Oubliez le boulot !

Voyage à Lotbinière

Voyage à Lotbinière

Destinations touristiques au Québec : Voyage à Lotbinière

La municipalité de Lotbinière est membre de l’Association des plus beaux villages du Québec. Elle s’accroche au bord d’un plateau dominant le Saint-Laurent, à une cinquantaine de kilomètres de la ville de Québec.

On peut voir dans la municipalité un certain nombre d’édifices anciens comme le moulin du Domaine, situé au bord du Saint-Laurent, le moulin du Portage, le long de la rivière du Chêne, ainsi que de magnifiques maisons en pierre du XVIIIe du XIXe siècles et plusieurs maisons en bois. Au coeur de Lotbinière se dresse une église bâtie en 1818 par le célèbre architecte François Baillargé. Elle forme un ensemble harmonieux avec le vieux presbytère et le couvent.

Une grande partie de ces constructions se trouvent le long de la rue Marie Victorin (route 132). En effet, on y voit la maison Pagé, la maison Bélanger, le Manoir Chavigny-de-la-Chevrotière ainsi que le Moulin du Domaine.

En saison estivale, on peut également visiter le Centre agrotouristique de Lotbinière situé dans la Ferme de l’Université Laval. On y élève des autruches et un centre d’interprétation des potagers, des vergers et de la ferme laitière y est aménagé.

Durant l’été, on peut aussi se rendre au Domaine Joly-de-Lotbinière, un centre de loisirs qui se compose d’un manoir avec ses dépendances, de jardins et d’une plage. On peut y assister à des concerts classiques le dimanche, et visiter des expositions.

En hiver, les amateurs de ski viennent au Centre de ski de fond La Pinière, situé sur la Route de la Pinière.

Avec un peu de chance, on peut assister au printemps à l’arrivée magique des oies des neiges qui déferlent sur Montmagny et sur l’archipel de l’Isle-aux-Grues.

En toutes saisons, le Marché public de Lotbinière se tient au centre du village.

Si vous êtes en quête d’hébergement, vous pouvez aller au Motel Saint-Louis, au 7525, route Marie-Victorin, à l’auberge La Romaine, au 7406 route Marie-Victorin, ou encore à l’auberge Aux Saisons du Fleuve, située au 7410, route Marie-Victorin.

Notons finalement que Chartier de Lotbinière attribua le nom de Choisy à son fief du Canada, en souvenir de Choisy-le-Roy, en banlieue de Paris ; plusieurs lieux au Québec, dont un hameau de Choisy, en sont les témoins.

Rapides de Richelieu

Point de repère important pour les navigateurs, les rapides Richelieu se situent en plein centre du Saint-Laurent, à 1,5 km des côtes, entre Lotbinière et Deschambault. Pratiquement invisibles, ils s’étendent sur une distance de près de 2 kilomètres et correspondent à un rétrécissement du chenal, marqué, surtout à la marée basse, par un courant beaucoup plus fort que partout ailleurs sur le Saint-Laurent en aval de Montréal. La carte du sieur d’Anville (1755) indique seulement Richelieu sans terme générique pour les rapides. John Knox (1769) les désigne Rapids of Richelieu dans son Journal. Le spécifique Richelieu évoque le cardinal de Richelieu, influent ministre français sous Louis XIII.

Mont Sainte-Marguerite

D’une altitude de 698 mètres, ce mont de la bordure septentrionale des Appalaches est le point culminant du relief de Lotbinière. À 8 kilomètres au sud-est du village de Saint-Sylvestre, il domine la plaine laurentienne qui s’étend immédiatement au nord. Le site a connue une certaine célébrité au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale pour suite de l’installation d’une station de radar à son sommet. Active entre 1953 et 1964, la base de la Force royale canadienne de l’air a rassemblé jusqu’à 800 personnes. Mont Radar et Mont du Radar, désignations quelquefois utilisées sur les cartes et dans l’usage populaire, n’ont pas réussi à supplanter le nom de Sainte-Marguerite, qui est celui d’une concession voisine connue depuis la première moitié du XIXe siècle.

Accepté en 1953 par la Commission de géographie du Québec, le nom Mont Sainte-Marguerite paraît l’année suivante sur une carte topographique. On l’avait retrouvé antérieurement dans sa forme anglaise, St. Margueret Mountain, dans l’édition de 1926. Le site a été valorisé par le développement d’activités de plein air et par l’observation astronomique.

Réserve écologique de la Rivière-du-Moulin

Cette réserve écologique, constituée par décret le 8 octobre 1975, est située sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, dans la municipalité de Lotbinière, à quelque 65 km au sud-ouest de Québec. Son territoire, d’une superficie de 3,5 ha, est connu localement sous l’appellation de Bois-du-Domaine. Il comprend une pruchière à pin blanc, délimitée par la route Marie-Victorin et le ruisseau Saint-Eustache, dénommé aussi Ruisseau du Domaine ou Ruisseau du Moulin. Dès la fin du XVIIe siècle, on y exploitait un moulin  à farine, activité qui s’est poursuivie pendant près d’un siècle. Le moulin actuel, construit en 1799, occupe l’emplacement du premier moulin de 1693. Il est connu localement sous le nom de Moulin du Domaine et il est classé monument historique depuis 1964.

rivière beaurivage

Paysage de Lotbinière, rivière Beaurivage. Photo libre de droits.

En savoir plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *