Des nouvelles pas fraîches

Taxe d’hiver sur l’essence au Québec

Taxe d’hiver sur l’essence au Québec

Carignan veut taxer l’automobilisme d’hiver pour défrayer l’enlèvement de la neige des routes québécoises

Délégation

Québec, 10 mars 1939. Le nouveau ministre de la voirie, M. Anatole Carignan, est opposé, en principe à l’automobilisme d’hiver qu’il veut taxer dans la province de Québec. Parlant ce midi, à une nombreuse délégation des maires et des principaux citoyens du comté de Charlevoix-Saguenay, délégation organisée par le Syndicat d’Initiative de cette pittoresque région, le député de Jacques-Cartier a déclaré : « Pour ma part, je me suis toujours opposé à ce qu’on fasse payer par la masse d’entretien des chemins d’hiver, étant donné qu’il y a un grand nombre d’automobilistes qui laissent leur voiture au garage pendant les mois les plus rigoureux de la saison. Je serais favorable à ce que pendant deux ou trois mois d’hiver, une taxe spéciale soit imposée sur la gazoline.

De cette façon, il n’y aurait que ceux qui se servent de leurs automobiles pendant l’hiver qui paieraient pour l’entretien des chemins. »

Monsieur Carignan a frappé tous ses auditeurs d’étonnement par cette déclaration. Le nouveau projet de taxe sera peut-être soumis à cette session.
Sur d’autres questions de voirie, le ministre a aussi dit : « Nous avons des demandes d’amélioration de voirie pour $400,000,000, mais nous ne disposons que d’un budget spécial de $50,000,000 pour quatre ans. Nous devons donc aller au plus pressé. »

Le Tourisme

« Nous avons intérêt », ajoute-t-il, « à attirer les touristes dans la pro

vince, et je crois que nous devons commencer par nous occuper des grandes artères qui peuvent les conduire chez nous.

Nous porterons notre attention particulièrement sur la route reliant Sherbrooke à la frontière américaine, et les autres routes entre les États-Unis et Montréal, l’Ontario et Montréal. »

Deux députés ministériels, les docteurs Arthur Leclerc (U.N. Charlevoix-Saguenay) et Félix Roy (U.N. Montmorency) accompagnaient la délégation à laquelle M. Carignan a fait des promesses. « Pour votre région de Charlevoix-Saguenay », dit le ministre, « j’ai actuellement un beau projet d’un million à un million et demi de dollars ; malheureusement, il n’est pas pour cette année. Nous ne pouvons par faire des bouts de chemin avec un projet de cette envergure. »

« Vous êtes le meilleur ministre de la voirie depuis la Confédération », s’exclama le Dr. Félix Roy, puis les délégués partirent ensuite un à un.

Québec veut faire payer de ses dépenses par les sociétés de cinéma

Au même temps on informe que le gouvernement a l’intention, en vertu d’un bill inscrit au feuilleton et intitulé « Loi modifiant la loi relative au bureau de censure du cinéma’, de chercher à faire porter par les compagnies de cinéma les frais d’administration du bureau de censure, dirigée à Montréal par M. Laramée.

Au même temps, le Conseil législatif approuve les exemptions aux compagnies. La Chambre haute ratifie sans discussion les quatre principaux projets de lois, en vertu desquels le gouvernement d’Union Nationale consacre le principe d’accorder de lourdes exemptions et commutations de taxes à de puissantes compagnies, ont été ratifiées séance tenante, sans discussion, de bonne heure, cet après-midi, au cours d’une brève séance du Conseil législatif, sous la présidence de l’honorable Alphonse Raymond.

Ô Paresse, mère des arts et des nobles vertus, sois le baume des angoisses humaines ! (Paul Lafargue Le droit à la paresse.) Photographie par Megan Jorgensen.
Ô Paresse, mère des arts et des nobles vertus, sois le baume des angoisses humaines ! (Paul Lafargue Le droit à la paresse.) Photographie par Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *