Histoire de Montréal

Parc Belmont

Parc Belmont

Le Parc Belmont

Les sens el le plaisir

Le célèbre parc d’attractions Belmont bien connu des Montréalais de l’ère pré-numérique, se trouvait à Cartierville, au nord-ouest de Montréal.

Ce grand parc a ouvert ses portes le 16 mai 1923 et est devenu l’un des endroits les plus appréciés des amateurs de manèges, attirant les foules avec sa grande roue ou son carrousel gigantesque. Pendant l’été 1924, les montagnes russes, appelées à l’époque «le scénique» y font une entrée triomphale. Quelques années plus tard, on y introduit «le rotor», «le scooter volant», «le tapis magique», «la pirouette», «le tourbillon», «le caracole», «le rapido», «le marteau», «le petit train», «le safari», «le traban», «la maison hantée» et d’autres attractions qui feront les délices des visiteurs.

Outre ces manèges, le Parc Belmont, c’était aussi les spectacles, les jeux d’adresse, le sideshow, la musique, la danse et le fameux rire tonitruant de la Reine (la Grosse Femme). Chaque été, en juillet, avait lieu le Carnaval des Enfants et toute la ville se donnait rendez-vous aux imposantes portes d’entrée du Parc.

Des centaines de familles se promenaient le long de la rivière des Prairies, imprégnées des odeurs sucrées de barbe à papa.

Au début, le prix d’entrée a été établi à 10 cents pour les adultes et 5 cents pour les enfants. Peu  de gens se souviennent que le Parc Belmont a longtemps été la propriété du père de l’ex-premier ministre Pierre Elliott Trudeau (mais il a été fondé par MM. Louis-Philippe Godin, Ernest Gaudreau, Léon Couture et Edgar Méthot). On y trouvait des kiosques, des manèges et des attractions de toutes sortes, parmi lesquelles des spectacles mettant en vedette des artistes connus. Après plus de 60 années d’existence, le parc Belmont fermera finalement ses portes le 13 octobre 1983.

Les problèmes commencent dès la création de La Ronde, lors de l’EXPO-67, même si en 1972, le Parc Belmont enregistre un nombre record d’entrées, soit plus de 750 000 visiteurs !

Puis, en 1979, deux enfants se sont blessés dans l’accident du manège «paratrooper», les voisins commencent à se plaindre d’activités bizarres pendant la nuit, la police fait quelques descentes… tout cela entraîne une baisse importante de la fréquentation.

Finalement, après 60 ans de vie glorieuse, le Parc Belmont ferme ses portes le 6 septembre 1983 (le 13 octobre, on assiste à la dissolution officielle de la corporation du Parc Belmont The Belmont Parc Co).

Quelques informations sur le parc Belmont

… Au tournant des années 1920. trois hôteliers et un gestionnaire, Ernest Gaudreau, achètent ensemble des lots appartenenat au Docteur Lecavalier, afin d’y aménager un parc. Cartierville, dÉjà reconnu pour être un lieu de villégitaure, est alors fréquenté par la bourgeoisie anglaise de Montréal avec, notamment, le Cartierville Boating Club et le Polo Back River. L’implantation d’un parc incite une tendance des sociétés modernes occidentales : le loisir. Les quatre fondateurs du parc Belmont sont Ernest Gaudreau, Louis-Phlippe Godin, Léon Couture et Edgard Méthot.

… L’entrée principale, située la rue Saint-Léon, a été créée par l’architecte Edgar Prairie en 1931. trois ands plus tard, on agence l’entrée du stationnement, située à l’ouest du site, à celle du parc, en y érigeant des tourelles.

… La majorité des visiteurs viennent au parc Belmont en transport en commun. Que ce soit par train, tramway ou autobus, la descente des passagers au terminus, près du parc, crée un effet de procession jusqu’à l’entrée principale. Le boulevard Gouin Ouest, ainsi que les rues Grenet et Ranger, ont vu des milliers de citadins déambuler jusqu’à la grande entrée du parc Belmont.

… La proximité de la rivière des Prairies est, dès le départ, un attrait majeur du parc Belmont. D’abord un parc champêtre, les gens y viennent pour sortir de la ville et profiter de la nature. Les berges sont un lieu de rassemblement. On y organise également des spectacles.

… En 1923, le parc, qui n’est pas encore clôturé, offre une vue magnifique sur la rivière des Prairies. On vient y pique-niquer, passer du temps en famille ou entre amis.

… Le bateau Miss Belmont offrait aux visiteurs une petite excursion sur la rivière des Prairies dans les années 1950. Una plsicine avec son plongeon invitait des visiteurs. Plus tard elle deviendra la piste de course du parc Belmont.

… Le parc Belmont rime avec amusement et petits plaisirs. Ce lieu évoque pour plusieurs le souvenir d’une odeur, d’une musique, des lumières ou d’une saveur bien particulière. Quant aux plaisirs ressentis, ils sont avant tout liés aux sens et aux émotions.

… Le personnel, comme des Popcorn Boys, abordait les clients pour leur vendre de la nourriture. On trouvait également, sur la place ou tout près sur le boulevard Gouin Ouest, des restaurants. Plusieurs savouraient avec bonheur leur « barbe à papa ».

… Personnage mythique du parc Belmont, la Grosse femme qui rit (Laffing Sal) ne laisse personne indifférent. Si son rire en terrorise certains, d’auters rient de bon coeur en l’entendant.

… Au jeu Water Clown, il fallait viser la bouche du clown pour gonfler un ballon jusqu’à l’explosion. Peu importe l’âge, la magie du parc Belmont opère et, le temps d’une visitemt ous retrouvaient leru coeur d’enfant.

parc belmont

Parc Belmont dans les années 1930. Photographie du domaine public.

Voir aussi :

2 Comments

  1. Claire St-Jean dit :

    Que de beaux souvenirs ,le parc Belmont,Passés avec mes enfants. Le parc Belmont me manque, mais il restera toujours dans mon cœur.

  2. céline lareau dit :

    Dans les années ’70, j’étais adolescente et j’ai souvent choisi d’aller au parc Belmont au lieu de La Ronde. Les raisons principales étaient le prix, la proximité et beaucoup moins de monde qu’a la Ronde. Moins d’attente pour les maneges. On s’y amusait autant…

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *