Multiculturalisme

Réfugiés allemands des Sudètes

Réfugiés allemands des Sudètes

Six cents familles allemandes s’établiront au Canada

Chassés des Sudètes par l’invasion allemandes, le Canada les accueillera, si elles remplissent les conditions ordinaires de la loi d’immigration concernant les cultivateurs de l’Europe centrale – Minimum de $1,500 par famille

Ottawa, 3 de mars 1939. Plusieurs centaines de familles allemandes qui ont fuit les Sudètes devant l’invasion allemande parce qu’elles s’étaient opposées à la politique nazie, viendront s’établir au Canada le printemps prochain. C’est ce qu’annonçait aujourd’hui le ministère de l’immigration du Canada, en expliquant qu’il s’agit de familles de cultivateurs et qu’elles arriveront ici pourvues de l’argent nécessaire pour ne pas être à charge à la nation canadienne.

Chaque famille aura un minimum de $1,500 provenant d’un fonds prêté à la Tchécoslovaquie par les gouvernements anglais et français pour régler la question des réfugiés des Sudètes.

Ces familles devront se soumettre aux règlements de l’immigration canadienne concernant l’immigration au Canada des fermiers de l’Europe centrale. Cela veut dire que chaque famille devra connaître l’agriculture et l’exploitation de la ferme, posséder un minimum de $1,500 et être en bonne santé.

D’ailleurs, ces familles s’établiront probablement dans le nord de la Saskatchewan et dans la région de la rivière de la Paix. Leur destination définitive toutefois sera arrêtée par les bureaux de colonisation des C.N.R. Et des C.P.R., en collaboration avec les gouvernements provinciaux.

On dit qu’il y a actuellement un total de 1,200 familles qui pourraient se qualifier, mais il est fort probable que le gouvernement canadien n’en acceptera pas plus de six cents. L’appel de ces réfugiés au gouvernement canadien, qui l’étudiait depuis trois mois, à l’appui de la Société des nations.
Toutes ces familles auraient probablement été persécutées si elles étaient demeurées sous le nouveau régime allemand, car elles étaient opposées au mouvement d’Henlein et au gouvernement nazi, et leurs chefs étaient membres du parti démocrate tchécoslovaque.

Les nazis sont en guerre contre le tabac et l”alcool

Les chefs du parti lancent une campagne nationale dite de désintoxication – la bière épargnée

Berlin, 3 de mars 1939. Des leaders du parti national socialiste ont demandé, aujourd’hui, à la jeunesse d’accepter un nouveau devoir national : celui qui les fera s’abstenir, comme le fait le chancelier Hitler, de l’usage de l’alcool et du tabac. Inaugurant une campagne dite de désintoxication, Baldur von Schirach et plusieurs de ses camarades ont déclaré, ici, ce soir que le Führer qui ne boit ni me fi,e devrait être l’exemple de tous les bons nazis. Comme ils n’ont pas parlé de la bière, on assume que ce mouvement est dirigé principalement contre les autres boissons enivrantes. Un congrès sera organisé d’ailleurs à ce sujet à Francfort-sur-le-Main du 5 au 7 mars. Plus de 14,000 jeunes gens ont été invités à assister à cette réunion. Entretemps, les restaurants ont accepté volontairement de combattre la vente des cigares et des cigarettes. On comprend que cette campagne n’est pas lancée à la légère et que les chefs de l’Allemagne ont l’intention bien arrêtée de la mener à bonne fin.

L'atelier du cordonnier dans le village Black Creek Pioneer Village, à Toronto. Photographie de Megan Jorgensen.
L’atelier du cordonnier dans le village Black Creek Pioneer Village, à Toronto. Photographie de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *