Des nouvelles pas fraîches

Machine à fabriquer la température

Machine à fabriquer la température

Une machine à fabriquer la température

Un inventeur menace Toronto de lui faire subir les froids de l’arctique ou les chaleurs de la Floride

Son rôle en Finlande

Toronto, 26 décembre 1939. – Alexandre Roy, inventeur et seul propriétaire de la Roy Electrostatic Vapor Dicharger, soit une machine à fabriquer la température, a retiré l’action de $ 5,000 qu’il avait prise contre la Commission des transports de Toronto. L’inventeur rendait la commission responsable de la température clémente qui a marqué le temps des achats de Noël dans la Ville-Reine.

De bonne heure, aujourd’hui, Roy avait annoncé qu’il actionnerait la commission, mais ce soir, constatant qu’il ne se porte pas mieux, de même que la commission et la ville de Toronto, qui a refusé de nommer son météorologiste, le vieux mineur de 67 ans a dit qu’il retirait son action. Toutefois, il a promis de faire souffler des vents violents d’ici quelques jours.

Roy a déclaré à un journaliste que sa machine est de deux pieds carrés et qu’elle pèse une centaine de livres. Il a refusé de lui laisser voir son invention, car il craint que sa maison soit remplie d’enquêteurs s’il divulgue sa cachette.

Il a affirmé qu’il avait découvert les principes de la température, alors qu’il cherchait de la manganèse dans l’Arkansas, il y a 20 ans, avec un inductomètres. La machine crée un grand vide sur une distance d’une centaine de milles, mais qui peut s’étendre sur n’importe quelle distance déterminée sur le globe. Au moyen de courants, la température d’un centre peut être amenée à n’importe quel autre endroit. Il a ajouté qu’il peut faire fondre toute la glace du Groenland, s’il le veut.

L’inventeur a révélé qui c’est à la demande de ses amis de tout l’Ontario qu’il a permis à la province de jouir d’un Noël blanc cette année. Il projette de faire subir à Toronto les froids de l’Arctique ou les chaleurs de la Floride, demain ou jeudi.

Il a aussi déclaré que sa machine avait joué un grand rôle dans la guerre. « J’ai d’abord inondé les tranchées et rempli de Rhin, puis nettoyé les places dangereuses, dit-il. Lorsque les Russes envahirent la Finlande, j’ai arrêté leur avance en envoyant aux Finlandais cinq ou six pouces de neige et en abaissant la température à 60 degrés sous zéro au même moment. Les Russes n’ont pas réussi à réaliser quoi que ce soit. »

Durant deux ans, il se servit de cette machine dans la ville de New York, après que le Congrès des États-Unis eut voté l’augmentation du prix du charbon à $15 la tonne. « j’ai écrit au Congrès, dit-il, pour l’avertir que personne n’achèterait de charbon, car il n’y aurait pas d’hiver. Il n’y eut pas de neige avant le 10 février, lorsque j’ai amenai une grosse tempête de neige de Terre-Neuve dans le but de leur démontrer l’efficacité de ma machine. L’hiver suivant, j’ai maintenu constamment de la neige dans les rues et tous les chômeurs travaillèrent au taux de $5 par jour.

Sassafraz. IceFest de Toronto. Photographie de Megan Jorgensen.
Sassafraz. IceFest de Toronto. Photographie de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *