Des nouvelles pas fraîches

La Bolduc et son timbre

La Bolduc et son timbre

La Bolduc rentre à Newport après 100 ans

« Ça va v’nir, découragez-vous pas… » Cette profession de foi de la Bolduc et de sa fille Fernande qui se bat depuis plus de 50 ans pour la reconnaissance de sa mère, est exaucée, cet été.

La Société canadienne des postes a donné, au musée de Gaspé, le coup d’envoi des festivités du centième anniversaire de Mary Travers, dite La Bolduc en dévoilant l’image-concept d’un timbre à son effigie. Le produit final sera lancé le 11 août prochain, toujours en Gaspésie, à Newport.

Il s’agit du village natal de cette pionnière de la chanson québécoise, où l’on a ouvert, le jour de la Saint-Jean, le Site Mary Travers.

Un siècle après la naissance de la joviale « Bolduc » – qui aurait vu le jour le 24 juin 1894 -, les gens de Newport ont décidé d’ouvrir un centre relatant, grâce à des photos, vêtements, instruments de musique, etc., les principales étapes de la vie et de l’étonnante carrière de l’artiste qui, dans les années 1930, aura réussi à chanter un peu partout au Canada et même jusqu’aux États-Unis, en plus de vendre, dit-on, plus de disques que l’usine pouvait en presser!

(texte publié le 26 juin 1994).

la bolduc timbre

Timbre émis par Postes Canada et dédié à Mary Travers, dite La Bolduc.

Historique de l’ancienne municipalité de Newport

Établie officiellement pour une première fois en 1845, abolie en 1847, rétablie en 1855 à quelqu 60 kilomètres au sud-ouest de Percé, près de Chandler sur la baie des Chaleurs, la municipalité de Newport tire son nom de celui du canton proclamé en 1840 dans lequel elle se situe.

La dénomination, que l’on prétend avoir été retenue par des Loyalistes qui s’y sont installés au début du XIXe siècle, célébrait la mémoire d’un navigateur anglais, membre des expéditions menés par sir Walter Releigh (1552-1618), dont l’une visait à fonder un établissement en Virginie en 1606, ce qui a permis au patronyme d’essaimer chez nos voisins du Sud, notamment dans le Kentucky et possiblement dans le Rhode Island où l’on relève des Newport.

Peut-être les Loyalistes ont-ils simplement voulu rappeler un endroit d’où ils venaient. On peut croire aussi, par contre, que le nom a été choisi simplement en raison des lieux eux-mêmes, site portuaire pour la pêche. La population anglophone locale ne pouvait évidemment que bien apprécier l’appellation chargée de réminiscences variées.

Anciennement, les lieux répondaient à l’appellation de Pointe-au-Genièvre ou Pointe-à-Geniève, en raison du grand nombre de genévriers, abrisseaux à feuilles épineuses, qui poussaient sur la pointe de Newport. Les Newportais tirent principalement leur subsistance de la pêche commerciale qu’ils pratiquent sur une échelle industrielle, Newport – anciennement orthographiée New Port en deux mots – formant avec Grande-Rivière, plus à l’est, les deux havres les plus actifs sous cet aspect. De magnifiques plages se prêtent bien aux activités de plein air tels la baignade, le bronzage, le ski nautique, le canotage, la planche à voile, etc.

Pour compléter la lecture :

1 commentaire

  1. Maryse

    2017/01/10 at 1:42

    J’ai un timbre de la Bolduc Canada

    Quel est son évaluations aujourd’hui
    Merci

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *