Histoire de Montréal

Locataires des Habitations Jeanne-Mance veulent la protection

Locataires des Habitations Jeanne-Mance veulent la protection

Habitations Jeanne-Mance : Près de la moitie des locataires ont déjà été victimes de voles

Ils veulent une protection accrue

Une majorité de locataires des Habitations Jeanne-Mance se plaignent de l’absence presque complète de sécurité au sein de ce complexe d’habitations.

Des 407 locataires visités sur une possibilité de 790. au moins 49 pour vent ont révélé à l’Association des locataires que des vols avaient déjà été commis à leur logement dont 30 pour cent par effraction.

Ce sondage réalise en décembre dernier révèle de plus que 53 pour cent des locataires ont note la présence de personnes indésirables dans les corridors que 26 pour cent ont été victimes d’actes de vandalisme et 21 pour cent ont déjà été assaillis par des inconnus.

Fort de ce sondage et appuyé par 96 pour cent des répondants favorables a une amélioration, l’exécutif de l’Association alerta, fin décembre, la Corporation des Habitations Jeanne-Mance afin de corriger la situation.

L’Association des locataires suggéra a l’administration que les portes soient fermées à clé (le minuit jusqu’à 7 heures le malin et qu’au moins cinq gardiens soient embauchés durant la nuit et postés aux endroits stratégiques, soit au niveau des cinq tours d’habitations.

Face à ce problème aigu, l’administrateur dis Habitations Jeanne-Mance, M. Daniel Marsan, indiquait à LA PRESSE que la Corporation avait dévidé depuis deux mois l’embauche d’un second gardien de nuit et qu’une étude était en cours sur la possibilité d’installer un système de sécurité mécanique par intercom.

Les locataires se plaignaient que le seul gardien de nuit était mal situé et peu mobile puisqu’il était posté au 150 Est rue Ontario dans un édifice à l’écart des tours. Il semble qu’il ne pouvait effectuer de ronde sur le terrain puisqu’il devait répondre aux appels téléphoniques.

“Les gens surtout les personnes âgées — elles sont 000 qui résident nu complexe d’habitations — vivent dans la peur » soutient M. Paul Chouinard, responsable du comité des griefs à l’Association des locataires.

Malgré l’absence de sécurité ressentie par une majorité de locataires, le capitaine Langlois du poste de police no 4 affirme que le problème de la criminalité aux Habitations Jeanne-Maine n’est pas plus aigu qu’ailleurs.

Il n’en demeure pas moins que d’après sa situation au centre-ville à proximité des boites où vit une population flottante, le complexe d’habitations est plus perméable à une invasion d’étrangers. Il n’est pas rare pour les locataires de trébucher sur un clochard dans les corridors et d’apercevoir des individus à l’aspect louche déambuler sur les terrains.

Les ascenseurs

Le mauvais fonctionnement des ascenseurs demeure également un sujet de plainte pour les locataires.

On ne compte plus le nombre de fois où les pompiers ont été mandés pour libérer des personnes prisonnières dans les ascenseurs. De plus, les ascenseurs ont la lâcheuse habitude de s’arrêter plus haut ou plus bas que le niveau du plancher occasionnant certaines chutes douloureuses aux distraits.

L’Association des locataires a également demandé qu’on étudié cet aspect de la sécurité car on prétend qu’âpres plus de 15 ans les ascenseurs des 5 tours d’habitation auraient grand besoin d’être modernisés.

La moitié des locataires des Habitations Jeanne Mance interrogés lors d’une enquête récente ont dit avoir déjà été victimes s'est installée chez eux. en particulier chez les retraités. On en compte 600 parmi les 2,400 locataires. Photo de GrandQuebec.com.
La moitié des locataires des Habitations Jeanne Mance interrogés lors d’une enquête récente ont dit avoir déjà été victimes s’est installée chez eux. en particulier chez les retraités. On en compte 600 parmi les 2,400 locataires. Photo de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *