Des nouvelles pas fraîches

L’affaire Casa Loma

L’affaire Casa Loma

L’affaire Casa Loma : Yvon Métras est libéré par la cour

Le « busboy » Yvon Métras, qui avait été déclaré « témoin hostile », lundi, par le juge Maurice Cousinçau, a été libéré par la cour, hier, après avoir été contre-interrogé successivement par Mes Raymond Daoust, Sidney Leithman et Léo-René Maranda.

Quatre ou cinq jours après le triple assassinat survenu le 12 mars dernier (1971) dans le cocktail lounge Jacques Antonin de la Casa Loma, Yvon Métras, qui avait été embauché comme « busboy », le 7 janvier dernier (1971), par la direction de la Casa Loma, s’est rendu au quartier général de la police de Montréal où des policiers l’ont interrogé.

Puis, le 22 mars, Yvon Métras, interrogé par les mêmes policiers, signait certaines déclarations relatives aux « incidents de la Casa Loma ».

Les procureurs des accusés ont longuement contre-interrogé, hier, le témoin Métras sur les circonstances qui ont entouré ces deux rencontres avec les policiers chargés de l’enquête sur « l’affaire de la Casa Loma ».

Le 12 mars dernier (1971), Métras avait été témoin des assassinats de Jacques Verrier et André Vaillancourt, survenus peu de temps avant celui de Jean-Claude « Ti-Caille » Rioux. Métras avait ensuite quitté la Casa Loma pour retourner chez lui. Au cours de la journée du 12 mars, puis pendant les jours qui ont suivi, Métras n’a pas jugé opportun d’appeler la policepour l’informer de ce qu’il pouvait savoir du triple assassinat survenu à la Casa Loma.

Métras a préféré prendre quelques jours de « vacances ». Et c’est à son retour dans la métropole qu’il a appris de « son » concierge que la police désirait le rencontrer.

À l’issue de sa première rencontre avec les policiers, Métras s’est retrouvé en cellule pour plusieurs heures. « Ca te fera du bien une nuit de cellule », lui auraient alors déclaré les policiers. Relâché le lendemain, Métras a rencontré de nouveau les policiers le 22 mars.

Métras ne se souvient plus très bien de ce qu’il a pu dire aux policiers lors de la rencontre du 15 mars. Il se rappelle seulement que les policiers l’auraient menacé de le garder en cellule pour une période plus ou moins prolongée s’il s’entêtait à garder le silence sur « les incidents de la Casa Loma ».

Puis le 22 mars, Métras a signé des déclarations. Au cours de cette dernière rencontre, les policiers ne lui ont fait ni promesses ni menaces. Yvon Métras le reconnaît.

Alors qu’il était contre-interrogé par les procureurs de Jos Di Maulo, Joseph Tozzi et Jillio Ciamarro — ceux-ci sont accusés du meurtre de Jean-Claude Rioux — Yvon Métras a reconnu qu’il avait revu plusieurs fois Fernand Cloutier dit le « Zoo » depuis le 12 mars dernier: il a également parlé de « l’amitié » qui unissait André Vaillancourt et « Tiny Bull », le gardien de nuit de la Casa Loma.

Selon Métras, « Tiny Bull », 40 ans, considérait Vaillancourt, 32 ans, comme son père ». « Tiny, c’est comme moi, c’est pas une tête à Papineau », a expliqué Métras.

« Tiny Null », c’était à la fois le gardien de nuit et le responsable des décors à là Casa Lomq. Vaillancourt le dépannait financièrement.

Me Daoust a voulu savoir, pour sa part, de Métras si « Tiny Bull » avait l’habitude de prendre des « goofballs ».

« II prenait souvent des pilules avec du coke », a répondu le témoin. Puis, par la suite, la cour a appris que « Tiny Bull » souffrait depuis plusieurs années de diabète, ce qui ne l’empêchait pas de boire parfois en une seule nuit « une caisse de coke ». Dans la nuit du 11 au 12 mars, « Tiny Bull » a-t-il avalé quelques « pilules avec du coke »? Me Daoust a posé la question à Métras. Celui-ci a répondu: « Il en prenait tous les soirs: je l’ai toujours vu avec un coke ».

Un peu plus tôt, alors qu’il était contre-intèrrogé par Me Maranda, Métras a nié avoir jamais conclu une entente avec « Tiny Bull » pour le lavage des verres utilisés à la Casa Loma.

Le procès se poursuit, ce matin, dans la grande salle des Assises, sous la présidence du juge Maurice Cousineau.

La couronne citera-telle à la barre le fameux « Tiny Bull » dont il a été si souventes fois mention, hier, devant la cour ?

(Cette nouvelle date du 19 octobre 1971).

Casa Loma. Photo de Megan Jorgensen.
Casa Loma. Photo de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *