Des nouvelles pas fraîches

Pont d’Yamaska

Pont d’Yamaska

Le pont d’Yamaska est inauguré

Les chars passent dessus pour la première fois hier – Bénédiction solennelle et belle démonstration

(De notre correspondant particulier)

Sorel, 27 mars 1901. – Le pont sur la rivière Yamaska a été enfin franchi par les trains du chemin de fer de la Rive Sud, hier après-midi. Ça a été tout un événement pour les habitants de Yamaska, qui étaient privés de cette voie de communication depuis 10 ans.

M. Beauchemin avait invité M. le curé Bernard, ainsi que le Rév. P. Rondot, qui prêche actuellement la retraite des dames, à Sorel, de même que M. le maire C.O. Paradis, plusieurs citoyens notables de notre ville, et les représentants de la presse, à ce rendre en trait spécial à Yamaska, pour passer, dans un premier convoi, sur le pont du chemin de fer de la Rive Sud, qui est terminé.

Ce pont, comme je vous déjà dit, repose sur sept piliers en pierre, sur lesquels il y a 5 arbres de 141 pieds, en fer, naufacturées par la « Dominion Bridge Co. » Une de ces arches s’ouvre pour laisser passer les bateaux qui naviguent sur la rivière Yamaska.

Les personnes présentes à cette cérémonie de la bénédiction du pont étaient le Rév. M. Bernard, curé de Sorel; le Rév. P. Rondat, curé de St. Hyacinthe; M. le maire Paradis, MM les directeurs de la Cie de chemin de fer de la Rive Sud, M. Beauchemin, F. St. Germain, R. Tourville, C.E. Lalonde, secrétaire de la Cie : M. R. Beauchemin, M. Art. Pontbriand, M. Geo. Beauchemin, M. C.T. Desjardins, M. A-P. Venasse, correspondant du « Journal », M. J.D. Plamondon, correspondant du « Star »: M. J.A. Chénevert, correspondant de « La Presse » et du « Courrier de Sorel. »

Le train, parti de Sorel à 1 heure p.m., a franchi les 12 milles qui séparent ce dernier endrot de Yamaska, en 25 minutes.

À Yamaska, plusieurs citoyens étaient au débarcadère, entre autres le révérend M. Letendre, vicaire de l’endroit, et M. Le Véronneau, N. P., qui se joignirent aux excursionnistes sur le convoi, composé d’une charrue pour la neige, d’une locomotive pésante, d’un « Flencher » et d’un char à passagers.

Le pont fut traversé à plusieurs reprises par ce lourd convoi, aux applaudissements de la foule qui s’était portée de chaque côté de la rivière, pour être témoin de cet événement.

Durant un certain temps, le convoi resta immobile sur le milieu du pont, et c’est alors que le révérend M. Bernard en fit la bénédiction solennelle.

Aussitôt cette cérémonie terminée, le convoi se mit de nouveau en marche du côté de Saint-François, et il se rendit pour la première fois jusqu’au rang de Sainte-Catherine, une distance de trois milles de Yamaska. À cet endroit, il y a un petit pont à terminer, ouvrage de trois ou quatre jours, et les convois pourront ensuite se rendre jusqu’à Saint-François du Lac, riche paroisse qui, avec celles des alentours, telles que Pierreville. La Baie, Saint-Zépherin, Saint-David, etc. augmenteront de beaucoup le commerce sur cette voie jusqu’à Montréal.

Durant le trajet, M. le maire Paradis proposa la santé de Mé H. Beauchemin, l’âme dirigeante de cette compagnie, qui, malgré tous les obstacles qu’elle a rencontrés a pu conduire à bonne fin ces travaux pour le plus grand avantage des commerçants et du public en général.

M. Beauchemin remercia M. le maire de ses bonnes paroles à son adresse et il fit, en quelques mots bien dits, l’historique de la construction de cette voie, aux applaudissements des personnes présentes.

M. J.-A. Chénevert proposa ensuite la santé des directeurs de la compagnie à laquelle répondirent en termes très appropriés, MM. les directeurs F. Saint-Germain et Rodolphe Tourville.

Une autre santé fut proposée par le même. aux citoyens de Yamaska, à laquelle répondit habilement M. le notaire Véronneau.

M. Hy Beauchemin proposa ensuite la santé du clergé. Réponse par le Rév. M. Bernard, et le Rév. P. Roudet, qui tous deux firent des bijoux de discours de circonstance.

Ensuite la santé de la presse, à laquelle répondirent M. A.-P. Vanesse, du « Journal », J.-D. Plamondon, du « Star », et J. -A. Chénevert, de « La Presse ».

Les deux dernières santés furent celles des mécaniciens, et du secrétaire de la compagnie du chemin de fer de la Rive Sud, M. E.-C. Lalonde.

On bu aussi à la santé des ouvriers qui travaillaient sur le chemin, lesquels en introduisit alors dans le char.

Les directeurs avaient mis à la disposition de leurs invités un magnifique lunch qui fut servi avec prodigalité et dégusté avec beaucoup d’appétit.

Le pont d’Yamaska a été construit par M. Hy Beauchemin. Le directeur gérant de la Cie de la Rive Sud sous la direction de M. Lanthier, ingénieur et de M. E. Beauchemin, conducteur des travaux. Tout l’assemblage du pont a été fait par des ouvriers de Yamaska.

Les entrepreneurs des piliers étaient MM. Ernest Rondeau, de Montréal, et J. Desormeau, de St. Martin.

Grâce à l’énergie, à l’esprit d’initiative de M. Hy Beauchemin et des autres directeurs de la Cie, MM. St. Germain Tourville et autres, nous avons maintenant un très beau chemin depuis Montréal jusqu’à St. François du Lac, et de députés actuels de notre district ou leur part de mérite, pour le travail qu’ils ont fait auprès des gouvernements afin d’obtenir les subventions nécessaires pour l’exécution de ces travaux importants qui profitèrent aux commerçants et aux cultivateurs de long de la ligne, depuis Montréal jusqu’à St. François.

Après la fermeture du parlement à Ottawa, eut lieu l’inauguration officielle du chemin, à laquelle assisteront l’hon. M. Laurier, plusieurs autres ministres et les députés de notre district.

Nous offrons nos remerciements à M. Beauchemin pour la gracieuse invitation qu’il nous a faite d’assister à la fête d’aujourd’hui et lui souhaitons, de même qu’à la Compagnie, toute la réussite possible dans cette entreprise.

(Texte paru dans « La Presse » le 27 mars 1907, mercredi).

Pont d'Yamaska
Le pont d’Yamaska au début du XXI siècle. Photo de l’Internet.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *