Des nouvelles pas fraîches

Salon de l’auto de Montréal en 1930

Salon de l’auto de Montréal en 1930

Le Salon de l’auto de Montréal se tiendra en janvier 1930

« Le Salon annuel de l’Automobile de Montréal, aussi reconnu comme le Salon National de l’auto de l’Est du Canada, qui sera ouvert à Montréal, du 18 au 25 janvier 1930, inclusivement, dans le nouvel Édifice Stadium, coin Délorimier et Ontario, promet de surpasser tous les Salons d’autos antérieurs de la Métropole canadienne, » nous disait ce matin, M. H.D. Jones, président de la « Montréal Automobile Trade Association Limited ».

Le gérant général du Salon 1930, M. Adelstan Lévesque, nous a fait constater qu’il a déjà reçu plus d’applications pour location d’espace qu’il y en a de disponible. Depuis le premier avis de la teneur du Salon, les demandes diverses furent telles que l’on réalise déjà l’immense intérêt des propriétaires d’autos à cette exposition, alors que les manufacturiers promettent plusieurs innovations et nouvelles commodités dans les modèles de 1930 qui seront exposés.

L’espace fut alloué cette année insidieusement et à la satisfaction de tous. On a même établi un recorde de rapidité dans l’allocation des exbibits et à une date très prochaine une liste complète des exposants sera publiée.

Le nouvel édifice Stadium est le plus vaste du genre dans tout le Dominion, et deux salons seulement sur tout le continent américain occupent plus d’espace que la présente exposition.

Monsieur Lévesque annonce aussi qu’on a pourvu à ce que les visiteurs aient l’avantage d’examiner plusieurs modèles spéciaux pour expositions, de marques différentes, qui auront été transportés directement du Salon d’Automobiles de New-York, lequel ferme ses portes une semaine avant l’ouverture du celui de Montréal.

Les trois Salons Nationaux reconnus officiellement et auxquels les manufacturiers prennent une part active en plus des vendeurs locaux auront lieu aux dates suivantes : à New-York dans le Grand Central Palace, du 4 au 11 janvier 1929; à Montréal, tel que mentionné plus haut, du 18 au 25 janvier, dans le nouvel édifice Stadium; à Chicago, dans le Coliseum, du 25 janvier au 1er février.

Il y aura, en plus des différents modèle de 40 marques distinctes d’automobiles de tourisme, quelque 20 Exhibits de manufacturiers de véhicules de commerce et de camions, ainsi que plusieurs pavillons représentatifs des accessoires nouveaux pour autos, lesquels seront exposés par l’entremise de maisons canadiennes des plus importantes.

Le comité officiel en charge de la présente exposition est le suivant : M. H.D. Jones, président, M. T.R. Price, vice-président; M. Omer de Serres, trésorier; M. F.A. Nancekivell, secrétaire; MM. J. O, Linteau, P. O. Messier,, J. E. Smith, directeurs, et M. Adelstan Lévesque, gérant général de l’Exposition.

Un programme-souvenir de luxe est présentement en préparation sous le contrôle des organisateurs et sera offert durant le terme de l’Exposition. Il contiendra plusieurs articles d’intérêt tout particulier aux automobilistes et aux touristes voyageurs. Cette publication est émise dans l’intention de la rendre d’une telle valeur pour les lecteurs qu’elle sera conservée comme livre de référence pour y puiser, en toute saison, les renseignements nécessaires à l’automobiliste.

(Texte publié dans le journal Le Devoir, le 30 novembre 1929).

La préparation du salon national de l’auto à Montréal. Ouverture le 18 janvier 1930.

Le nombre de marques et de modèles augmente. – Les prix montent

Une grande activité règne au Stadium, où le Salon National de l’Auto ouvrira samedi midi le 18 janvier. Il y a beaucoup à faire pour les exhibits, décorer, et voir tous lus détails nécessaires pour opérer une exposition aussi grande et aussi complète que celle que le public sera invité à visiter.

M. F. A. Nancekivell, secrétaire du Salon et de la « Montréal Automobile Trade Association. Limited ». a exprimé l’opinion que cette exposition créera beaucoup plus d’intérêt chez les automobilistes que les salons précédents, étant donné qu’un plus grand nombre de marques seront exposées, 42 différentes marques, nombre plus grand que l’année dernière, et que chaque marque aura aussi plus de modèles dû au fait que la direction du Salon a alloué plus d’espace pour l’étalage des automobiles.

Six marques qui n’ont jamais été exposées au Salon de Montréal, seront en montre pour la première fois, disait M. Nancekivell, faisant allusion aux nouveaux autos, le Cord, le Marquette, le Duesenberg, le Viking, l’auto de fabrication française Renault et le nouvel auto Ruxton.

Une innovation au Salon de l’auto pour 1930 sera les décorations qui pour la première fois seront différentes sur chacun des trois étages, afin que chaque étage ait son propre point d’intérêt. Le système de ventilation à été amélioré et d’autres innovations seront faites pour donner aux visiteurs le plus de confort possible.

Les allées ont été élargies afin de permettre plus de facilité pour inspecter les nombreux pavillons.

La prédiction a été faite, nous déclare M. Adelstan Lévesque, gérant général du Salon, qu’il y aura une légère augmentation dans le prix des autos qui deviendra effective et sera annoncée lors de l’ouverture du Salon de New-York, au « Grand Central Palace », samedi le 4 janvier.

Les décorateurs sont maintenant à transformer le Stadium, afin que le Salon de Montréal de 1930 soit le plus beau qu’on ait encore vu ici et tout sera prêt, les marchands et manufacturiers reviendront avec les manufacturiers. En effet la majorité de nos marchands partent ce soir pour New-York afin de s’assurer une livraison rapide de ces modèles lors de la clôture du Salon de New-York le 11 janvier.

Durant leur voyage les membres et directeurs de la « Montréal Trade Association Limited » assisteront aux conférences et réunions qui seront tenues à l’occasion de la journée « Internationale » de l’Association des Manufacturiers d’Automobiles, lundi le 6 Janvier.

M. Adelstan Lévesque, gérant général du Salon, assistera aussi à la réunion annuelle qui sera tenue à New-York de l’Association Internationale des Gérants d’Exposition.

Les marques d’autos dont les noms suivent seront exposées au Salon de Montréal :

Auburn, Blackhawk, McLaughlin-Buick, Cadillac, Chevrolet, Chrysler, Cord, De Soto. Dodge Brothers, Durant, Erskine, Essex, Ford, Franklin, Graham Paige, Hudson, Hupmobile, Jordan, LaSalle. Lincoln, Marmon, Marquette, Nash, Oakland, Cldsmobile, Parkard, Peerless, Pierce Arrow, Plymouth, Pontise, Reo, Roosevelt, Stearn-Knight, Studebaker, Stutz, Viking, Whippet, Willys-Knight, Windsor, Duesenberg, Renault, Ruxton.

L’inventeur du moteur Packard se tue en avion

Calcutta, 11 mai 1930. – Un aéroplane s’est écrasé contre le flanc d’une montagne au cours d’une violente tempête de neige. Trois personnes dont le capitaine Woolson, inventeur du moteur Packard – Diesel, ont été tuées

.Il y avait 1,290,000 automobiles en France en 1929

Paris, 17 mai 1930. – La direction des générales des contributions indirectes fait connaître le nombre des automobiles de toute sorte existant en France. On comptait en 1929:

Automobiles servant au transport des personnes: 856,547 de moins de 9 chevaux et 73.613 de plus de 9 chevaux. Automobiles servant au transport des marchandises: 256.589 de moins de 9 chevaux et 108.420 de plus de 9 chevaux. Automobiles à gazogène : 988 ; Cyclocars : 2690 ; motocyclettes : 379.293 ; Bateaux de plaisance, 4.376. Au total, 14281937, chevaux vapeur ont été imposés l’an passé.

Les autos en Espagne

D’après les statistiques publiées en Espagne pour l’année 1929, il y a maintenant, en Espagne, 240,000 véhicules automobiles. En 1922, deux ans avant que le général Primo de Rivera n’assumât le pouvoir, il ne circulait en Espagne que 59,949 autos. Au cours de l’année 1928, 20,000 voitures automobiles ont été enregistrées. Les villes qui en comptent le plus grand nombre sont: Barcelone avec 4, 000, Madrid avec 35,000 et Séville avec 13,000.

Un très petit pourcentage dé ces voitures dont importées d’Angleterre. Le marché de l’automobile en Espagne est presqu’entièrement entre les mains des Américains et des Français.

L’automobile et les chefs d’États

Plusieurs souverains ou chefs d’État conduisent eux-mêmes leur automobile, d’autres se font conduire.

Allemagne. – Le président du Reich, le maréchal Hindenburg, ne conduit pas lui-même, vu son âge. Mais il a à sa disposition un grand nombre d’automobiles.

Autriche. – Le président de la République autrichienne, M. Wilhelm Miklas, ne conduit pas lui-même, mais il dispose de deux voitures, une en conduite intérieure, l’autre en torpédo.

Grande-Bretagne – Le roi Georges V ne conduit pas, mais les automobiles ne manquent pas à sa sœur. Quant au prince de Galles, tout le monde sait qu’il est un sportif pratiquant et un automobiliste convainque. Le premier ministre, M. MacDonald, ne conduit pas, mais il a une automobile personnelle.

Hongrie. – Avant la guerre, le régent gouverneur de Hongrie, l’amiral Miklos Horthy, conduisait lui-même. Depuis qu’il est devenu gouverneur de la Hongrie, M. Horthy se fait conduire.

Suisse. – Le président de la Confédération helvétique, M. Misy, ne conduit pas lui-même, et il fait usage des voitures automobiles de l’état-major.

Pour en apprendre plus :

Voiture
Voiture ancienne. Photo de GrandQuebbec.com.

Vous devez vous enregistrer pour ajouter un commentaire Login

Laissez un commentaire