Des nouvelles pas fraîches

Accident d’autobus

Accident d’autobus

Quinze blessés dans un accident d’autobus

Le lourd véhicule avait quitté Toronto jeudi soir, en destination de Montréal – L’accident tragique est survenu à une mille à l’ouest de la ville de Prescott – L’autobus s’immobilise dans un fossé après avoir tourné trois fois sur lui-même – Un grand nombre de blessés – Quelques passagers s’en allaient en Europe

Brockville, 2 juillet 1938. Un autobus de la Colonial Coach Lines, en destination de Montréal venant de Toronto, est allé s’écraser dans un fossé, vendredi matin, un peu après cinq heures, causant des blessures à quinze de ses passagers.

L’énorme véhicule roulait sur la route numéro 2, dont la surface était très glissante, lorsqu’arrivé à l’endroit connu sous le nom de côte McCarthy, à une mille à l’ouest de la ville de Prescott, il décapa et s’immobilisa dans le fossé, après avoir tourné trois fois sur lui-même.

Sept des passagers sont dans les hôpitaux de Brockville, dont deux gravement blessés; un autre a quitté la clinique après avoir été pansé et sept autres, des enfants pour la plupart, furent soignés par des médecins mandés d’urgence.

Les patients

Les patients qui sont encore sous traitements sont :

À l’hôpital général de Brockville : Mme Evelyn Nesbitt, 467 avenue Pope, Toronto, en route pour Belfast, Irlande, blessures au dos et à la poitrine; le capitaine John-A. Birchenough, 205 Appartements Annandale, Kingston, blessures au dos et aux épaules; Mme Charles Bradford, 464 rue Kelly, New Westminster, Colombie-Britannique, souffrant d’un choc nerveux; J.-R. Coyne, de Montréal, blessures peu graves à la tête.

À l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul : Mme A. Guilmor, 77 avenue Ellerback, lésions internes probables; Mlle Emily-Elizabeth Gilmour, même adresse, fille de cette dernière, souffrant probablement d’une fracture de la colonne verébrale; Riverdale, Toronto, sous observation, et M. John-C. McPhee, de Prescott, souffrant probablement aussi d’une fracture de la colonne vertébrale.

Les passagers

Les passagers avaient quitté la Ville Reine à bord de l’autobus, jeudi soir, en destination de Montréal et de points intermédiaires. Plusieurs étaient même partis dans le but de s’embarquer dans la métropole à bord de paquebots en destination de l’Europe.

Le véhicule filait à une allure modérée lorsqu’il arriva au pied de la côte où la route fait une bifurcation. À un moment donné, l’autobus glissa du côté nord de la route, en dépit des efforts du conducteur, William – J. Strachan, 34 rue Colborne, Kingston, qui cherchait à lui faire reprendre le côté sud. C’est alors que l’accident survint.

Strachan s’en tira indemne et ne se releva que pour porter secours aux victimes. Les passagers ont partagé son heureux sort, ainsi que l’agent C. Johns, de la circulation, lui aidèrent à secourir les infortunés qui furent transportés dans les maisons voisines ainsi qu’aux hôtels de Prescott, tandis que les Drs. C.-F. McPherson, R-P. Walker et T.-H. Smelle de cette ville apportaient les premiers soins aux blessés.

Le conducteur

La Compagnie de Transport Provinciale, qui opère la Colonial Coach Lines, a déclaré ne pas avoir beaucoup de détails sur l’accident vu que le conducteur de l’autobus ne serait pas à Montréal avant la fin de la journée de samedi.

Les passagers qui se sont tirés indemnes de l’accident ont été ramenés à Montréal par un autre autobus qui se trouvait dans les environs de Prescott.

(C’est arrivé le 2 juillet 1938).

Lire aussi :

Un autobus de 1938, de la compagnie Roseland. Photo de l’époque, image libre de droit.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *