Ecologie et environnement

Lac des Battures

Lac des Battures

Lac des Battures du boisé du Domaine Saint-Paul

Le boisé du Domaine Saint-Paul – Des milieux humides du lac des Battures

Le lac des Battures est désigné comme un habitat essentiel du Petit Blongios en vertu de la loi fédérale canadiennes sur les espèces en péril. Toutefois, il peut être difficile à observer par son habilité à bien se camoufler dans les hautes herbes. Soyez respectueux de son environnement, particulièrement lors de sa période de reproduction, qui s’étend de début mai jusqu’au début du mois de septembre.

Bien que d’origine anthropique, le lac des Battures est alimenté par les eaux souterraines et les eaux de pluie et assure aujourd’hui un rôle écologique essentiel pour de nombreuses espèces animales et végétales, dont le petit blongios.

Les belles du printemps : Dès la fonte des neiges, vous pouvez admirer la spectaculaire flore printanière du boisé du Domaine Saint-Paul en autour du lac.. Dépêchez-vous de les observer, car ces espèces éphémères disparaissent aussi vite qu’elles sont apparues.

Richesse de notre patrimoine naturel

Les milieux humides font la transition entre le milieu strictement aquatique, dépourvu plantes vasculaires, et le milieu terrestre. Ils sont classés en fonction des caractéristiques écologiques qu’ils présentent, notamment la durée d’inondation.

  1. L’herbier aquatique : L’herbier aquatique est composé d’espèces au feuillage submergé ou flottant, comme les nénuphars et le myriophylle qui peuvent être aperçus dans le ruisseau derrière le belvédère du lac des Battures.
  2. Le marais : Les plantes qui poussent dans le marais, comme les quenouilles, ont les pieds dans l’eau mais le feuillage en émerge.
  3. Le marécage : Le marécage subit des inondations saisonnières et des crues. C’est pourquoi il abrite des espèces d’arbres et d’arbustes hydrophiles, c’est-à-dire adaptées aux sols inondés et humides.

Un envahisseur coriace!

Depuis les années 90, le roseau commun a graduellement envahi la ceinture de végétation du lac des Battures.

Son caractère dominant empêche les espèces indigènes de croître et sa valeur pour la faune serait moindre que la végétation qu’il remplace. Bien que cette espèce soit indigène à l’Amérique du Nord, les recherche scientifiques suggèrent que la souche envahissante est en fait introduite d’Europe.

Le marécage : un élément important du boisé du Domaine Saint-Paul

Le remblayage effectué dans les années 60 à la pointe sud-ouest de l’île des Sœurs a coupé le lien entre le boisé et le fleuve Saint-Laurent, dont les crues inondaient auparavant le parterre du boisé chaque printemps.

La forêt du boisé constitue le vestige de marécages qui couvraient autrefois cette partie de l’île. Bien que son écologie ait été modifiée, la forêt conserve encore son caractère humide, comme en témoigne la présence de l’érablière argentée et d’espèces tells le symplocarpe fétide.

Le symplocarpe fétide ou chou puant, donne un caractère tropical au boisé en début d’été.

La Matteucci fougère-à- l’Autriche s’empresse de couvrir les mares asséchées en été.

Le Grand héron est un visiteur bien connu de marais du lac des Battures

Des milieux humides en péril

La superficie des milieux humides diminue chaque année au profit du développement agricole, urbain et industriel. Au Canada, près de 70% des milieux humides situés en zone urbaine et agricole ont déjà disparu. Pourtant, les milieux humides nous rendent des services d’une valeur inestimable et comprennent la solution à plusieurs problèmes liés à l’eau :

  • ils atténuent l’ampleur des inondations et des sécheresses en absorbant les surplus d’eau et en les relâchant graduellement comme une éponge;
  • ils filtrent l’eau pour en retenir les sédiments, les excès de nutriments ou les contaminants, contribuant ainsi à limiter la pollution et les épisodes d’algues bleues;
  • ils réduisent l’érosion des berges en freinant le courant et en retenant les particules de sol;
  • ils sont un milieu de vie essentiel pour une multitude d’espèces végétales et animales.

Les mares printaniers

Le faible relief de la zone empêche le drainage. Dans certains endroits, la nappe souterraine donne lieu aux mars au printemps.

Ces mares sont colonisées par une faune particulière – certaines amphibiens, comme la Grenouille des bois, profitent de l’absence des poissons, prédateurs de leurs œufs, pour se reproduire. Les jeunes des espèces adaptées à cette environnement ont un développement rapide, puisque la mare s’assèche en été et est alors remplacée par de luxuriantes fougeraies.

Lac des Battures. Photo de GrandQuebec.com.
Mare en bordure du lac des Battures. Photo de GrandQuebec.com.

Vous devez vous enregistrer pour ajouter un commentaire Login

Laissez un commentaire