Nord-du-Québec

Péninsule Ouachimiscau

Péninsule Ouachimiscau

Péninsule Ouachimiscau (Nord du Québec)

Située dans le Grand Nord québécois, la péninsule Ouachimiscau – en réalité une presqu’île, puisqu’elle ne constitue pas une masse continentale s’avançant dans la mer – est l’un de ces éléments de relief qui concourt, notamment avec l’île Tachapahipane, dont elle n’est séparée que par la passe du Grand Percé, à couper presque en deux le lac Mistassini dans le sens de sa longueur. Soudée à la rive nord-est du lac, elle mesure 22 kilomètres de long sur 2,5 kilomètres dans sa plus grande largeur.

Le nom Ouachimiscau est d’origine crie. On connaît les variantes graphiques Washimiskow et Wachimiscau, cette dernière relevée dans un rapport géologique de la région de la rivière Takwa (1956).

En 1955, Jacques Rousseau écrit « presqu’île Washimiskow et indique que le nom signifie « pointe sablonneuse », ce qui paraît correspondre à la présence, dans la presqu’île, de sable, de till et de gravier. Une autre source indique plutôt que ce nom, tiré du mot cri uasheiamiskay, signifie « le sol est brillant ». Une reconstruction par Jacques Rousseau de l’itinéraire suivi par le botaniste André Michaux lors de son voyage au lac Mistassini, en 1792, accrédité la pertinence de l’une et l’autre hypothèse paradoxalement. Selon Rousseau, Michaux a campé entre la baie Fafard et la baie Wiyachimiskow, à remarquer, la parenté phonétique avec Ouachimiscau -, laquelle baie se trouve à 20 kilomètres au sud-ouest de la presqu’île.

Selon Rousseau, qui connaît cette baie, cet endroit est le seul point au voisinage du lac où on peut rencontrer des collines de sable pur. Le texte de Michaux, de son côté, parle effectivement de collines au sable pur ; toutefois, il ajoute que « Pierres et les Roches sont de Quartz impur », ce qui a peut-être inspiré les noms Wiyachimiskow/Quachimiscau, car le quartz a pu donner l’impression que le sol était brillant.

En 1951, Iaïe Nantais, secrétaire de la Commission de géographie, écrit que le nom Presqu’île Washimiskow est normalisé et que dorénavant la graphie sera Ouachimiscau. Par ailleurs, la Commission connaît aussi la presqu’île sous le nom de Pointe Mandanouc, nom inconnu des Amérindiens et absolument incompréhensible pour eux. Sans doute s’agit-il d’un nom que les premiers voyageurs français auraient mal compris. On avance deux hypothèses quant à son origine : Mandanouc provient de Manitounouc, nom d’une île du lac Mistassini située à environ 70 kilomètres au sud-ouest de la presqu’île ; ce nom aurait été transposé sur cette dernière. Le nom Mandanouc pourrait aussi dériver de l’expression mantao nistouk qu’un guide amérindien qui ne connaissait pas bien la région aurait pu mentionner, Selon Rousseau, cette expression signifierait « cette pile m’est étrangère, m’est inconnue. » Officialisé par la Commission de géographie en 1968, le nom Péninsule Ouachimiscau a paru l’année suivante au « Répertoire géographique du Québec. »

Péninsule de Ouachimiscau. Collection Paysages du Nouveau-Québec de 1974 à 1984 © 2007 Direction des bibliothèques, Université de Montréal. Utilisation permise à des fins de recherche, d'étude et d'enseignement.
Péninsule de Ouachimiscau. Collection Paysages du Nouveau-Québec de 1974 à 1984 © 2007 Direction des bibliothèques, Université de Montréal. Utilisation permise à des fins de recherche, d’étude et d’enseignement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *