Des nouvelles pas fraîches

La grippe espagnole : Morts et obsèques

La grippe espagnole : Morts et obsèques

La grippe espagnole frappe et cause des ravages:  morts et obsèques d’une seule journée, le 14 octobre 1918

Le décès du gendre du Duc de Devonshire

Blessé à Mons, il succombe, à Washington, à la pneumonie causée par la grippe espagnole

La triste nouvelle de la mort du capitaine Angus Mackintosh, gendre de son Excellence le gouverneur-général, a vivement affecté la population de la ville d’Ottawa. Le capitaine Mackintosh est mort à Washington des suites de la grippe espagnole. Il avait été blessé à la bataille de Mons et depuis, il était un sujet désarmé devant les attaques de la pneumonie.

Il est mort à 4 heures, hier après-midi. Le capitaine Mackintosh vint, pour la première fois, à Ottawa comme aide de camp du duc de Connaught, en 1915, et y demeura jusqu’à l’arrivée du présent gouverneur général. 11 fit alors la rencontre de sa femme, lady Maud Cavendish, la fille aînée du duc de Devonshire, et ils se marièrent en novembre 1917. Une fille leur naissait, à Montréal, il y a à peine quelques semaines.

Son Excellence le duc est arrivé, de Québec à Cartierville, hier matin. pour consoler sa fille, tandis que son Excellence la duchesse est allée à Washington où elle est arrivée à temps pour voir son gendre avant qu’il ne meure.

Il était attaché à l’ambassade anglaise à Washington au moment de sa mort. Le capitaine Mackintosh était à Montréal, il y a quelques jours, à l’occasion de la naissance de sa fille à Cartierville. Il repartit le 3 octobre pour Washington reprendre sa charge et ce n’est que peu de jours plus tard qu’il tomba malade. Il fut transporté au Walter Reid Hospital pour traitement.

Lord Richard Neville et le capitaine Ridley, A.D.C., sont partis pour Washington hier matin. Lady Maud Mackintosh est encore à Cartierville où le duc de Devonshire restera avec elle.

Double Deuil du clergé à Saint-Jean

Les abbés C.A. Leduc et A. Gilbert meurent, l’un samedi, l’autre hier

Le personnel du collège de Saint-Jean vient d’être cruellement éprouvé par la mort de deux professeurs distingués. M. l’abbé C.-Albert Leduc est décédé à Saint-Jean. samedi et l’abbé Albert Guilbert est mort hier soir. Le premier était professeur de Belles-Lettres au collège depuis 1915. Le second était professeur de rhétorique. Ce dernier est le fils de M. Norbert Guilbert. de cette ville, et il est âgé de 35 ans. Les restes mortels de M. Leduc partent ce soir de Saint-Jean pour Papineauville où auront lien les funérailles. Les funérailles de l’abbé Guilbert auront lieu à Saint-Jean, mercredi. M. Leduc n’était âgé que de 27 ans et il fut ordonné prêtre le 25 juillet 1915.

Feu Mme J.-W. Blanchet

Nous avons le regret d’annoncer la mort de Mme Maria Gohier, épouse de M. Joseph-W. Blanchet, survenue à la demeure de son époux, 23, rue Saint-Marc, à la suite d’une pneumonie grippale, à l’âge de 43 ans et 26 jours. C’est encore une victime de plus à ajouter à l’épidémie de grippe espagnole.

Elle laisse pour la pleurer, outre son époux, M.J.W. Blanchet, marchand, huit enfants : sept filles, Mlles Charlotte, Marie-Ange, Cécile, Thérèse, Claire, Madeleine, Simone et un fils Jacques ; un frère le notaire Hercule Gohier ; une sœur, Mme Albert Decelles et deux beaux-frères, MM. Albert Decelles et François-Charles Laberge, I.C., président de l’Alliance Nationale.

Mme Blanchet laisse un grand vide parmi tous ceux qui ont eu l’avantage de connaître ses grandes qualités de cœur et d’esprit. Elle était très connue dans les cercles charitables de la métropole. C’était aussi une musicienne remarquable. Le service aura lieu mardi matin à la cathédrale.

À la morgue

Un nommé Eugène Langlois, 45 ans, demeurant à 821 rue Lagauchetière Est, a été trouvé mort hier dans son lit. Le corps ne portait aucune marque de violence. Il a été transporté à la morgue où le coroner tiendra une enquête demain matin.

Mort de Mme R.-C. Barry

Nous sommes au regret d’apprendre la mort de Mme Richard-C. Barry, survenue hier à sa résidence, 129 rue Hutchison. La défunte était fille de l’honorable James McShane. ancien maire de Montréal et ex-ministre des travaux publics de la province et femme de M. Richard C. Barry, de la maison Barry and Sons, marchands de fruits en gros. Mme Barry jouissant dans la métropole d’une grande estime et de la plus haute considération.

D’une charité proverbiale, elle a déployé la plus grande activité pour toutes les oeuvres de guerre. Elle était présidente du comité du Fonds Patriotique Canadien, pour la section de Sainte-Anne, membre du comité de l’Aide à la France et appartenait à de nombreuses sociétés de charité et de bienfaisance.

Elle laisse pour pleurer sa perte, son mari, M. Richard C. Barry, son père, l’honorable James McShane et deux soeurs. Mme Henry M. Tracy, de Philadelphie et Mme W.-H. Buckley, d’Atlantic City.

Obsèques de Me. P.-E. Lamarche

Les dernier devoirs sont rendus ce matin au regretté député de Nicolet – Cortège imposant

D’imposantes funérailles ont été faites ce matin à Me Paul-Emile Lamarche, ex-M.P., membre du bureau du contentieux municipal, décédé vendredi dernier. Plus de cinq cents personnes ont suivi le cortège au départ de la demeure du défunt. La ville était représentée par le commissaire Charles Mardi, par l’échevin Vandelac et par les collègues de feu Me Lamarche. On remarquait de nombreux délégués du barreau et du notariat ainsi qu’un grand nombre de nos citoyens les plus marquants.

Le service funèbre fut célébré, à 8 h. 30, à l’église du Saint-Enfant-Jésus, par le curé de la paroisse, l’abbé Ph. Perrier, assisté des abbés Melançon et Lacroix.

Le deuil était conduit par MM. Azarie Lamarche, père du défunt ; Joseph et Azarie Lamarche, fils, ses frères ; Alcide Lamarche et A.-P. Beauchemin, ses oncles ; V.-E. Beaupré et Arthur Caron, ses beaux-frères ; Alexandre Gareau, Hector Gareau, Emile Gareau, Hervé Gareau, Mastaï Lamarche, Ephrem Lenoir, T.-A. Fauteux et Alph. Marcotte, ses cousins.

Après les parents venaient dans le cortège les membres du contentieux municipal, Me Charles Laurendeau, avocat en chef ; Me J.-L. Archambault, Me J.-A. Jarry, Me W.-H. Butler, Me Alexandre Saint-Pierre. Le bureau des commissaires était représenté par M. Charles Marcil.

On remarquait en outre, dans le cortège, l’honorable juge L.-P. Demers, l’ex-commissaire Jos. Ainey; les notaires Alex. Du fort et J.-H.-A. Bohéanier, délégués de l’Association du Notariat Canadien ; MM. Adélard Marier, Hector Beaudry, W.-H. O’Flaherty, Maurice O’Flaherty, Paul-Emile Wilson, Geo.-E. Lessard, Achille La treille, A. Champagne, J.-A. Bayard, T. Desrochers, Dr A. Gadbois, Ernest Beauchamp, Rosario Poirier J.-A. Mousseau, Emile Massicotte, Maurice Goudreault, A.-D. Dupont, Romulns Lavallée, L.-P. Deslongchamps, J.-N. Cabana, J.-N. Chevrier, Jacques Cartier, de Saint-Jean, Georges Pelletier, Rosaire Pelletier, Charles Pelletier, J.-Z. Renaud, Adolphe Brossard. major Eugène Bourassa, J.-E. Deslauriers, Edouard Fabre-Surveyer. O. Lefebvre, l’ex-commissaire E.-W. Villeneuve, J.-F. Saint-Cyr, Jos. Archambault, M.P., Auguste Dufresne, l’ex-échevin S.-D. Vallières, Camille Tessier, Charles Langlois, Cyrille Laberge, Georges Beauregard, C.-E. Guérin, le docteur L. Désy, le sergent Paul-Emile Piché, l’échevin Vandelac, Osias Crevier, Louis Dupire, P. Lapierre, J.-W. Jalbert, Charles Lepailleur, R. Lamarre, John-A. Sullivan, J. Saint-Jacques. L.-A. Bédard, J.-A. Tranquil, J. Laurence, R.-H. Beaulier, L.-N: Ricard, C. Martin, Théo. Grothé, E.-C. Daoust, R. Duckett, E. Trudeau, A. Trudeau, A. Trudeau, T. Meunier, J .-O. Labrecque, A. Miliaire, V. Doré, V. Morin, L.-N. Corneille, G. Ménard, Léon-Mercier Gonin, A. Papineau-Mathieu, A. David, M.P.P.; Brossard, A. Perrault, J.-N. Cabana, F. Rinfret, J.-A. Bernier, Jos. Mercier, Denis Poitras, E. Guimond, Léon Lorrain, J.-A. Lavallée. A. McKenzie, O. Quesnel, J.-O. Labrosse, N. Chabot, J. Vilelneuve. J.-E. Laurain, H. Cléroux, R.-G. DeLorimier, le R. Père Lonis Lalande, l’abbé Melançon, Edouard Montpetit, A.-P. Lachapelle, Marcel Gabard, Thibodeau Rinfret, Sinaï Lamarre, Raoul Painchaud, A. Pouliot, Raoul Grothé, J.-C. Martineau, O.-P. Dorais, Louis Parent, Lucien Houle, F. Valentine, L.-M. Cornellier Arthur Vaillancourt, J. Mageau. F.-G. Herlihy. Arthur Vallée, H. Massue, Frère Adrien, E. Beauchamp, W. Delorme, Alex. Prud’homme, le docteur A. Robichon. J.-A. Ouimet, M. Ameye, C.-J.-E. Charbonneau, Gilbert Wall, le R. Père Louis Arcand, le docteur H. Lebel, le notaire E. Melançon. le docteur Mireault, Noé Leclair, A. Goyette, J.-B. Lagacé et autres.

Mort d’un industriel

M.H.-T. Chgalifoux, ex-membre de l’exécutif de l’association des manufacturiers canadiens – Frère de Mgr Chalifoux

Saint-Hyacinthe, 14 octobre 1918. M. Hubert Trefflé Chalifoux, industriel et financier, est mort ce matin à 5 hrs.

M. Chalifoux était le type du gentilhomme et au point de vue religieux, c’était un homme de foi, pratiquant ses devoirs avec cette franche liberté qui en impose.

M.Chalifoux naquit à Saint-Hyacinthe le 21 août 1853 du mariage de Olivier Chalifoux et de Dame Odile Sentenne. Il se lança d’abord dans le commerce de bois.

Le 28 janvier 1880, il épousa Mlle Hubertine Sentenne, fille de feu le notaire H.-T. Sentenne et de Dame Mary-Jane Duckett, du Coteau Landing. En 1889 il fut chargé avec l’exécuteur de la succession F.-X. Beaudry, de l’organisation, à Montréal, de l’école industrielle, et l’année suivante il fut aussi chargé de celle de Joliette. Puis il se consacra à son établissement, la maison O. Chalifoux et Fils.

Il fut échevin de 1889 à 1892, M. Chalifoux a été président de la Cie de Gaz, électricité et pouvoir, aujourd’hui amalgamée avec la « Southern Canada Power Co. » dont il était encore l’un des directeurs : il était président de la Provinciale-Vie, il fit partie du comité exécutif de l’Association des Manufacturiers du Canada, et de la Chambre de Commerce de Montréal.

Il laisse, outre son épouse, quatre enfants : Gustave, Lionel, Eva épouse do notaire J.-8. Beaudet, et Juliette, épouse de M. W.-J. Goyau, de Montréal ; son frères, Mgr H.-O. Chalifoux, évêque auxiliaire de Sherbrooke ; Dr Jos Chalifoux, de Montréal ; ses soeurs, la R. S. Chalifoux, da Marieville ; la R. S. Rose de Marie, du Précieux-Sang, Brooklyn, N.-Y., et Mme Elisabeth, épouse de M. Edmond Duckett, de notre ville.

Mort d’un fort joueur de hockey

Hamby Shore, du club Ottawa, a succombé hier à la pneumonie

Ottawa, 14 octobre 1918, Samuel Hamilton Shore, mieux connu sous le nom de Hamby Shore, fameux joueur de détenue au club de hockey Ottawa, est mort hier soir à l’hôpital de la rue Water, après une maladie d’une semaine. Il a succombé à la pneumonie. Shore était âgé de 32 ans, et était le fils de Samuel Shore. Il laisse une veuve, née Legendre (Ruby). Mme Shore tomba malade il y a deux semaines et c’est en la soignant que son mari devint malade À son tour. Il fut transporté à l’hôpital jeudi, et depuis deux jours, il était condamné.

Shore est né à Ottawa. Il commença à 16 ans sa carrière de joueur de hockey. À 17 ans, il faisait déjà partie du club Ottawa. Il joua en 1915 sa première partie senior contre le club Kenora. dans la série pour la coupe Stanley.

Plus tard, il alla jouer A Winnipeg, mais revient à Ottawa, et depuis des années, était un des piliers du club. Il a aidé plusieurs années son club à remporter le championnat, et était l’un des plus brillants joueurs de défense qui soient.

Shore jouait comme avant au début, mais lorsque Cyclone Taylor abandonna son club pour aller jouer à Renfrew, en 1910, la direction du club Ottawa mit Shore sur la défense. Il devint la sensation du hockey comme couvert. L’un des frères du défunt, Billy, est actuellement en France, avec l’armée canadienne.

Les funérailles d’Armand Quintal

Jeudi, en l’église paroissiale de Maisonneuve, ont eu lieu les funérailles du jeune Armand Quintal, fils du Dr J.-B.-A. Quintal. Le service funèbre a été célébré par le révérend père Laurendeau, jésuite, préfet du collège Sainte-Marie, assisté des pères Bédard et Roy, comme diacre et sous-diacre respectivement.

Conduisaient le deuil; le Dr J.-B.-A. Quintal, père du défunt; ses frères, Paul et Jean-Charles; ses oncles, Wilfrid Chicoine, le Dr Bourdeau et Amédée Quintal. Les autres parents étaient : Georges Gravel, le Dr Arthur Gadbois, Azarie Bousquet, le notaire Bohémier, Oswald Mayrand, Oscar Sénécal, Vital Larose, Xavier Chicoine, le notaire J.-H.-A. Bohémier, La classe du syntaxe « A” du collège Sainte-Marie, à laquelle appartenait le défunt, suivait en corps. Il y avait en outre de nombreux amis. Des offrandes de fleurs et de messes ont été envoyées en grand nombre à la famille du regretté défunt.

Les morts subites

On rapporte cinq morts subites pour la fin de la semaine dernière. Trois morts eurent lieu hier seulement, dont deux sont attribuées à l’influenza.Ce sont celles de Mme Joséphine Robert, 63 ans, 33 4 rue Saint-Dominique, trouvée morte dans son lit, hier matin: Mme John Robinson, 48 ans, trouvée morte au No 71 rue Saint-Dominique, hier ; Florida Lalumière, 31 ans, est morte subitement samedi après-midi à sa demeure, 758 rue Notre-Dame Ouest. On attribue sa mort à une syncope. Le quatrième décès est celui de L. Saint-Germain, dont la demeure est inconnue et qui est mort à l’hôpital Notre-Dame d’une syncope. Enfin la cinquième mort est celle de Georges Deilsle, 418 rue Beaudry, qui a été trouvé mourant par un constable de la rue Frontenac. Il est mort quelques minutes plus tard. On croît qu’il a aussi
succombé à une syncope.

FEU M. A. BOIVIN

Nous avons à regrette le décès de M. Amédée Boivin, commis-camionneur de cette ville, survenue avant-hier. Il était âgé de 45 ans et a succombé à une attaque de grippe.

(Ces nouvelles tristes nous viennent du 14 octobre 1918, en plein développement de la pandémie de la grippe espagnole au Canada).

« Vivre, c’est lutter contre les démons du coeur et du cerveau. » (Henrik Ibsen, dramaturge norvégien, né en 1828 et mort en 1906). Illustration : Megan Jorgensen.
« Vivre, c’est lutter contre les démons du coeur et du cerveau. » (Henrik Ibsen, dramaturge norvégien, né en 1828 et mort en 1906). Illustration : Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *