Musées du Québec

Musée de l’Abeille

Musée de l’Abeille

Musée de l’Abeille – Économusée de l’Abeille

Le Musée de l’Abeille, situé à Château-Richer tout près de Québec, relate l’histoire de l’abeille depuis les 70 millions d’années de son existence ainsi que la fascinante histoire des relations entre l’abeille et l’homme, depuis l’apparition de ce dernier aux temps modernes en passant par l’époque des Pharaons.

Une exposition permanente présente les différentes facettes du monde de l’abeille, sa structure sociale, la reine et ses vassaux, les ruches, le processus de création du miel, la cueillette et l’utilisation du miel dans l’ancien temps, la domestication de l’abeille par nos aïeux, l’évolution des techniques apicoles.

Les ruches sont vitrées et on parcourt le musée en compagnie d’un apiculteur au cours de cette visite qui porte le nom de Safari-Abeille.

Le Safari-Abeille est une expérience fascinante permettant l’observation des activités de la ruche, telles que la naissance d’une abeille, la conduite de la communauté et la danse des abeilles. En prime, les visiteurs apprennent toute la vérité sur les piqûres d’abeille.

Au cours de la visite du Musée de l’Abeille, on peut déguster les hydromels produits au musée et s’offrir les gâteries de la boutique et de la pâtisserie-confiserie.

Le Musée de l’abeille conserve également plusieurs objets liés à ce sympathique animal, tels qu’une abeille fossilisée dans l’ambre, les présentations de peintures rupestres vieilles de huit mille ans et témoignant de la cueillette préhistorique du miel, et même toute une collection de curiosités comme l’histoire des relations entre l’abeille et Stradivarius.

Tout naturellement, l’histoire apicole du Québec occupe une place spéciale dans le musée. On y raconte l’histoire des premières ruches québécoises, de la boîte à beurre, de la boîte à clous et plusieurs autres aspects de l’histoire de l’abeille dans la province.

Le Musée de l’Abeille raconte aussi les astuces des fleurs, par exemple les bleuets, pour séduire les abeilles, et présente l’hydromel. Ce nectar des Dieux est le résultat de la fermentation du miel dilué dans l’eau, auquel on ajoute des éléments minéraux et des levures à vin. Le Musée de l’Abeille en fabrique plusieurs variétés, du sec au sucré (on se rappellera que le druide Panoramix utilise de l’hydromel pour la préparation de la potion magique destinée à Astérix et ses amis. On comprend mieux le désespoir d’Obélix qui est toujours privé de potion !).

Pour rejoindre le Musée de l’Abeille :

8862, Boulevard Sainte-Anne
Château Richer
G0A 1N0

Téléphone : 418 824 4411.

Ville Château-Richer

L’un des premiers endroits habités de la Nouvelle-France est Château-Richer, sur la Côte-de-Beaupré, près de Québec. L’origine dénominative de cette municipalité, érigée d’abord en 1845 et connue dès les XVIIe siècle son nom actuel – en 1641, on relève Chasteau Richer/Riché – demeure confuse.  Par ailleurs, a succédé en 1855 à la municipalité primitive celle de la Visitation-de-Notre-Dame, érigée canoniquement en 1678, mais l’on a toujours désignée dans l’usage sous la dénomination de municipalité de la paroisse de Château-Richer, jusqu’à l’obtention de sont statut de ville. D’autre part, le bureau de poste ouvert en 1832 portait le nom de Château-Richer. On a d’abord argué qu’un Français ou un Amérindien répondant au nom de Richer se serait installé à demeure dans le tronc d’un gros arbre et se serait plu à gratifier son modeste logis du nom de château.

Selon une autre explication, un certain Nestor Richer, cordonnier, aurait érigé une hutte à l’emplacement du presbytère d’aujourd’hui, par dérison, ses concitoyens auraient baptisé son réduit plus que modeste, Château Richer. Ces tentatives d’explications somt fantaisistes. On cru plus plausible la solution qui avance qu’il s’agirait du prieuré de Château-Richer, en France, que monseigneur de Laval évoque à quelque reprises dans sa correspondance, ce qui contredit la présence du nom Chasteau Richer sur la carte de Jean Bouron, dressée autour de 1641, antérieurement à l’arrivée à Québec du prélat, en 1659. À l’origine, le nom Château-Richer avait un sens très restreint, car il ne désignait que le cap ou promontoire sur lequel s’élève l’église actuelle.

miel

Pour tout apprendre sur les abeilles et le miel. Photo : GrandQuebec.com.

Lire aussi :

2 Comments

  1. René-Daniel Langlois

    2014/01/09 at 2:03

    Bonjour,
    Je recherche un ou des producteurs de reines abeilles fécondées qui font des envois postaux.
    Plus précisément, j’aimerais trouver un éleveur d’abeilles russes ou croisée avec une abeille russe.
    Merci.

  2. DANIEL POULIN

    2018/12/01 at 9:00

    Vraiment super cet endoit on y est retournés 4 fois en 2 ans!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *