Économie en vrac

Marché central de Montréal

Marché central de Montréal

Marché central de Montréal et son histoire

Le Marché central de Montréal est l’un des centres commerciaux les plus vastes au Canada. En effet, la superficie totale des commerces de cet espace est de plus d’un million de pieds carrés. On y compte de dizaines de locataires. Le Marché central accueille plus de 10 millions de visiteurs par année et il forme, avec le centre commercial Rockland un pôle commercial majeur de la métropole québécoise. Ainsi, ce site est reconnu comme l’un des plus grands mégacentres du Canada entier.

Le Marché central est situé dans l’arrondissement montréalais Ahuntsic-Cartierville le quadrilataire borné au sud par le boulevard Crémazie, au nord par la voie ferrée du Canadien National, à l’ouest par le boulevard de l’Acadie et à l’est par la voie ferrée du Canadien Pacifique. Il a une localisation exceptionnelle, entourée de l’autoroute 15 et de l’Autoroute 40 (l’autoroute métropolitaine), à l’intersection de ses deux autoroutes et est donc facilement accessible en voiture.

Historqieument, le Marché central de Montréal débute ses activités en 1950, lorsque plusieurs maraîchers de Montréal quittent le Marché Bonsecours (dans le Vieux-Montréal) devenu trop petit et peu accessible aux résidents de la ville. Cependant, même s’il a existé pendant des décennies, son impact sur la vie économique du Québec n’a pas été important. C’est à partir de 1992 que la Congrégation des Sœurs du Bon-Pasteur de Québec investit dans l’achat du Marché central. Par la suite, les sœurs, qui avaient un intérêt considérable dans le projet de construction, s’étaient fait convaincre par des fraudeurs de garantir deux prêts au Marché central totalisant 61 millions de dollars. Quand le détournement de fonds a été mis au jour, les banques ont rappelé les prêts, que les religieuses ont dû rembourser, non sans déposer un protêt. Pour éviter la catastrophe financière, les bonnes sœurs ont négocié toutes les créances et racheté l’entreprise en faillite et terminé elles-mêmes la construction du Marché central.

Après maintes péripéties, les Soeurs du Bon-Pasteur ont revendu en janvier 2005 le Marché central à profit pour la somme de 302 millions à la British Columbia Investment Management Corporation (BCI). C’est le Groupe immobilier QuadReal, dont le siège social est situé à Vancouver, en Colombie-Britannique, une société mondiale d’investissement, d’exploitation et de développement immobilier, qui gère les programmes immobiliers et hypothécaires de la British Columbia Investment Management Corporation, l’un des plus importants gestionnaires d’actifs au Canada, avec un portefeuille de 153,4 milliards de dollars. Au total, QuadReal gère un portefeuille de 37,6 milliards de dollars couvrant 23 villes mondiales dans 17 pays. La société cherche à générer de forts rendements d’investissement tout en créant des environnements durables qui apportent de la valeur aux personnes et aux communautés qu’elle dessert. Maintenant et pour les générations à venir.

Aujourd’hui, le Marché Central se distingue par une douzaine d’entrepôts de hautes marques : Aldo, BESTSELLER Brande, Calvin Klein, Dynamite, Garage, Guess, La Vie en Rose, Levi’s, Nike, Puma, SAQ Dépôt et Tommy Hilfiger. 

Notons que le Marché Central détient la certification BOMA BEST — programme qui évalue la performance et la gestion environnementales des immeubles commerciaux. Le Centre s’implique en effet activement dans la protection de l’environnement, et a mis de l’avant plusieurs initiatives efficaces : économie d’eau, restriction des pesticides, économie d’énergie, promotion des sacs réutilisables, recyclage, compostage, etc.

Depuis 2017, Marché Central appuie BUNKR, un village éphémère qui offre aux entreprises, commerçants et artistes du coin une vitrine pour exposer leurs créations, en plus de permettre aux citoyens de se rencontrer Et ce ne sont que quelques exemples des initiatives menées par le Marché.

Vue général du Marché Central de Montréal. Photo de Megan Jorgensen.
Vue général du Marché Central de Montréal. Photo de Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *