Des nouvelles pas fraîches

L’Hydro désigne Canadiens français

L’Hydro désigne Canadiens français

L’Hydro désigne sept Canadiens français

L’Hydro désigne sept Canadiens français à la présidence des compagnies étatisées

Sept Canadiens français, le plus jeune est âgé de 36 ans, – ont été nommés par l’Hydro-Québec à la présidence des compagnies d’électricité nationalisées du Québec.

L’un d’eux, M. Léo Roy, succède à M. J.-A. Fuller à la présidence de la Shawinigan Water and Power, la plus importante des entreprises nouvellement acquises par la Commission hydroélectrique. Le hasard veut que M. Roy débuta avec cette compagnie en 1930, alors qu’ayant obtenu son diplôme d’ingénieur civil, il s’engagea à la Shawinigan conne apprenti. Les autres présidences ont été attribuées à MM. Beauvais (Compagnie Québec Power), Marcel L. Lapierre (Compagnie d’électricité du Saguenay), Jean-J. Villeneuve (Compagnie d’électricité Gatineau), Gabriel Gagnon (Compagnie du pouvoir du Bas-Saint-Laurent), Pierre Godin (Southern Canada Power) et Roland Lalande (Northern Canada Power) Tous sont ingénieurs professionnels.

C’est M. Jean-Claude Lessard, président de la Commission hydroélectrique du Québec qui a annoncé les nominations hier, le 3 mai 1963, au siège social de l’Hydro. M. Lessard a rappelé que, depuis le 1er mai, l’Hydro-Québec est à toute fin légale l’unique propriétaire de toutes les plus importantes entreprises de distribution d’électricité de la province.

(Publiée le 4 mai 1963).

Note historique

Le 18 mars 1912, la municipalité du village d’Almaville, était officiellement créée, alors que celle de la paroisse de Notre-Dame-de-la-Présentation-d’Almaville, naissait deux ans plus tard. Cette dernière, après avoir pris le nom de municipalité de la paroisse d’Almaville en 1946, était annexée à celle du village de Shawinigan-Sud en 1953, dénomination qu’elle avait reçue en 1948. Shawinigan-Sud obtenait le statut de ville en 1961. L adénomination primitive d’Almaville provient d’une suggestion du curé de Notre-Dame-du-Mont-Carmel lors de la reconnaissance officielle de la paroisse, le premier dimanche de l’Avent où l’on chante l’ancienne Alma Redemptoris Mater, alma mater signifiant mère nourricière. Les paroissiens, croyant que leur localité était promise à un brillant avenir, demandèrent l’ajout du suffixe -ville.

HydroQuébec

Logo d’HydroQuébec. Image libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *