Histoire de Montréal

Projet de la Cité judiciaire

Projet de la Cité judiciaire

La construction de la Cité judiciaire de Montréal commence

Après tout, ça valait la peine de démolir les beaux vieux édifices compris dans le triangle St-Jacques, St-Laurent et Notre-Dame, là o la rue St-Jacques fait un angle obtus en route vers le Vieux Palais. Après tout, ça vaut la peine de tailler dans le vieux Montréal, si c’est pour y bâtir un Nouveau
Monde.

Le Nouveau Monde est tout en hauteur, tout en lumière et en couleur, et essentiellement fonctionnel. Et la justice y aura bonne place . . . même qu’elle y aura SA PLACE.

Le Nouveau Palais restera où il est – et ce qu’il est : une cour criminelle. Quant au Vieux Palais, qui lui fait face, que sera-t-il au juste ? On ne sait pas encore ; on avait parlé d’une re-transformation éventuelle en Cour de Bien-Être social, en musee … mais il semble qu’il accueillera, tout simplement, tout prosaiquement, des bureaux du gouvernement. En enfin, un peu à l’ouest, dans le quadrilatère Notre-Dame, Saint-Laurent-Craig-Saint-Gabriel, une immense place, celle de la justice, au milieu de laquelle s’élèvera un édifice de trente étages flanqué d’un petit édifice de trois étages. Y seront transportés la Cour d’Appel, la Cour Supérieure et la division de faillite, la Cour de Magistrat et les divisions de pratique, la bibliothèque du Barreau et un certain nombre de régies et commissions fédérales et provinciales. Le petit édifice qui, avec ses trois étages, aura, dans ce nouveau monde, la dimension d’un cabanon dans l’ancien monde, comprendra entre autres le bureau d’enregistrement, la Chambre des notaires, etc.

La Place elle, sera cimentée, gazonnée, fleurie, décorée. Bref, ce sera un endroit où un piéton pourra se promener sans avoir l’impression d’être écrasé par la masse de 30 étages ou noyé dans un univers de béton. Un endroit, par exemple, pour Monsieur le Juge, si le sort lui est favorable, de se faire quelques pas en compagnie de la secrétaire de l’avocat Untel. Un endroit dans lequel le plaignant, le huissier, le plaideur, la Couronne et le juge seront, tous, sans exception, réduits au rang des piétons.

Ainsi seront réunis dans un même complexe un Vieux Palais surchargé de fioritures et pourvu de deux ascenseurs inquiétants, un Nouveau Palais qui tente tant bien que mal d’imiter quelque temple antique, et le Nouveau-Nouveau Palais, ce gratte-ciel éclatant, sobre et superbe dans la nudité de ses lignes.

Au sud de l’ex-Red Light, dans le quartier des robineaux, des grands courtiers, des marins errants et des journalistes, à l’endroit dans lequel trônait naguère un bouge qui portait le nom d’une victoire des premiers Canadiens sur les Américains (du temps auxquels ces derniers étaient des révolutionnaires (!) — Carillon, à cet endroit-là, en plein dans le quartier le plus sale, le plus bizarre et le plus charmant de Montréal, on rendra la Justice…

Une architecture fonctionnelle qui va accélérer la procédure judiciaire

Dix-huit mois de recherches, dont trois semaines entières passées au Palais de Justice, à suivre les moindres gestes des avocats. De nombreuses contrées spécialement par le Barreau pour participer à l’élaboration du plan de la nouvelle cour civile.

C’est ainsi que l’équipe d’architectes chargée des plans de la Cité judiciaire (David, consultations avec les comités Barott et Boulva) a préparé projet sur projet, discuté, gueulé, comparé, changé d’idée, travaillé, pour finalement arriver à un plan final, qui a reçu l’approbation tacite de toutes les cours concernées. “D’ici quelques semaines, affirme M. David, nous pourrons le remettre au ministère, les seuls changements qui pourraient être effectués concernéraient des questions de detail.”

Mais leur travail a débordé des cadres de leur profession. Il ne s’agissait pas seulement de bâtir un édifice pour faire démenager dossiers, juges et greffiers, avec de beaux murs lisses et des ascenseurs qui fonctionnent. Mais de voir à ce que la marche des procédures judiciaires soient accélérées, que le travail de chacun soit à la fois plus simple et plus efficace. “Aussi, d’ajouter M. David, avons-nous étudié soigneusement la disposition idéale des bureaux des juges, des couloirs, des salles de greffe, etc. Nos recherches nous ont même conduits jusqu’à envisager l’automation de certaines méthodes du travail”.

Ainsi donc, les travaux d’excavation commenceront d’ici l’été… si toutefois la carcasse de l’ancienne maison Fides finit par tomber sous le pic ou … la dynamite — puisque après une semaine de travail, la structure de béton arm. est toujours debout, envers et contre les compagnies de démolition, envers et contre les exigences du progrès !

‘‘Si l’Expo ne ralentit pas trop la marche de la construction, affirme M. David, ln Cité devrait être terminée au printemps de 1967, Voila qui aura l’heure de faire plaisir a Monsieur Drapeau : les visiteurs de l’Expo pourront admirer notre Cité judiciaire qui sera l’une des plus belles et des plus modernes au monde.

Ministère de la justice et le Champ de Mars. Photo de GrandQuebec.com.
Ministère de la justice et le Champ de Mars. Photo de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *