Musées du Québec

Musée des Coquillages

Musée des Coquillages

Musée des Coquillages

Ce musée, situé dans la municipalité de Saint-Tite-des-Caps qui fait partie de la Municipalité régionale de comté de la Côte-de-Beaupré dans la région administrative de la Capitale-Nationale, invite les gens à venir découvrir le monde des coquillages, un mode qui n’a rien à envier à celui des oiseaux, mammifères, poissons ou de toute autre forme de vie. Plus de deux mille espèces de coquillage du monde entier y sont exposées, avec en plus de crustacés, coquillages terrestres, étoiles de mer, oursins naturalisés, mâchoires de requin et beaucoup plus. On y retrouve 30 familles de coquillages représentés.

Dans le musée, les visiteurs peuvent en effet apprécier les formes, les couleurs, les dessins extraordinaires qu’arborent les coquillages. Les gens apprennent aussi le mode de vie de ces animaux. À travers les différents textes et illustration, ils découvrent comment les coquillages se nourrissent et se reproduisent. D’ailleurs, on admire plusieurs photos sous-marines montrant les coquillages dans leur habitat naturel.

Dans la boutique du musée, nombreux produits à vendre, tels que coquillages, bijoux de nacre, crabes, oursins, étoiles, etc.

Coordonnées du musée des Coquillages :

274, route 138
Saint-Tite-des-Caps
G0A 4J0

Téléphone du Musée des coquillages : 418 823 2747

Site web du Musée du coquillage : chaletmuseedescaps.com

Coquillage

Collection des étoiles de mer, des coquillages et d’autres objets pareils. Photo de GrandQuebec.com.

Quelques notes finales sur les crustacés

Les crustacés sont des animaux aquatiques ; la plupart habitent la mer (crabe, crevette, homard, langouste, langoustine) ; l’écrevisse et certaines crevettes vivent en eau en eau douce. Les crustacés se distinguent des autres fruits de mer par le fait qu’ils sont recouverrts d’une carapace plus ou moins rigide selon les espèces, qui tombe à la mue quand l’animal grandit pour repousser aussitôt. Cela s’effectue plusieurs fois au cours de leur vie.

Tous les crustacés sont munis de cinq paires de pattes. Chez la plupart (homard, crabe, écrevisse, langoustine), une paire est beaucoup plus développée et se termine d’un côté par un étau puissant, de l’autre côté par des pinces en dents de scie, qui servent à broyer la nourriture et qui sont placées indifféremment à gauche ou à droite. Les pattes de la crevette, de l’écrevisse et de la langouste sont généralement d’égale grosseur et se terminent;ar des pinces (des crochets pour la langouste). La cage thorcique des crustacés est soudée à la tête et s’appelle « coffre » ; les pattes y sont rattachées, les yeux, la bouche et les antennes y sont également logés. Chez l’écrevisse, le homard, la langouste et surtout la langoustine, une de ces paires d’antennes est très longue. Les crustacés se déplacent en marchant, la plupart au fond de la mer. Le crabe s’aventure sur les plages et peut se mouvoir très vite, même latéralement. L’écrevisse peut reculer, d’où l’expression marchr comme une écrivisse.

Les femelles se distinguent des mâles par une sorte de palme ou de nageoire placée sous le coffre, qu sert à retenire les œufs. Chez le mâle, cette partie qui n’a pas la forme de nageoire est plus fine et plus rigide. Les œufs (« corail ») de couleur rouge sont comestibles.

Pour compléter la lecture :

4 Comments

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *