Musées du Québec

Musée de la gare à Témiscamingue

Musée de la gare à Témiscamingue

Musée de la Gare

Construite en 1927, la gare du Canadian Pacific Railroad à Témiscaming, se distingue par son style et son architecture. Elle fut restaurée puis transformée en musée et ouverte aux visiteurs en juin 1996. Le Musée de la gare loge une exposition permanente expliquant le plan de la ville de Témiscaming conçu en 1927 par le plus célèbre urbaniste canadien de l’époque, l’architecte Thomas Adams.

C’est dans ce cadre exceptionnel que les groupes scolaires ont accès à une visite guidée d’une exposition portant sur le patrimoine architectural et industriel de la ville de Témiscaming. Des maisons de compagnie, des jardins, d’oeuvres d’art, le complexe industriel de la ville y sont décrites et expliqués.

Historiquement, le site de Témiscamingue était la porte d’entrée de la colonisation du Témiscamingue. La gare joua un rôle économique majeur vu le soutien que tout le réseau ferroviaire offrait à l’industrie forestière, entre autres.

Aujourd’hui, ce bâtiment de brique est la seule gare qui subsiste encore en Abitibi-Témiscamingue.

L’édifice abritait au deuxième étage le logement du chef de gare. Au rez-de-chaussée, on trouvait les services aux passagers ainsi que deux salles d’attente dont l’une exclusivement réservée aux femmes. Notons que cette pratique assez répandue dans le milieu ferroviaire jusqu’au tornant du XXe siècle est un fait rare dans les gares des années 1920-1930.

musee_gare_temiscaming.jpg

Musée de la gare de Témiscaming. Photo du domaine public.

Le Musée de la gare du Canadian Pacific Railroad est reconnu monument historique en 1979.

Horaire : Visites commentées du 24 juin au 5 septembre, tous les jours, de 12h à 19h.
Durée de la visite : 1 ou 2 heures

Coordonnées du Musée de la Gare :

15, rue Humphrey
Témiscaming

Téléphone & télécopieur : 819 627-1846.

Ville de Témiscaming, note historique

Cette municipalité de la MRC de la MRC de Témiscamingue est bâtie à flanc de montagne. De ses hauteurs on peut admirer la rivière des Outaouais qui constitue la frontière naturelle séparant le Québec de l’Ontario. Elle a été implantée à environ 80 km au sud-est de Ville-Marie. Dès la fin du XVIIIe siècle, les équipes des bûcherons de l’Américain Philemon Wright, de Hull, procédaient à la coupe de bois sur ce territoire. L’endroit, connu jusque-là sous l’appellation de Long-Sault, tirée de la dénomination d’un des rapides qui parsèment l’Outaouais en ces lieux, prend le nom de Lumsden’s Mill, le propriétaire du moulin bâti à cette époque, Alex Lumsden, y avait établi un camp. Auparavant, une humble chapelle accueillait les trappeurs et les commerçants des fourrures qui s’y arrêtaient, en route pour l’Outaouais. L’arrivée du frère Leblanc, oblat, en 1880, avec quelques familles, marque les débuts de la colonisation. La municipalité de Témiscamingue voit officiellement le jour en 1888. Cette appellation, orthographié aussi Témiscaming, souligne la proximité du lac Témiscamingue, dont le nom remonte à l’algonquin « tim », profond, et « kami », étendue d’eau, auquel on a adjoint le locatif « ing », dans.

En 1920, Témiscamingue accède au statut de ville sous le nom de Kipawa, et son étendue englobe South Témiscaming ainsi que Lumsden’s Mill, alors hameaux. Kipawa cédera sa place à la dénomination originelle en 1921. L’actuelle entité municipale résulte de la fusion, en 1988, de Témiscaming et Letang, créée en 1980. Bien que l’on ait avancé que cette dénomination, prononcée « letan », se voulait un hommage aux frères Letang, Henri-E et E.-A., respectivement ordonnés prêtres en 1908 et en 1915 et qui furent tous deux curés de Témiscaming, il convient de prendre en compte que deux documents cartographiques de J.-B.-L. Franquelin mentionnent ce nom de 1688, « Portage de l’Estan », et en 1699, « Joachim de l’Estang » en aval des Grandes Allumettes, sur l’Outaouais. Par ailleurs l’épouse de Pierre de Troyes, mort en 1688, et mieux connu comme chevalier de Troyes, se nommait Marie Petit d’Estang. Celui-ci a effectué, en 1686, une expédition de nature militaire à la baie d’Hudson. De nos jours, les Témiscaminois identifient encore fréquemment leur ville comme Témiscaming-Sud, souvenir de l’époque où le hameau de South Témiscaming, avait été créée comme pendant à North Témiscaming, localité établie à la tête du lac Témiscamingue.

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *