Des nouvelles pas fraîches

Université du Mont-Royal

Université du Mont-Royal

Le nouvel immeuble de l’Université de Montréal

Les plus jeunes étudiants finiront leurs études à l’université du Mont-Royal, déclare M. Godbout

Québec connaît son devoir, et il le fera proclame le premier ministre – Quarante mille personnes ont visité le nouvel immeuble – Présence de nombreuses personnalités – Félicitations unanimes à la jeune Chambre de Commerce

« La nouvelle université de la Montagne sera terminée bientôt, aussitôt que possible ; elle le sera dès que nous aurons les moyens matériels de le faire », a déclaré l’honorable premier ministre de la Province, M. Adélard Godbout, devant l’immense foule qui avait envahi les magnifiques immeubles de la Montagne, et il précisa : « Les plus jeunes de la génération actuelle des étudiants de l’université de Montréal ne termineront pas leurs études dans les immeubles de la rue Saint-Denis ».

Ces déclarations du premier ministre furent longuement applaudies. Elles couronnaient les efforts des amis de l’université qui s’étaient dépensés sans compter pour le succès d’une manifestation qui doit être le premier pas vers la réalisation du « rêve des jeunes ». La jeune Chambre de Commerce avait organisé cette visite et avait fixé le but qu’elle poursuivait dans mot d’ordre : « Mieux la connaître pour mieux l’aider ». On peut dire qu’elle a dépassé son but, car non seulement quarante mille personnes, de toutes les classes de la société, ont répondu à son appel, mais les autorités de la province ont tenu à affirmer une autre fois, et par des paroles non équivoques, que la gravité et l’urgence du problème universitaire ne leur échappaient pas et que tout serait fait pour le résoudre. Samedi, on eut une preuve de plus que les désirs des étudiants, comme de toute la population de la ville, étaient entièrement partagés par nos dirigeants.

Les discours furent prononcés dans la salle de ce qui sera la bibliothèque. Douze mille personnes y prirent place, et des hauts-parleurs permettaient à la foule disséminée dans l’immeuble d’entendre les orateurs. Une garde d’honneur, formée par les cadets de l’université, entourait l’estrade où avaient pris place de nombreux invités.

Devant l’estrade se trouvait un détachement du Canadian Women Voluntary Corps, tandis que les étudiants remplissaient l’aile gauche de la salle. Chaque faculté était représenté et des pancartes indiquaient avec humour le sens que l’on donnait à cette visite. Sur l’une, on voyait une tortue s’essouflant à la course, avec la légende : « Je sens que ça vient », sur une autre, on pouvait lire : « Si la montagne ne vient pas à Mahomet, Mahomet ira à la montagne. »

Le 23 octobre dernier (23 octobre 1940), au cours d’une causerie qui prononçait M. Vallée devant les membres, il disait dans quelles conditions lamentables, tant pour les professeurs que pour les étudiants, se donnaient les cours de l’immeuble de la rue Saint-Denis.

Depuis longtemps, les locaux ne répondaient plus aux besoins du nombre toujours grandissant des étudiants et que dans ces conditions l’enseignement ne donnait pas le rendement que nous sommes en droit le but est de former nos dirigeants de demain.

(Cette nouvelle date du lundi, 25 novembre 1940).

Maquette de l'université de Montréal.
Maquette du nouvel immeuble de l’Université de Montréal, présentée au grand public qui sera connue pendant longtemps comme l’université de la Montagne ou l’université du Mont-Royal. Photographie de l’époque, image libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *