Bestiaire du Québec

La pêche et les leurres

La pêche et les leurres

La pêche sportive et les leurres artificiels

Au Québec, on compte des centaines de milliers de lacs et rivières et un grand nombre de ces eaux sont très poissonneuses. Alors des milliers et des milliers de pêcheurs se rendent à ces plans et cours d’eau pour la pêche sportive. Mais, généralement, pour attraper un poisson, il faut disposer des leurres et appâts – naturels ou artificiels, et le choix de le la catégorie dépend de la situation (par exemple, dans les eaux boueuses et froides, les poissons carnassiers préfèrent la nourriture légère qu’ils peuvent obtenir du fond).

Des leurres de pêche naturels sont des organismes vivants, tels les vers de terre, lombrics, insectes (sauterelles, coléoptères, crickets, etc,), sangsues, papillons, lézards, larves, mollusques, crustacés, grenouilles, crapauds, petits poissons qu’on utilise selon le poisson recherche à appâter et qui tous font un excellent leurre pour des petits et des gros poissons prédateurs.

Cependant, l’utilisation de leurres naturels est strictement réglementée, par exemple, on ne peut qu’utiliser des poissons morts à titre de leurre de pêche et ça en hiver seulement. Dans certains cas, il faut même détenir un permis pour capturer des futurs leurres de pêche.

Curieusement, les leurres artificiels, c’est-à-dire, les imitations des organismes en bois, en plastique mou ou dur, en métal, en caoutchouc sont excellents substituts des leurres naturels. Plus encore, en règle générale, les poissons carnassiers sont mieux capturés par des appâts artificiels !

Comment choisir le leurre

Nous en sommes donc arrivés au problème du choix des leurres artificiels, et c’est vraiment un problème car le choix des appâts est essentiel pour attirer les poissons et ça pendant toute la journée.

Dirons que pour s’assurer des prises, il faut essayer de regarder le monde à travers les yeux des poissons. Que recherche un poisson carnassier? Qu’aimerait-il manger ? Si on comprend « le point de vue d’un poisson », la question qu’on pose devient facile : Comment fabriquer un appât artificiel qu’il ressemble à un être vivant ?

Aujourd’hui, toutes sortes de leurres de toutes formes, tailles et couleurs sont en vente. Toutefois, il ne faut pas oublier que seuls les vrais maîtres peuvent fabriquer des objets inanimés, qu’un poisson carnassier affamé confondrait avec un poisson frappé ou blessé. Ainsi, de nos jours, la capture de poissons sur des leurres artificiels est devenue une science, et il faut étudier scrupuleusement chaque méthode de capture pour acquérir la sagesse d’un vrai gourou de la pêche.

Nous devons faire donc en sorte que le leurre ait l’air aussi naturel que possible, que l’appât soit conçu pour qu’il puisse se déplacer comme un poisson vivant qu’il imite à perfection la proie d’un carnassier. Mais les modèles qu’offre le marché sont tellement variés que cela peut être source de confusion. En effet, un leurre est parfait pour la pêche en eaux peu profondes ou dans les couches supérieures de l’eau, tandis que un autre, plus gros, est idéal pour la capture à une profondeur de plus de 2 mètres. Il en a des appâts qu’on doit utiliser dans la chaleur de l’été, dans un plan d’eau envahi par la végétation et il y en a d’autres qui sont propices à la pêche blanche. La meilleure solution donc est de faire recours à un bon professionnel, un expert en cette science de la pêche, comme Leurres Mania qui vous aideront à choisir les leurres au réalisme époustouflant, plus vrais que nature, que les poissons auront bien du mal à résister et qui permettront d’atteindre les meilleurs résultats à tout pêcheur sportif.

Bonne chance !

Une leurre métallique. Photo libre de droits.
Une leurre métallique. Photo libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *