Des nouvelles pas fraîches

Chronique judiciaire, août 1942

Chronique judiciaire, août 1942

Chronique judiciaire et criminelle du août 1942

Jeune couple accusé de vol avec effraction

Albert-George Webb, 21 ans, licencié du Royal Light Infantry, et Helen Mathewson, 19 ans, son épouse, tous deux de Winnipeg, ont été remis entre les mains de la police judiciaire de la Sûreté provinciale, hier après-midi, par les agents Aldéric Lemay et Côme DesRochers, de la police de la route, qui les avaient appréhendés quelques heures plus tôt à Lotbinière. Le jeune couple marié depuis un mois à peine à Calgary, sera traduits aujourd’hui en cour des Sessions de la paix et les deux seront accusés de vol avec effraction à la résidence de M. et Madame Georges Gagnon à St-Jean Deschaillons.

Au moment de leur arrestation, dans une coulée, où ils s’étaient cachés en voyant venir les policiers de la route, le jeune homme et la jeune femme portaient chacun un sac rempli d’articles de toutes sortes provenant de la résidence de M. et Me Gagnon, où ils se sont introduits avec effraction, lundi après-midi, en l’absence des occupants de ce foyer.

Albert-George Webb a dit à la police qu’il se dirigeait vers le Nouveau=Brunswick avec son épouse. C’est au cours du mois de juillet dernier, peu après leur mariage, qu’ils entreprirent ce long voyage. Jusqu’ici, ils ont voyagé à pied, par train, et dans des automobiles. C’est en passant à St-Jean Deschaillon, qu’ils s’introduisirent dans la maison de M. Georges Gagnon après avoir arraché un châssis de cave. Dans cette maison, ils s’emparèrent de tout ce qu’ils purent trouver. Ils firent également main basse sur plusieurs bijoux. Le tout a été retracé, hier, après-midi, dans les deux sacs que les jeunes gens traînaient avec eux et qui furent examinées aux quartiers généraux de la sûreté provinciale.

Le jeune homme prétend avoir été licencié de l’armée et avoir fait du service pendant plusieurs mois en Angleterre. Son retour au pays date de quelques mois à peine.

Une fille et un homme sont accusés de vols

Un home et une femme ont été mis en état d’arrestation, hier après-midi, par les détectives Oscar Tanguay, Charles Boileau et Roland Masse, tous trois de la police municipale, en rapport avec de nombreux vols, les uns perpétrés dans une résidence privée de la rue d’aiguillon et les autres dans les ateliers à Valcartier. Les deux prévenus ont été conduits aux quartiers généraux de la police municipale où ils ont passé la nuit en attendant d’être traduits en Cour des Sessions de la Paix.

L’éclaircissement de ces vols, qui remontent jusqu’à deux années en arrière, a conduit les trois policiers municipaux jusqu’à St-Léon de Cranbourne, la nuit dernière. À cet endroit, les détectives ont pu retracer une quantité d’outils qui avaient été revendus en cette localité. Les policiers ont aussi retracé une partie de la marchandise volée dans la maison privée.

Ces vols nombreux ont été perpétrés alors que le jeune prévenu travaillait comme plombier-électricien, au camp de Valcartier et que la jeune fille, son amie, était employée comme servante dans une maison de la rue d’Aiguillon. Le couple vit ensemble et c’est dans leur chambre que les policiers les ont retracés, hier, à la suite d’une enquête qui se poursuivait depuis quelques mois déjà.

Recommandation d’un jury à Chicoutimi

Un jury présidé par le docteur Eugène Tremblay, coroner du district, a rendu un verdict de mort accidentelle, hier, après-midi, dans la cause d’Émile Fontaine 29 ans, de St-Hyacinthe, tué dans un accident d’automobile, survenu près d’Hébertville, samedi soir dernier. Les jurés ont toutefois recommandé de faire pression auprès du procureur général de la province pour que les automobiles de louage soient en bonne condition ou qu’elles soient retirées de la civilisation. Émile Fontaine, à l’emploi de la Foundation Company, à Shipshaw, revenait d’une promenade avec quelques amis lorsqu’un pneu éclata et fit perdre le contrôle de la voiture au chauffeur. Fontaine fut projeté sur la chaussée où il se fractura la crâne.

Trois hommes arrêtés pour vols

Montréal. Alors qu’il patrouillait le Boulevard St-Laurent, la nuit dernière, entre l’Avenue des Pins et la rue Mont-Royal, le constable Desjardins entendit l’alarme sonnant à un magasin. Il vit alors trois hommes sortir en courant d’une ruelle, à l’arrière du magasin de Hyman Vineberg, marchand-tailleur, au #4253, rue St-Laurent.

Le constable arrêta immédiatement les trois suspects qui furent conduits au poste de police #20, pour être plus tard dirigés aux quartiers généraux de la sûreté. Les trois hommes ont donné comme noms : Paul Beaudoin, 28 ans,4120 rue St-Urbain, Henri Smith, 18 ans, 4225, rue Laval, et Roger Desjardins, 21 ans, 8312 rue Lajeunesse. Ils furent arrêtés sous trois accusations : trouvés en possession d’une auto volée et d’outils de cambrioleurs et d’avoir tenté de commettre un vol avec effraction. L’auto dans laquelle se trouvaient les trois prévenus, au moment de leur arrestation avait été rapportée volée, quelques minutes auparavant par son propriétaire, M. Yvon Mélançon, 283 rue Mont-Royal Est.

Détenu libéré

Montréal. On nous a déclaré hier, au quartier de la sûreté municipale, que l’homme que l’on détenait au sujet de l’enquête sur les circonstances entourant la mort tragique de Mlle Anita Laplante, 22 ans, rue Rouville, 3286, a été relâché. On sait que cette jeune fille fut trouvée morte, samedi matin, sur un terrain vague, rue Hochelaga, à une centaine de pieds à l’ouest de la rue Bruxelles.

Monsieur Armand Bradeur, directeur de la sûreté municipale, semble maintenant définitivement convaincu que la jeune fille est morte accidentellement.

Une dizaine de prévenus ont comparu

Des prévenus, dont cinq femmes, ont comparu aujourd’hui devant la cour du recorder – Accusation contre la mère et la fille.

Une dizaine de prévenus, au nombre, au nombre desquels se trouvaient cinq femmes, ont été traduits devant S.H. Le recorder Eugène DesRivières, cet avant-midi. Les vagabondes ont été mises en état d’arrestation par les détectives de l’escouade municipale des mœurs. Quant aux autres prévenus, il s’agit de pochard qui ont été ramassés dans la rue.

Deux femmes, la mère et la fille, ont été accusées d’avoir attaqué une jeune fille enceinte. Elles ont toutes deux plaidé « non coupables » et leur cause a été remise à huit jours. Les deux prévenues sont des habituées de la cour du recorder.

Une ancienne prostituée, trouvée en état d’ivresse sur la rue, n’a été condamnée qu’à $2 ou 2 jours de prison.
Les autres femmes sont des vagabondes. Elles ont été condamnées à $40 d’amende et les frais ou un mois de prison.

Personnes recherchées

Le chef-adjoint J.-J. Gagnon, de la police municipale de Québec, a reçu deux messages au cours de la matinée.

Le premier venait du chef de police de New London, Connecticut, priant la police de Québec de localiser une automobile portant la licence numéro 642, du Connecticut, et dans laquelle voyage Mme Kaine et quelques amis. Le chef de New London informe la police qu’elle a un message très important à transmettre à Mme Kaine.

Le chef F. Dufresne, de Montréal, demande aussi à la police locale de localiser deux garçons, âgés respectivement de 14 et 15 ans qui ont abandonné le domicile de leurs parents. Les deux garçons ont été vus pour la dernière fois à Ste-Anne de la Pérade.

Ils plaident non coupable

Une servante, qui est accusée d’avoir fait le vide dans la demeure de Mme Harvey, de Québec, a été traduite, aujourd’hui, à la Cour des sessions de la paix, sur une accusation de vol, en même temps que son ami se faisait accuser de recel des objets volés. Ces vols portaient sur les articles les plus divers : pneus, lingerie, outils, etc.

Ce couple a plaidé non coupable aux accusations portées contre lui et son enquête préliminaire aura lieu la semaine prochaine. Ils comparurent devant M. le juge Michaud, de la Cour des sessions de la paix.

Offense contre un règlement fédéral

Cinq prévenus ont été traduits, aujourd’hui, à la Cour des sessions de la paix, pour avoir acheté ou vendu des pneus sans suivre les prescriptions pour ce commerce fixées par les règlements de la Commission des prix du commerce en temps de guerre.

On sait qu’il faut avoir obtenu une permission spéciale du fédéral pour acheter des pneus ou pour en vendre. Trois des accusés se sont vu reprocher d’avoir négligé d’obtenir cette permission en se procurant de nouveaux pneus. Deux autres commerçants ont dû répondre à l’accusation de leur avoir vendu ces pneus sans permis. Ces prévenus ont plaidé non coupables à l’accusation portée contre eux.

Vol de 300 coupons de rationnement de gaz

Les détectives municipaux enquêtent actuellement sur un vol de 300 coupons de rationnement de gazoline, qui ont été volés, lundi soir dernier, dans un garage à Limoilou. C’est le détective Horrigan qui est en charge de ces recherches.

Condamnés à quatre ans de pénitencier

Trois-Rivières. Jean Derome et Hervé Leblanc, ces deux bagnards qui ont été amenés du pénitencier de St-Vincent-de-Paul pour répondre à une accusation de fraude en cour du magistrat ont été condamnés, hier, à quatre ans de pénitencier par le juge Léon Lajoie. Derome et Leblanc ont, du 28 avril 1941 au 18 janvier 1942, extorqué au moyen de faux prétexte une somme de $524.00 à M. et Mme J.-B. Plourde, de St-Wenceslas. Ils ont obtenu cette somme en les intéressant une prétendue exposition de portraits de l’art Antique National Enrg.

Montréal nuit
Nuit profonde, Montréal. Photographie de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *