Histoire de Montréal

Suspension d’un capitaine de police

Suspension d’un capitaine de police

Le Capitaine Tremblay Suspendu

D’importants changements sont annoncés dans l’état-major de la police – des promotions

Montréal, 9 mai 1930. Nous apprenons de source officielle que le capitaine détective Adolphe Tremblay, de la Sûreté, a été suspendu de ses fonctions par ordre du Comité Exécutif.

Aucune raison n’a été donnée pour la suspension du capitaine, mais on croit que cette suspension est venue à la suite de l’enquête que poursuit actuellement le comité, qui en serait venu à cette décision après avoir reçu certains rapports contre le capitaine Tremblay le jour des dernières élections municipales, le
7 avril dernier.

Le capitaine Tremblay est au service de la police depuis dix-sept ans et a été nommé capitaine il y a un an. Il est en charge de l’escouade des pickpockets et s’occupe particulièrement des mauvais livres et des théâtres. ,

On ne sait pour combien de temps le capitaine Tremblay a été suspendu.

Profond malaise

Cette suspension à créé un profond malaise dans les rangs de la Sûreté. De nombreux noms de détectives ont été couramment mentionnés comme devant être démis de leurs fonctions ou suspendus à la suite du travail qu’ils ont fait pendant la journée du 7 avril.

Sur un total de 80 membres, dont se compose la Sûreté, à peine un tiers n’est pas dans l’inquiétude et est confiant que rien ne peut affecter sa position.

Naturellement, les administrateurs de la ville n’ont menacé aucun des membre de ce service et ont déclaré en plusieurs occasions que
l’enquête qui se poursuit serait impartiale et que justice serait rendue.

Plusieurs noms mentionnés

On a mentionné en outre du capitaine Tremblay, les noms de plusieurs officiers et détectives comme devant être démis, mais personne ne sait au juste ce qui sera fait.

D’après les renseignements que nous avons pu obtenir, plusieurs autres changements très importants seraient opérés à la Sûreté et dans le corps policier,

Cependant, il semble maintenant assuré que les administrateurs de la ville semblent très satisfaits de la manière dont le chef Langevin et ses principaux lieutenants ont administré leurs services respectifs.

L’état-major

D’importants changements sont annoncés depuis longtemps dans l’état-major de la police, mais aucune nomination ne sera faite avant au moins quelques jours.

Le seul changement qu’il y a jusqu’à présent est que la démission de l’inspecteur Alphonse Morin, de la division Nord, donnée depuis le mois d’août dernier, à été acceptée par le chef de police. L’inspecteur Morin prendra donc sa retraite prochainement après 37 ans de bons services dans la police,

L’inspecteur Napoléon Bricault prendrait aussi sa retraite et le nouvel état-major de la police serait composé comme suit :

  • DIRECTEUR. — Le chef Hulbrit Langevin.
  • SOUS-CHEF. — L’inspecteur Joseph Lefebvre.
  • INSPECTEURS. — L’inspecteur Arthur Maranda: l’inspecteur R. Lemire, de la Sûreté, l’inspecteur T. Kavanagh; le capitaine E. Bilodeau, le capitaine J. E. Childs, le capitaine J. E. Gagnon; le capitaine Desrosiers.

Les quatre derniers sont actuellement capitaines et seraient promus la semaine prochaine.

Autres promotions

En plus des changements dans l’État-major, de nombreuses promotions seraient faites dans les rangs. Il y aurait une vingtaine de capitaines et de lieutenants à nommer. Plusieurs constables deviendront sergents. Un certain nombre d’anciens, faisant partie de la police depuis vingt ans et plus, recevront leur pension de la ville. Le directeur Langevin est aussi actuellement occupé à recevoir les applications de 125 nouveaux constables dont l’exécutif a autorisé l’engagement.

Police
Policiers de Montréal en 1918. Photographie libre de droit.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *