St. Martins porte le nom de West Quaco). Les premiers colons sont des soldats loyalistes qui y émigrent après la guerre d’indépendance des États-Unis, en 1783. Dans la première moitié du XIXe siècle, on y construit plus de 500 vaisseaux. Le premier train arrive en 1879, ce qui contribue à l’essor du village, mais le 31 mai 1900, un grand incendie détruit la plupart des maisons du village.

Dans le port on peut admirer des dizaines de petits bateaux de pêche de différentes couleurs qui profitent généralement de la marée haute pour sortir en mer. Deux ponts couverts, un phare et des jardins encerclent le port, qui est considéré comme l’un des plus photogéniques du Canada.

Aujourd’hui, St. Martins, avec ses célèbres roches rouges, ses grottes, les Collines calédoniennes qui l’entourent, ses sentiers ornithologiques, ses maisons victoriennes, ses nombreuses galeries et boutiques, est de plus en plus populaire auprès des Canadiens, dont des milliers de Québécois, ainsi qu’auprès de ses voisins Américains et même des lointains Européens. De plus, St. Martins est la porte d’entrée du Sentier de Fundy.

Bref, depuis le début du XXIe siècle, St. Martins est devenu l’un des symboles des vacances au bord de la mer au Nouveau-Brunswick, et les cottages, les gîtes et les hôtels y sont nombreux.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *