Des nouvelles pas fraîches

Étape cruciale pour Trudeau

Étape cruciale pour Trudeau

Étape cruciale pour le gouvernement Trudeau

La troisième session marquera une étape cruciale pour le gouvernement Trudeau

Jeudi le huit octobre commencera la troisième session de la 28e législature du parlement canadien. Pour le gouvernement Trudeau, il s’agit d’une étape cruciale, sans douté l’avant-dernière avant la convocation de nouvelles élections générales vraisemblablement en 1972.

Après deux années d’exercice du pouvoir, au cours desquelles on a surtout cherché à parfaire des études et aiguiser des outils, l’équipe libérale estime, semble-t-il, que le temps est maintenant venu d’agir dans certains secteurs-clefs.

Le prochain discours du Trône devrait notamment faire part de l’intention du gouvernement d’apporter des modifications importantes dans les domaines de l’économie, de la fiscalité et de la sécurité sociale.

D’autres mesures seront aussi annoncées comme la libéralisation du cautionnement, la création d’un “organisme quelconque” pour les affaires urbaines, une politique du film, certaines modifications à la loi de la citoyenneté, des mesures pour la protection du consommateur, en ce qui concerne l’étiquetage, l’empaquetage et la sécurité des jouets.

Certains livres blancs, comme celui sur la Défense nationale et un autre sur les Postés (ministère ou société de la couronne) pourraient susciter un vif intérêt pendant la session qui commencera jeudi.

Au fait, les députés se réuniront dès lundi, mais pour terminer la deuxième session. On y adoptera le bill C-197 qui porte sur la commercialisation des produits agricoles entre les diverses provinces. On a cru pendant un certain temps, qu’il pourrait y avoir obstruction de la part de l’Opposition, mais une entente entre les divers partis a permis d’éviter cet obstacle.

Une corporation canadienne de développement

Promise d’année en année depuis cinq ans. (sauf Tan dernier), la corporation canadienne de développement verra le jour au cours de la prochaine session. C’est du moins ce qu’on affirme dans les milieux gouvernementaux.

Cette corporation, qui serait un peu au Canada ce qu’est la société générale de financement au Québec, est entrevue comme un instrument important pour canaliser les efforts et les capitaux canadiens, en vue de stimuler la naissance et la progression d’activités industriels, qui ne seraient pas entre les mains d’intérêts étrangers.

Et justement à ce propos, on sait que le gouvernement fédéral a confié à un ministre, M. Herb Gray, la tâche spéciale d’enquêter sur l’importance et les conséquences de la propriété étrangère au Canada, pour ensuite formuler des recommandations qui serviront de point de départ à l’élaboration d’une politique.

Il va sans dire que les relations – entre la corporation canadienne de développement et cette politique sont intimes et directes.

En plus de ce nouveau tremplin que Ton veut établir pour l’économie canadienne, on sait déjà très bien que c’est au cours de la prochaine session que le gouvernement central va accoucher de sa réforme fiscale.

Le ministre des Finances la révélera dans le discours du budget qu’il prononcera au printemps. Ce coup de barre dans le domaine fiscal, dont on ne sait pas trop encore s’il sera plus à droite qu’à gauche, aura aussi de profondes répercussions dans l’économie canadienne.

Réforme de la sécurité sociale

Parallèlement au réajustement fiscal et économique, le gouvernement fédéral va s’engager dans une réorganisation globale des programmes d’assurance-chômage, d’assistance sociale, de pensions diverses et de recyclage.

Déjà l’an dernier circulaient certaines rumeurs sensationnalistes à l’effet que le gouvernement allait abolir les allocations versées aux chômeurs et autres. Il n’en est évidemment rien, mais ce qui est certain, c’est que le gouvernement s’est mis à la tâche de revoir tous ces programmes, afin d’y mettre plus d’efficacité et de rentabilité et surtout de les mieux ordonner les uns par rapport aux autres.

Celte réforme permettra d’appuyer les efforts que le gouvernement fait au niveau du développement régional,’ recycler les chômeurs, créés par des fermes qui périclitent et des industries qui ont trop vieilli.

Autres mesures

Parmi les autres mesures que l’on s’attend de voir au discours du Trône, on doit signaler d’abord la création d’un organisme quelconque, qui relèverait du ministre Robert Andras, et qui aurait pour mission de regrouper différents mécanismes et instruments pour pouvoir préciser et prévoir l’impact qu’ont sur le développement urbain certaines décisions comme la construction d’un aéroport, là montée ou la baisse des taux d’intérêt hypothécaire, etc.

En ce qui concerne les politiques d’habitation, on ne prévoit rien de nouveau.

Dans le domaine de la Justice, on attend des projets de législations sur les tables d’écoute à propos desquels le ministre, M. Turner, a parlé souvent au cours des derniers mois. Il y a aussi la libéralisation du cautionnement, qui permettra à plus de prévenus d’échapper à l’emprisonnement.
.
Du ministère des Transports, les Communes recevront un projet législatif pour réglementer plus sévèrement la circulation des navires mal équipés.

On parle en outre d’une réforme de la loi de la citoyenneté et plus particulièrement du retrait des privilèges qu’ont les citoyens britanniques par rapport aux autres immigrants. M. Gérard Pelletier a traité plus d’une fois de ce problème depuis qu’il est ministre.

Enfin, le secrétariat d’État a élaboré une politique du film. On espère pouvoir faire adopter cette loi dans la deuxième partie de la session, faute de temps dans la première.

Il y a aussi sur le métier une révision de la loi des musées, que l’on désire accomplir en 1971. Les amendements auraient pour effet de permettre une plus grande décentralisation des richesses préservées dans les musées.

Parmi les livres blancs, on doit surveiller celui de la Défense nationale ; un autre serait déjà complété au sujet du ministère des Postes, mais certains doutent que Ton procède à des changements de structures en 1970-1971.

En terminant, on doit dire que les observateurs s’attendent à un climat un peu différent à la Chambre des communes, du fait que les élections approchent, du fait que M. Stanfield a promis d’être plus contestataire à la suite de la mini-révolte parmi ses députés de l’ouest et du fait que les néo-démocrates auront un nouveau leader le printemps prochain.

Parc Chorley à Toronto. Photo de Megan Jorgensen.
Parc Chorley à Toronto (Rosedale). Photo de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *