Oubliez le boulot !

Destination Chandler

Destination Chandler

Voyage à Chandler

La ville de Chandler, née en février 1916, doit son nom à un industriel américain de Philadelphie Percy Milton Chandler et ses frères qui y implantèrent une pulperie et une grande scierie, à l’embouchure de la rivière du Grand Pabos. Le territoire de la ville est bordé au sud par la mer et au nord par la forêt et s’étend de la rivière du Nord à l’ouest jusqu’au bureau d’accueil touristique à l’est.

Chandler se situe à environ 55 kilomètres au sud-ouest de la ville de Gaspé.

Des attraits touristiques les plus intéressants, on peut citer les suivants :

  • Réseau de pistes de ski de fond, d’une longueur de plus de 20 kilomètres;
  • Sites de pêche sur le quai de Chandler où on pêche l’éperlan et le maquereau;
  • Parc du Bourg de Pabos à Pabos Mills (secteur de Chandler) avec un centre d’interprétation, des belvédères d’observation, un camping, un sentier pédestre et cyclable et une plage;
  • Site de Mary-Travers dit La Bolduc à Newport.
  • Épave du cargo péruvien Unisol, échoué et abandonné à Chandler en 1983;
  • Poste de pêche de Pabos dont les activités s’échelonnent de 1729 à 1758 et constituent l’une des tentatives de peuplement permanent en Gaspésie, en Nouvelle-France.

La ville possède un club de golf de 18 trous, un terrain de tennis, une piscine extérieure, un centre sportif, une salle de quilles, une marina, une belle plage aménagée.

On y trouve plusieurs clubs de services et communautaires, tels Lions , Chevaliers de Colomb, Filles d’Isabelle, Les Fermières, A.D.J., Chambre de Commerce, Corporation portuaire de Chandler, le Club Nautique, l’Association du hockey mineur, le Club de patinage artistique les Flocons d’Or, Sapinart et autres.

La ville de Chandler est desservie par un aéroport. D’ailleurs, on accède à Chandler en suivant la route 132.

Historique de la ville de Chandler

À l’origine, la ville de Chandler (1958), d’abord identifiée comme la municipalité du village de Chandler (1916), appartenait au territoire de l’ancien établissement de Pabos et était connue sous le nom de Portage-du-Grand-Pabos, forme en partie retenue pour le bureau de poste dénommé Grand-Pabos-Centre entre 1910 et 1913.

La dénomination Grand-Pabos fut également en usage dans les temps anciens et une tentative de la substituer à Chandler, à la fin des années trente, échoua en raison de la résistance de la population.

C’est monseigneur François-Xavier Ross qui avait été l’initiateur de ce projet. Cette ville, à présent caractérisée par un port de mer d’importance et une industrie papetière d’ampleur notable, se situe à l’entrée nord de la baie des Chaleurs, entre Pabos et Newport, en bordure d’une superbe plage sablonneuse.

Les Chandlerois sont redevables de leur gentilé à Percy Milton Chandler, un Philadelphien avec qui Julien-Édouard-Alfred Dubuc (1871-1947) de Chicoutimi a créé à cet endroit une pulperie importante en 1912, à l’entrée de la rivière du Grand Pabos. Chandler a été le premier président de la compagnie St. Lawrence Pulp and Lumber Corp.

Les Étroits

Derrière Chandler en Gaspésie, une section de la rivière Pabos Ouest s’appelle Les Étroits. Né dans le sillage de la construction du chemin de fer entre 1908 et 1913, Saint-Marc-du-Lac-Long (route 289), dans le Témiscouata, à la frontière du Nouveau-Brunswick et du Maine, est issu du regroupement des agglomérations de Bélanger, Courchesne, Glendyne et Les Étroits ; ce dernier toponyme décrit le resserrement des deux rives du lac compressé par les parois voisines.

L’Encyclopédie canadienne nous rappelle que « durant plusieurs années, le nom Québec, « passage étroit » en langues algonquiniennes, désignait le territoire français compris entre le golfe du Saint-Laurent et la rivière Ohio ».

Canton de Pellegrin

Proclamé en 1936, situé à environ 45 km au sud-ouest de la ville de Gaspé et à 15 km au nord de celle de Chandler, ce canton de l’intérieur gaspésien est traversé par la rivière du Petit Pabos. Son nom, choisi en 1928, évoque Gabriel Pellegrin (1713-1788). De 1734 à 1740, il a assisté Richard Testu de La Richardière, capitaine du port de Québec, dans l’exécution des levés hydrographiques les plus considérables jamais entrepris sous le Régime français, principalement dans le golfe du Saint-Laurent. Pellegrin fut nommé hydrographe du roi en 1757 en remplacement du père Joseph-Pierre de Bonnécamps. Rentré en France après la Conquête, il y poursuit sa carrière. Lieutenant de vaisseau, il est en poste à Brest après 1773 où il meurt en 1788.

Chandler

Chandler. Source de l’image : Ville_de_Chandler.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *