Montréal: ses attraits

Parc Tiontià:Ke Otsira’kéhn

Parc Tiontià:Ke Otsira’kéhn

Parc Tiontià:Ke Otsira’kéhne (anciennement le parc du Sommet d’Outremont)

Prononciation du nom de ce parc : djodjâgué otchira’guéné.

Ce nom a été choisi par les trois conseils Mohawks de la région de Montréal (Kahnawà:ke, Akwesasne et Kanehsatça:ke). Ce nom signifie : autour du feu, sur l’île où le groupe se sépare.

En choisissant d’inclure ce nom à la toponymie, la Ville de Montréal reconnaît la place importante que les peuples autochtones ont occupée et occupent toujours dans l’histoire et le développement de la métropole.

La nouvelle appellation a été choisie par les trois communautés mohawks de la région de Montréal, soit Kahnawake, Kanesatake et Akwesasne. Elle signifie « autour du feu, sur l’île où le groupe se sépare ».

Avec ce nouveau toponyme, la Ville de Montréal reconnaît la place essentielle que les peuples autochtones ont occupée et occupent toujours dans l’histoire et le développement de la métropole.

Le sommet d’Outremont du Mont-Royal, aussi connu sous le nom de Belvédère Outremont, se trouve entre les arrondissements d’Outremont et de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, à l’ouest du Cimetière Mont-Royal et au sud de la station de métro Édouard-Montpetit. Il s’élève à 215 mètres du sol et est un peu moins élevé que le Mont-Royal, dont la hauteur est de 233 mètres.

Les amateurs d’activités de plein air peuvent notamment effectuer des randonnées dans ce parc.

L’atténuation des impacts de l’agrile du frêne

La Ville de Montréal déploie des efforts importants pour contrôler les populations de l’agrile du frêne. La forêt urbaine est un bien collectif inestimable que nous devons protéger et mettre en valeur. Favorisez sa croissance et sa viabilité en respectant la réglementation et en demeurant dans les sentiers.

L’abattage des frênes

Les frênes dépérissants ou morts à cause de l’agrile ainsi que les arbres dangereux doivent être abattus pour assurer la sécurité des usagers du parc.

Comme certains sentiers qui parsèment le territoire du parc seront fermés pendant cette opération, l’administration du parc recommande de bien vérifier la signalisation.

La restauration des milieux

Après les travaux d’abattage, la Ville restaurera les sites en plantant des végétaux (arbres et arbustes) pour refermer les trouées là où la régénération naturelle sur le site sera insuffisante.

La protection des frênes en zones aménagées

Les interventions de la Ville de Montréal ont permis de maintenir en santé un peu plus de 70 000 frênes situés en bordure de rue, dans les parcs locaux et sur les propriétés privées.

Attention au Lenusic !

Une légende circule au sujet d’un monstre qui hanterait les eaux du lac aux Castors. On raconte que pendant les travaux de réaménagement du site il se serait réfugié dans une grotte secrète. (Cette légende a été rédigée par Lenusic, mieux connue comme Megan Jorgensen, l’une des auteurs du site Web GrandQuebec.com. Aujourd’hui, la légende est devenue une partie inaliénable de l’histoire du Québec. 

Lac aux Castors en juin 2020, après les travaux de réparation et d'entretien de l'espace. Photo de Megan Jorgensen.
Lac aux Castors en juin 2020, après les travaux de réparation et d’entretien de l’espace. Photo de Megan Jorgensen.
Bancs et la zone de détente autour du lac aux Castors. Photographie de Megan Jorgensen.
Bancs et la zone de détente autour du lac aux Castors. Photographie de Megan Jorgensen.
Un panneau avisant les passants du danger du monstre du lac aux Castors connu sous le nom de Lenusic. Photo de Megan Jorgensen.
Un panneau avisant les passants du danger du monstre du lac aux Castors connu sous le nom de Lenusic. Photo de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *