L’Anse-au-Foulon, centre des examens à l’Immigration au Canada

Ottawa annoncera une décision en ce sens dans quelques jours

Il est presqu’assuré, maintenant, que l’Anse-au-Foulon deviendra, des la prochaine saison régulière de navigation, le centre des examens à l’Immigration, pour tout passager entrant au Canada par bateau, qu’il se rende à Montréal ou qu’il descende tout simplement à Québec. Si cette nouvelle politique est approuvée en haut lieu, elle éliminera automatiquement les examens qui se faisaient, à date, sur la plupart des paquebots, pendant leur voyage entre Pointe au-Père et Québec.

Interrogé sur cette éventualité, M. Georges Benoit, directeur de l’information du ministère fédéral de la Citoyenneté et de l’Immigration, a précise que la dérision, qui fait suite à une longue étude du projet par les autorités du ministère, sera rendue d’ici quelques jours.

Les raisons principales ?

Il appert que la nouvelle mesure découlerait du fait que le ministère ait eu toujours à couvrir les frais des officiers qui se rendent a Pointe-au-Père et s’embarquent à bord des paquebots pour accomplir leur travail. Nous croyons savoir aussi que les compagnies maritimes, si elles exprimaient le désir Que soit conservée l’ancienne méthode d’examen des passagère, se verraient demander de défrayer les dépenses encourues par les voyages des officiers de l’Immigration, en supposant que leurs revendications soient acceptées.

Cependant, d’aucuns voient dans cette décision, un désir du ministère de faire servir à quelque chose la Gare maritime Champlain, construite en 1958-59, au coût de plus de $5,000,000 ainsi que les hangars du Foulon. Ces constructions représentent une valeur totale de quelques vingtaines de millions de dollars, qui n’ont pas encore été utilisées à leur pleine capacité.

Déception

Une enquête auprès des compagnies maritimes à Montréal ou de leurs agences à Québec, révèle que la décision créera certaines complications par suite des retards qu’elle occasionnera aux cédules établies par ces compagnies.

Depuis plusieurs années, les examens de l’Immigration se faisant la plupart, du temps, entre Pointe-au-Père et Québec, permettaient aux paquebots de ne faire escale que deux heures ou trois à l’Anse-au-Foulon, soit le temps de laisser descendre les passagers à destination de la Vieille Capitale. et leurs bagages.

M. H. – E. Tessier, directeur des relations extérieures, à Québec, pour le Pacifique canadien, dit que la nouvelle mesure entrainera à coup sûr des arrêts de cinq à six heures et même plus, selon le nombre de passagers qui passeront à l’examen.

Pour sa part, M. Umberto Nordio, directeur général de la Home Lines au Canada, a refusé de faire des commentaires. Expliquant que sa compagnie préfère attendre de connaître la décision, avant de se prononcer, il n’a pas caché cependant que la nouvelle politique causera des complications. « Mais si l’Immigration adopte cette politique, il nous faudra probablement acquiescer », a-t-il ajouté.

M. Roger Faquin, agent local des Quebec Terminas, a répondu qu’il n’a rien à dire pour le moment, cependant que le gérant local de la Cunard Steamship, M. J.-H. Colquhoun, nous apprend que la question a été débattue à l’assemblée générale récente de la compagnie. Les autorités préfèrent également attendre la décision du ministère avant de prendre position.

Pour Québec, quels avantages ?

Indépendamment de l’Immigration, l’adoption éventuelle de cette politique, en plus de donner de l’emploi à tout le personne! de la Gare maritime Champlain (officier de l’Immigration, policiers du port, au restaurant, désert plus qu’à son tour, l’an dernier servira la cause du tourisme.

Plus de voyageurs de l’étranger visiteront la Vieille Capitale, à l’occasion des escales plus longues qu’auparavant et cela encore donnera du travail à ces nombreuses petites entreprises qui veillent à chaque retour de la belle saison, à montrer Québec le plus rapidement et le plus complètement possible à l’étranger.

Voir aussi :

immigration au québec
Immigrants au Canada. Photo de Megan Jorgensen.

Laisser un commentaire