Des nouvelles pas fraîches

Faits divers – chronique mondaine

Faits divers – chronique mondaine

Faits divers : cambriolages, vols, accidents…

C’est arrivé au Québec lundi, le 3 janvier 1966

La police détiendrait les voleurs de banque Notre-Dame-du-Nord

VILLE-MARIE. La Sûreté provinciale détient actuellement trois hommes qui seraient les auteurs d’un vol à main armée de $7,000 commis la semaine dernière dans une Caisse populaire de Notre-Dame-du-Nord, non loin de Ville-Marie. Il s’agit de Gerry et Frank Cousineau, âgés de 25 et 23 ans, ainsi que de Emilien Tessier, 22 ans. Ils ont été arrêtes à Rouyn, en possession de $500. On n’a cependant pas retrouvé le reste. On se souvient que les bandits avaient forcé le gérant de la Caisse populaire à ouvrir sa banque, menaçant de représailles sa femme et ses enfants.

La police aura à éclaircir deux morts mystérieuses

Deux personnes ont été trouvées mortes dans leurs logements respectifs, le Jour de l’An, à Montréal. Dans un cas comme dans l’autre, les détectives attendent les résultats de l’autopsie pour savoir s’il y a matière à enquête.

L’une des victimes est Mme Jeannine Gadoury, une veuve de 46 ans dont les pompiers ont découvert le corps à la suite d’un incendie signalé dans son appartement, au 1940-A de la rue Eagan, samedi à 7 h. 15 du soir. Mme Gadoury avait succombé à l’asphyxie mais portait une blessure au front. Quant à l’incendie, il était mineur et avait été rapidement circonscrit. L’autre victime est M. Edward Palacio, un homme de 30 ans qui demeurait au 2710 du boul. Pie-IX et a été retrouvé vers la même heure dans son appartement. Lors de l’arrivée des policiers, Palacio était lui aussi déjà mort et gisait étendu dans un bain de sang. Mais on envisage un cas de tuberculose.

Quant à la femme, elle pourrait avoir subi sa blessure dans des circonstances étrangères à l’incendie de son logement.

Un bébé vit malgré son médecin…

Un bébé qui venait de naître a été déclaré mort par le médecin de famille qui avait aidé la mère à accoucher, à 7 h. 45 vendredi soir dernier, dans un hôpital de Montréal. Mais, une heure et quinze minutes plus tard, alors que l’entrepreneur de pompes funèbres mandé sur-le-champ s’apprêtait à déposer le malheureux petit dans son cercueil, l’enfant s’est mis à pleurer ! Soir de réveillon ou pas, la perspective d’être enterré vivant ne l’avait probablement pas séduit. Pas même avec un certificat de décès rédigé en bonne et due forme…

Devant semblable esprit de contradiction, tout de suite on courut, on s’affaira. On alla chercher une lente à oxygène et un incubateur pour y abriter plus confortablement le malheureux petit prématuré qui ne pesait que 2 livres. Et on fit les quelques rectifications indispensables dans les registres de l’hôpital. Ah, les enfants terribles…

Un brin dépilé tout de même, le médecin en cause a crié au miracle et à la résurrection. « Mais, il est peu probable qu’il vive plus de deux heures! affirma-t-il sombrement au père de l’enfant.

Là encore, cependant, le petit sournois devait voir une autre erreur de diagnostic. Parce que, tard hier soir, il était toujours bien en vie. Ses parents, des résidants de la rue Dandurand, à Montréal, qui voient en lui leur quatrième héritier, songent fort à l’appeler « René » ou « Moïse ». S’il vit, bien sûr, malgré son médecin.

Un jeune agent de la PP a été témoin du hold-up de $110,000 à Québec

QUEBEC. Un jeune agent de la Sûreté provinciale du Québec aurait été témoin, jeudi matin, du vol à main armée de $110,000 commis par deux cagoulards aux abords d’ une succursale de la Banque d’économie de Québec, dans la Vieille capitale.

D’après le quotidien de Québec « L’Événement », le jeune policier, plutôt que de passer immédiatement à l’action, se serait dirigé vers le quartier général de la PP à Québec, situé non loin des lieux du crime, et aurait averti ses supérieurs que l’on était en train de commettre un vol à main armée. Le policier, qui était en uniforme et portait une arme, était en stationnement en face de la banque où il était allé reconduire un messager de la PP. Alors qu’il attendait, l’automobile des messagers de la banque vint se stationner devant lui.

Il fut témoin à cet instant de l’arrivée des bandits qui projetèrent par terre l’un des occupants de la voiture et s’enfuirent aussitôt avec l’auto, accompagnés d’un messager détenu en otage.

D’après sa propre version relatée dans le journal le jeune policier aurait ignoré que la voiture en stationnement en face de la sienne transportait un fort montant d’ argent. Il au ­ rait plutôt cru qu’un vol à main armée se préparait, que les deux individus, entrés dans la banque, étaient en train d’ y commettre un vol à main armée et que l’auto reviendrait les chercher plus tard. En fait, les deux personnes qui avaient pénétré dans la banque étaient des messagers venus porter de l’argent. Comme le quartier général rie la PP est situé tout près, le policier a aussitôt raconté son histoire à ses supérieurs. Ceux- ci ont sur le champ dépêché des agents qui sont arrivés presque en même temps que les policiers municipaux.

Les bandits avaient cependant déjà pris le large. On retrouvait d’autre part, peu après, l’auto de la banque. Elle contenait encore un sac d’argent que les voleurs avaient oublié. Les policiers ont été informés, jeudi, qu’un des sacs dérobés contenait à lui seul une somme de $50,000. Ils ont également appris qu’une petite voiture de marque européenne, transportant deux individus à l’allure louche, avait été vue à proximité de la ban ­ que. Les policiers ont réussi à établir qu’il s’agissait d’un véhicule volé, muni de plaques d’immatriculation qui avaient également été dérobées.

À la suite du vol, les policiers ont effectué au moins deux perquisitions. Selon le chef de la Sûreté municipale de Québec, plusieurs suspects ont été interrogés ou surveillés. De son coté, le chef détective Aimé Guillemette semble convaincu que deux jeunes québécois sont les auteurs du vol. Il y a quelques années, un attentat du même genre avait été commis dans la Vieille Capitale et les voleurs s ‘étaient alors emparés d’une somme d’environ $80,000, destinée à la paie des militaires cantonnés à Valcartier, en banlieue de Québec.

30 personnes frôlent la mort dans un autobus

Une trentaine d’occupants d’un autobus de la Compagnie de Transport Provincial ont failli perdre la vie samedi soir, quand le lourd véhicule a dérapé à Donnacona et a heurté deux maisons avant de s’arrêter sur le bord d’un précipice. Personne n’a été blessé, mais les voyageurs ont dû quitter le véhicule on passant par les fenêtres parce qu’un côté de l’autobus surplombait le précipice.

Vol de $15,000 au centre commercial de Pointe-Claire

La police est toujours à la recherche de quatre bandits armés de mitraillettes qui ont commis un vol de près de $15,000, vers 8 h. 15 vendredi matin, à la succursale de la Banque Toronto-Dominion, au centre commercial Fairview, à Pointe-Claire.

Les voleurs ont brisé une grande baie vitrée à l’avant de la maison d’affaires, quelques minutes avant l’heure régulière d’ouverture. Ils ont obligé deux employés de l’établissement qui se trouvaient sur les lieux à ouvrir le coffret spécial mis à la disposition des clients qui désirent y effectuer de nuit leurs dépôts bancaires.

Ils ont raflé tout le contenu de ce coffret et ont pris la fuite dans une voiture de couleur bleue.

Blessé en dirigeant la circulation devant l’église paroissiale

L’ANNONCIATION. Le chef de police de l’Annonciation, M. Henri Péclet, âgé de 71 ans, a été heurté par l’automobile d’un chauffard, peu avant la Messe de minuit du Jour de l’An, vendredi soir, en face de l’église de cette municipalité.

M. Péclet dirigeait la circulation avant la messe de minuit lors de l’accident. Grièvement blessé, il a été transporté à l’Hôtel-Dieu de St-Jérôme, souffrant de fractures au crâne et au bassin. Son état inspire des craintes.

Quant au chauffard, la Sûreté provinciale du district de Labelle détient présentement un témoin important dans l’intention de l’interroger.

Hold-up de banque à L’Ange-Gardien

L’ANGE-GARDIEN. Quatre cagoulards armés ont fait irruption à l’intérieur de la Caisse populaire de l’Ange-Gardien, comté de Rouville, vers 3 h. vendredi après-midi, après avoir brisé une fenêtre, et se sont emparés d’une somme de $3,308, dont $167 en argent américain, avant de prendre la fuite dans une Thunderbird volée. Les bandits, dont l’un était armé d’un fusil à canon scié, portaient des cagoules.

L un d’eux, en brisant la vitre, s’est coupé à une main et il a saigné abondamment. Ils se sont rapidement emparés de l’argent qu’ils ont mis dans un sac à main de toile bleu foncé. L’automobile dont ils se sont servis avait été volée auparavant à LaSalle.

Cambriolages de la fin de semaine

Des fourrures et bijoux d’une valeur totale de $3,435 sont disparus du logement de M. Germain Boivin, au 11,377 rue Drouard, à Montréal, où les cambrioleurs s’étaient introduits par effraction. Un autre cambriolage a été perpétré dans l’immeuble de Seaway Food Service, au 12,095 rue Cousineau, samedi, et les voleurs s’y sont emparés d’une somme d’environ $2,000 dans le coffre-fort qu’ils ont enfoncé. Des voleurs se sont introduits nuitamment au domicile de Mme Léopold Serres, au 7374 rue De Lanaudière, à Montréal, et ont fait main basse sur une somme encore indéterminée en bijoux, fourrures et lingerie.

Au cours d’autres cambriolages dans des maisons privées, des malfaiteurs ont fait main basse sur $5,500 d’effets divers chez M. Joseph Zimmer, 4939, Dornal ; $1,176 chez M. Jean-Paul McComb, 4530, Colonial, appt 2; $1050 chez M. Maurice Gogneas, 6635, Derentry et $1247 chez M. Marcel Hébert, 6437, Briand.

Une quinzaine de personnes sauvées par les pompiers

Une quinzaine de personnes ont été sauvées des flammes par les pompiers, vers 10 h. 10 vendredi soir, au cours d ’ un violent incendie qui s ’ est déclaré à l’arrière du 3578 avenue du Parc. Les pompiers, dirigés par le chef de district William Greer, ont installé leurs échelles dès leur arrivée sur les lieux pour entreprendre le sauvetage des personnes qui étaient aux fenêtres du deuxième et du troisième étage. Tandis que les pompiers étaient occupés à sauver ces locataires, on sonna une deuxième, puis une troisième alerte, ce qui amena environ 60 pompiers sur la scène de l’incendie. Les flammes ont pris naissance dans les hangars à l’arrière de l’immeuble et se sont communiquées aux cuisines de quelques logements. Une dizaine de familles ont été évacuées alors que le directeur Armand Durette arrivait sur les lieux pour prêter main-forte à l’assistant- directeur Dollard Boisvert.

Sept jets d’ eau ont été utilisés. Québécois tué en Ontario Un jeune homme du Québec, Marcel Robitaille, fils de M. et Mme Émile Robitaille, 35 rue de l’Ormière, à Neufchatel, dans la banlieue de Québec, a été tué en fin de semaine dans un accident de la route survenu près d ’ Ottawa. Deux autres jeunes hommes, des Ontariens, ont perdu la vie dans cette accident. Le jeune Robitaille et quatre autres jeunes gens revenaient d’ une miné de l’Ontario et se dirigeait vers Montréal. Il a succombé à ses blessures à l’hôpital civique d’Ottawa.

Tué dans une collision

M. Laurent Lebrun, âgé de 41 ans, de St-Gérard, comté de Wolfe, a perdu la vie dans une collision impliquant deux auto ­ mobiles survenu à 5 h. vendredi matin, sur le Chemin Chambly, à Jacques-Cartier.

Les auteurs du hold-up de banque de Russell seraient à Montréal

RUSSEL, Ontario. La police a établi des barricades de vérification dans tout l’est de l’Ontario, à la recherche de quatre bandits armés qui se sont enfuis, jeudi, avec $21,000 en argent et environ $100,000 d’actions, volés dans une suc­cursale de la Banque de Nouvelle-Écosse à Russell, Ontario, à 15 milles au sud-est d’Ottawa. Les voleurs, qui s’étaient voilé la figure avec des capuchons de ski, n’ont mis que cinq minutes à vider les tiroirs des caissiers de la banque. Ils se sont même emparés du porte-monnaie du seul client dans la banque au moment du vol, juste avant l’heure de fermeture, 6 h. Ce porte-monnaie contenait $255 et il appartenait à M. Garland Hall, qui, obéissant à l’ordre des bandits, dut s’asseoir sur le plancher tandis que le gérant, M. Darl Paporte, et cinq autres employés devaient s’engouffrer dans la voûte. Des employés ont dit que les bandits, dont deux étaient armés de revolvers et les autres, d’ armes plus puissantes, n’ ont prononcé que quelques paroles en anglais, mais avec un accent français.

986 accidents à Noël à Montréal

La police de Montréal a re ­ levé un total de 986 accidents impliquant plus de 1800 véhicules au cours de la fin de semaine de Noël, dans la métropole. Dans ces accidents, quatre personnes ont été tuées et plus de 150 autres ont subi des blessures. Il s’agit là d’un malheureux record de tous les temps pour une telle fin de semaine, à Montréal. Le directeur de police, M. Jean-Paul Gilbert, a demandé aux policiers de surveiller la circulation plus attentivement et d’être plus sévères au cours de la fin de semaine du Jour de l’An. Incidemment, moins d’accidents ont été signalés au cours de la dernière fin de semaine.

Hold-up raté chez Pepsi-Cola

Deux bandits armés de mitraillettes ont pénétré à l’intérieur de l’immeuble de Pepsi-Cola Ltd., au 4900 ouest rue Jean-Talon, où ils ont surpris le gardien et l’ont ligoté sur une chaise. Les voleurs ont ensuite tenté d’enfoncer le coffre-fort, mais ce fut peine perdue. Ils ont finalement pris la fuite les mains vides, vers 6 h. samedi matin, sans avoir molesté le gardien, âgé de 60 ans.

Attentat à coups de couteau

Une femme qui passait hier soir près de l’intersection Sherbrooke et Jeanne-Mance a été victime d’un sauvage attentat au couteau. Un inconnu s’est approché d’elle et l’a frappée au bras, lui infligeant une large et pro ­ fonde entaille de douze pouces de longueur qui a nécessité 54 points de suture. La police a dit que la victime se nomme Mme Thérèse Beau- lieu, 42 ans, 3440, Jeanne-Man ­ ce, appt 2. Elle ignore le mobile de l’attentat. Vol avec violence Comme M. Romain Jodoin, du 323 est, rue Ontario, app. 8, arrivait hier soir en face de chez lui, il a été assailli et battu par deux escarpes qui l’ont subséquemment soulagé des $135 qu’il avait dans ses poches avant de prendre la fuite.

Jeune femme disparue dans les eaux glacées

Des hommes-grenouilles ou des scaphandriers de la police ont repris les recherches, à 8h. ce matin, pour retrouver le corps de la jeune femme qui s’est noyée vendredi dernier en tombant dans les eaux glacées de la rivière des Prairies au volant d’une automobile. L’accident, qui a eu plusieurs témoins, s’est produit à 11 h. du matin, non loin du poste de péage du quartier de Laval-des- Rapides, à Laval, sur un pont de l’autoroute des Laurentides. La victime semble avoir perdu le contrôle de son véhicule qui a défoncé le parapet pour s’abîmer dans les flots d’une hauteur de 52 pieds. Fait qui ajoute au tragique de l’accident, la malheureuse conductrice, présumément une jeune fille de 19 ans qui résidait à Piedmont, a réussi à sortir de son automobile mais s’est noyée avant d ’avoir pu gagner la rive à la nage. Depuis, des équipes envoyées sur place par les autorités de la police de l’autoroute ont vainnement travaillé sans relâche jusqu’ici, y compris le Jour de l’An, pour retrouver le corps de la disparue et retirer l’automobile des eaux. La voiture a été repérée par des hommes-grenouilles, mais, à la suite de la rupture du câble d’une grue amenée sur le pont, elle n’a pu être repêchée et son identification reste donc sujette à caution.

La PP ne peut déterminer avec assurance l’identité de la conductrice de l’auto qui a plongé dans la rivière des Prairies, tant que son corps n’aura pas été repêché. Elle souligne qu’une autre personne que la propriétaire du véhicule pouvait être au volant au moment de la tragédie. La PP a cependant découvert que l’auto était enregistrée au nom de Mlle Gail Rogers, 19 ans, de Piedmont.

Centre-ville de Montréal en janvier. Photo de GrandQuebec.com.

1 commentaire

  1. Olga Khalova dit :

    La vie d’aujourd’hui est incomparablement plus calme qu’auparavant!!!

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *