Multiculturalisme

Communauté polonaise

Communauté polonaise

Communauté polonaise au Québec

Située en Europe de l’Est, la Pologne est entourée de la Lituanie, la Biélorussie, l’Ukraine, la République tchèque, la Slovaquie, et l’Allemagne à l’ouest. La république est aussi bordée par la mer Baltique et par une enclave appartenant à la Fédération russe. Varsovie, la capitale du pays, est située dans le centre de la Pologne, région de plaines agricoles qu’irriguent des fleuves comme la Vistule, l’Oder, la Warta et le Bug.

La communauté polonaise a depuis longtemps pris racine au Québec. On est d’avis que le premier immigrant polonais s’installe au Canada en 1752, mais nous ignorons son nom.

En 1795, la Russie, la Prusse et l’Autriche procèdent au partage de la Pologne. Cette assimilation des territoires polonais, la persécution religieuse et une faible économie ont provoqué l’émigration des Polonais. Plusieurs ressortissants polonais choissent le Canada.

En 1776, deux Polonais, August F. Globenski, chirurgien militaire du régiment Hesse-Haynau, et Leveright Pinze, chirurgien des forces auxiliaires du Brunswick, se trouvent parmi les militaires de la Grande Bretagne au Canada. Ces premiers immigrants sont suivis par d’autres militaires, ingénieurs, médecins et financiers.

Par exemple, Sir Casimir Gzowski, constructeur de chemins de fer et activiste social, arrive au Canada des États-Unis en 1842.

En général, on divise l’immigration polonaise au Canada en six vagues importantes: de 1854 à 1901, de 1902 à 1915, de 1916 à 1939, de 1944 à 1956, de 1957 à 1979 et de 1980 à 1993. Cependant, la plupart des Polonais sont venus au Canada lors du grand mouvement d’immigration du début du XXe siècle. Un grand nombre de familles en provenance de villages et de petites villes du territoire occupé par l’Autriche font partie des deux premières vagues.

De 1916 à 1939, la plupart d’immigrants polonais arrivent d’une Pologne indépendante, mais ils s’établissent surtout dans les Prairies. Après la Seconde guerre mondiale, plusieurs anciens soldats des forces armées polonaises qui ont combattu contre le nazisme, des anciens détenus de camps de concentration ou de camps de travail nazis, ainsi que des réfugiés de la Pologne communiste arrivent.

La dernière vague de 1981 à 1993, est causée par la grave crise économique et politique en Pologne, mais la plupart de ces nouveaux arrivants s’établissent en Ontario.

Au Canada, selon le recensement de 2006, le polonais est la langue maternelle de plus de 217 mille Canadiens. Le Congrès polonais regroupe environ 160 organismes indépendants dont le nombre de membres varie de dizaines à des milliers de personnes.

Au Québec, en 2001, environ 47 mille résidents se sont déclarés d’origine ethnique polonaise, dont plus de 60% étaient nés au Canada. De tous les Québécois d’origine ethnique polonaise, environ 28% se sont installées ici avant 1961 et plus de 30 % entre 1981 et 1990, alors que moins de 7% sont de l’immigration récente. De cette façon,  plus de la moitié des membres de la communauté polonaise âgés de 15 ans et plus, sont de la deuxième et de la troisième génération.

À Montréal tout en se faisant discrète, les gens d’origine polonaise sont disséminées aux quatre coins de la ville.

Pour ce qui est de la religion, deux tiers de membres de la communauté polonaise sont de religion catholique, environ 15% sont de religion juive et environ 10% ne déclarent aucune appartenance religieuse. À Montréal, on retrouve l’église Notre-Dame-de-Czestochowa, dont les paroissiens sont d’origine polonaise. Il s’agit d’une église dans le style néogothique flamboyant, érigée selon les plans de Henri S. Labelle et Zygmund Kowalczuk. Cette église appartient à la communauté polonaise de Montréal fondée par Bernard Kazmiercyk, franciscain conventuel.

Au fait l’Église catholique a joué un rôle très important dans la vie du peuple polonais et pour plusieurs immigrants, l’Église constituait, dans le passé, le seul contact avec leur mère patrie et sa culture. Les prêtres se font conseillers, défenseurs, porte-parole, chefs religieux et communautaires. Les catholiques des communautés polonaises observent encore les coutumes de Noël, du Carême, de la semaine sainte et de Pâques.

pologne

Immigrants polonais en route en 1911. Photo de William James Topley, source Bibliothèque et archives du Québec, image du domaine public.

Voir aussi :

11 Comments

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *