Oubliez le boulot !

Voyage à Contrecoeur

Voyage à Contrecoeur

Contrecoeur comme destination touristique

Contrecoeur s’étend le long du fleuve Saint-Laurent. Cette ville fut fondée à la fin du XVIIe siècle et des bâtiments historiques peuvent être admirés par les visiteurs, ainsi que ses îles et boisés à grand potentiel récréatif.

La communauté a démontré à maintes occasions sa capacité à relever des défis de taille, mentionnons à titre d’exemple la célébration annuelle de la Fête nationale, ou encore son équipe de hockey junior les Éperviers.

Le fleuve offre une multitude d’activités nautiques. Deux marinas ont leur siège à Contrecoeur. De plus, on peut y pratiquer la pêche au printemps et la pêche blanche en hiver.

Pour les amateurs d’histoire, la Maison Lenoblet-du-Plessis est un bâtiment classé monument historique. Ce site offre des expositions toute l’année.

Cette maison, situé au numéro 4752, boulevard Marie-Victorin, fut érigée vers l’année 1794.

La maison a appartenu longtemps au notaire Alexis Lenoblet du Plessis, d’où son nom. Ce dernier aurait, selon plusieurs sources, accueilli les Patriotes pour plusieurs réunions secrètes ayant mené à la rébellion armée.

Dans l’histoire des Patriotes, la ville de Contrecoeur s’inscrit comme un poste important d’arrière-garde et un lieu de réunions historiques.

De nos jours, la maison est une propriété municipale et elle abrite un centre d’interprétation témoignant de l’histoire du bâtiment et de la ville de Contrecoeur.

Le parc Cartier-Richard entoure la maison Lenoblet-du-Plessis.

Îles de Contrecoeur

C’est à une quarantaine de kilomètres à l’est de Montréal, dans le Saint-Laurent, que l’on trouve les îles de Contrecoeur. Elles sont comprises dans la municipalité du même nom et elles s’étirent sur 5 kilomètres. Celles-ci tirent leur dénomination de la seigneurie de Contrecoeur, concédée, le 29 octobre 1672, à Antoine Pécaudy de Contrecoeur, officier du régiment de Carignan. Ces îles et îlots seront ajoutés à la seigneurie lors d’une nouvelle concession par le gouverneur Louis de Buade de Frontenac, le 26 août 1673.

En 1815, Joseph Bouchette écrit : « Le groupe de petites îles vis à vis, appelées les îlots de Contrecoeur ». Regroupé autour de la Grande Île, l’archipel aménagé en parc, comprend notamment les îles suivantes : île aux Sternes, île de la Petite Colonie, îlet à Lefebvre, île Duval, île aux Boeufs, île Richard, île Ronde, île aux Rongeurs, île Chipeau, île Hurteau, îlets à Lacroix, île Devant l’Église, île à McNicoll, île Viau, île de la Cache, île à Plante, île à Bonin, île à Brillant, île aux Branches, île au Dragon, île aux Veaux, île aux Rats et îlot de l’Île aux Rats.

Saint-Laurent-du-Fleuve

D’abord attribué à une paroisse érigée canoniquement en 1949, ce toponyme, résultat d’une variation sur le nom du fleuve, désigne un secteur rattaché à la municipalité de Contrecoeur. En plus de l’église, on y trouve trois colonies de vacances, les résidences d’un grand nombre d’estivants et une population permanente d’environ mille personnes. L’exploitation d’une sablière revêt localement une grande importance. Ce toponyme est également en usage pour identifier une circonscription électorale municipale depuis 1985.

Maison Moreau

Maison Jean-Marie Moreau de Contrecoeur. Source de l’image : lecontrecourant.ca.

Voir aussi :

1 commentaire

  1. Jean Tetreault

    2019/01/29 at 7:51

    Vous parlez de la majison de Lenoblet certe mais vous montrez la maison de Jean-Marie Moreau non de Contrecour mais de Verchères. Suggestion: montrer le moulin à vent!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *