Musées du Québec

Moulin des Jésuites de Charlesbourg

Moulin des Jésuites de Charlesbourg

Moulin des Jésuites de Charlesbourg

Vers les années 1740, les Jésuites entreprennent à proximité du Trait-Carré de Charlesbourg la construction d’un moulin banal faisant farine. Le Moulin des Jésuites joua un rôle important sur le plan économique. En 1800, il devint la propriété de l’État et on le loue à des meuniers.

En 1854, dès l’abolition du régime seigneurial, le moulin appartient à plusieurs compagnies privées.

En 1982, la ville de Charlesbourg en fait l’acquisition. Aujourd’hui, le Moulin des Jésuites est un centre d’interprétation historique. Des visites commentées, des expositions et des activités pour tous les âges y sont offertes.

Le Moulin des Jésuites offre des expositions permanentes et temporaires sur l’histoire des moulins, sur les métiers d’autrefois, modes de vie, techniques anciennes, nouvelles technologies ainsi que sur les sciences. Chaque présentation est accompagnée d’activités éducatives et culturelles, ainsi que des festivités, inspirées de l’époque du XVIIIe siècle.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à vous rendre sur le site Internet du Moulin des Jésuites ou à téléphoner.

Coordonnées du Moulin des Jésuites de Charlesbourg :

Moulin des Jésuites
7960, boulevard Henri-Bourassa
Charlesbourg, Québec
G1H 3G3

Renseignements et réservations :

Téléphone : 418 624 7720
Télécopieur : 418 624 7519.

Historique de Charlesbourg

Le présent arrondissement de Charlesbourg, dans la banlieue nord de la ville de Québec, est issue du regroupement, en 1976, de quelques municipalités, telles la ville d’Orsainville (1960), d’abord érigée comme la municipalité de la paroisse de Saint-Charles-Borromée en 1845, puis comme municipalité de la paroisse d’Orsainville en 1953 ; la ville de Notre-Dame-des-Laurentides (1965), auparavant municipalité de de paroisse (1910) ; la cité de Charlesbourg (1949), anciennement municipalité de village (1914) ; la municipalité de Charlesbourg-Est (1927), anciennement Saint-Charles-de-Charlesbourg-Partie-Est (1917) ou « municipalité de la partie est de la paroisse de Saint-Charles-de-Charlesbourg », suivant la Gazette officielle. Mais c’est depuis le XVIIe siècle qui se vaste secteur agricole et de villégiature est habité, selon un mode de lotissement original et particulier, encouragé par l’intendant Talon et identifié comme le trait-carré ; suivant ce procédé, les terres découpées en triangles isolés ou scalènes sont regroupés en roue autour de l’église au centre, formant un carré parfait, les établissements étant déployés en éventail.

Or, il appert, selon une recherche publiée par Marcel Trudel dans la « Revue de l’histoire de l’Amérique française » en 1991, que ce mode d’organisation territoriale est davantage redevable aux Jésuites qui établissent un noyau de peuplement dans la seigneurie de Notre-Dame-des-Anges en 1665, lequel donnera naissance à Charlesbourg, dont le nom est mentionné en 1667 dans les registres d’état civil. Cette structure exceptionnelle, encore aujourd’hui identifiée comme le Trait-Carré ou Trécarré de Charlesbourg, voit sa sauvegarde assurée puisqu’il a été désigné arrondissement historique en 1965.

Le nom de Charlesbourg rappelle que la première chapelle avait été construite au Bourg-Royal et dédiée à saint Charles Borromée (1538-1584), celui-ci ayant par ailleurs donné son nom à la municipalité de paroisse de 1845. La population s’enorgueillit de la présence d’un important jardin zoologique qui a inspiré un système de dénomination d’animaux pour les rues qui l’avoisinent.

Moulin des Jésuites de Charlesbourg

Moulin des Jésuites de Charlesbourg, source de la photo : © Moulin des Jésuites

 

Voir aussi :

 

1 commentaire

  1. paul

    2012/10/16 at 5:43

    aller manger du bon pré dans l’champs mmm mmm jadore miam le gout est dégustant

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *