Des nouvelles pas fraîches

La Toile se tisse de nouveaux liens

La Toile se tisse de nouveaux liens

La Toile du Québec change de look

« Le 6 juillet, les habitués ne reconnaîtront plus que notre logo », affirme Yves Williams, président de Netgraphe, éditeur du répertoire le plus célèbre sur la scène québécoise. Le lifting, en plus de changer la vitrine de la page d’accueil, inclura des canaux Web, une façon très Internet d’attirer de nouveaux adeptes et de garder les autres.

Qu’est-ce qu’un canal Web ? « C’est une chaîne spécialisée qui propose des liens aux internautes ayant des intérêts particuliers vers des sites et des ressources qui les intéressent, explique André Bélanger, directeur de l’information des chaînes Web. En traitant de sujets aussi spécialisés, on rejoint des gens qui veulent en savoir davantage sur un sujet qui les touche autant sur le Web que dans la vraie vie. » Le Web est un bassin d’informations gargantuesque et depuis ses origines, de bonnes âmes ne cessent de créer des outils pour « l’organiser ». La Toile est un de ces répertoires/outil de recherche. Créé il y a trois ans par deux internautes soucieux de simplifier la vie des internautes, il est tellement consulté qu’en mars, il a franchi le cap capital du million de visiteurs par mois. Pas étonnant.

Le répertoire mène vers 24 000 sites regroupés dans 1000 catégories, toutes québécoises ou pancanadiennes. De quoi combler le plus exigeant des internautes. Mais malgré les 60 gigaoctets d’information envoyé aux utilisateurs chaque mois, les décideurs ont convenu qu’il fallait offrir encore plus avec des canaux, une initiative qui a fait ses preuves sur des sites américains.

Arts, magasinage, balades et bla-bla-bla

Dans un premier temps, les canaux traiteront de trois thèmes : les arts et spectacles, le magasinage et la consommation et finalement, le tourisme. Une dizaine d’autres, promet-on, viendront s’ajouter à l’automne. Chacun de ces canaux comportera des éléments similaires.

D’abord, selon le sujet choisi, on pourra consulter le volet spécialisé, où seront adaptées des catégories de la Toile selon le sujet demandé. On y proposera aussi des liens vers d’autres répertoires et des sites spécialisés, tous commentés.

Le volet magazine sera consacré aux actualités, chroniques, conseils et services pratiques. Finalement, le volet appartenance, plus interactif, mènera vers des forums et listes de discussion, un babillard et des zones de « chat ». Concrètement, chaque fois qu’un internaute cliquera dans la section Arts et spectacles, il aura droit à une sélection commentée de 50 à 70 des meilleurs sites, dans les domaines du cinéma, de la musique, de la bande dessinée, etc., et pourra échanger avec d’autres partageant ses intérêts.

Entente avec Protégez-vous

Le volet magazine proposera des actualités culturelles et des nouveaux sites dans le domaine, tandis qu’une revue de presse l’amènera, directement vers des articles reliés publiés sur le Net. De plus, il pourra se faire accompagner par des collaborateurs qui lui présenteront des choix inusités ou choquants. NetMusik et Québec Plus offriront en outre une section calendrier et chronique/critique. Et pour partager ses découvertes, il pourra jaser avec d’autres dans la section Agora, répertoire de forums de discussion disséminés sur le Net. La chaîne consommation guidera les consommateurs qui souhaitent faire leurs achats sur le Net en proposant des sites triés sur le volet : ceux qui ont été répertoriés doivent offrir un service de livraison au Québec et se montrer respectueux de la Loi sur la protection du consommateur. Une série de liens mène vers des bancs d’essai et des forums de discussion conjointement avec Protégez-vous.

Finalement le canal Tourisme vise à aider les gens à préparer leur voyage. Outre les volets pratiques du genre « Comment préparer son voyage », André Bélanger croit qu’il faut faire appel aux gens pour « sentir » les destinations. « Plutôt que de sombrer dans les clichés, on lancera un appel à tous pour recueillir des récits de voyages, indique M. Bélanger. Déjà, le Net regorge de ces aventures, souvent bien écrites et plus vivantes que les guides classiques. » Ce dernier canal s’apparentera aux autres et comportera l’Agora, les sélections, les informations, etc. « Nous répondons à des besoins précis des internautes, explique Yves Williams.

Les gens aiment se servir d’un guichet unique où ils peuvent tout trouver à un seul endroit. Ils nous ont dit qu’ils veulent une information spécialisée et commentée, c’est-à-dire qu’ils sentent qu’on a fait une recherche pour eux avant d’afficher des recommandations. C’est ce qu’on leur offre. En espérant que ces pages deviendront leur page d’entrée sur le Web ! >» Dès le 6 juillet, rendez-vous à la Toile : www.toile.qc.ca

eMarketing ferme ses portes

Jugeant le monde de l’Internet trop politisé et corporatif, un des pionniers du Net. Pierre Côté, a annoncé hier que son agence eMarketing fermera ses portes le 30 juin prochain. « La passion n’est plus là », a-t-il dit. Micro agence spécialisée dans le développement d’Internet, eMarketing a été une des premières entreprises virtuelles à voir le jour. Fondée il y a trois ans, l’agence avait pour mandat d’intégrer les nouvelles technologies aux activités marketing de ses clients tels Alliance VivaFilm ( pour le film Eldorado, premier film à utiliser le Web ), Bell, MusiquePlus, MaloFilm Interactif, etc. Elle était sans doute mieux connue pour son site CyberBlack, de la bière Black Label, véritable lieu de rencontre virtuel pour les 18-25 ans. M. Côté compte explorer d’autres voies et, dans une dépêche envoyée aux médias, se proclame agent libre.

(Ce texte a paru dans le journal La Presse, le 26 juin 1998).

Note de GrandQuebec.com: Netgraphe, fondée en 1996, était la plus importante entreprise d’édition francophone sur Internet au Canada à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Le 30 septembre 1999, Netgraphe inc. est devenue la première entreprise Internet publique cotée à la Bourse de Montréal qui existait encore. Quebecor ayant pris le contrôle de Netgraphe. Par la suite, toutes ses activités furent fusionnées avec celles du portail Internet Canoe.ca et le nom de Netgraphe fut abandonné en 2005.

Le meilleur réseau social restera toujours une table entourée de bons amis. (Lume). Photo de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *