Histoire de Montréal

Investissements pour l’île Ste-Hélène

Investissements pour l’île Ste-Hélène

40 millions pour l’île Ste-Hélène

Le gouvernement fédéral injectera 40 millions $ pour aménager un lieu de rassemblement populaire et un parc dans la partie ouest de l’île Sainte-Hélène et remettre en état l’ancien pavillon américain d’Expo-67, la Biosphère.

Le ministère fédéral de l’Environnement dépensera 17,5 millions pour réparer la biosphère, qui demeurera toutefois « à ciel ouvert », et à aménager d’ici à 1993 un Centre d’interprétation sur l’eau et l’environnement.

D’ici à l’an prochain, la structure de la biosphère sera solidifiée et peinte, mais ne sera pas recouverte pour raisons de sécurité et d’économie d’énergie.

Aucun matériau translucide et ininflammable n’a pu être trouvé, a-t-on expliqué, pour redonner au bâtiment l’apparence qu’il avait avant de passer au feu il y a plus d’une décennie. Sur un autre plan, climatiser et chauffer un si grand volume coûterait très cher sur le plan énergétique.

(Texte publié le 29 janvier 1992).

Historique de l’île Sainte-Hélène

Située au milieu du fleuve entre Montréal et Longueuil, cette île, qui a presque 3 km de longueur, 600 m de largeur et une trentaine de mètres d’altitude, a été nommé Saincte Elaine en 1611 par Champlain, sûrement en l’honneur de sa jeune femme, Hélène Boullé (1598-1654), sans qu’il le spécifie – qu’il avait épousée l’année précédente. Il voulait y bâtir une ville, mais il opéra un peu plus tard pour la pointe à Callière. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’île Sainte-Hélène n’a pas été réunie à la seigneurie de l’Île-de-Montréal en 1640, mais à celle de Longueuil que Charles Le Moyne a acquise par morceaux en 1657, 1665 et 1672. Cette île, les îles voisines et les battures devenaient une partie de la seigneurie de Longueur en 1665. Toutefois, l’histoire de ce morceau de terre, où le chevalier de Lévis a brûle une partie de ses drapeaux en 1760 après que Murray eut refusé à ses troupes les honneurs de la guerre, sera liée à l’histoire de Montréal après l’abolition du régime seigneurial dans la deuxième moitié du XIXe siècle. L’île est devenue un parc et un lieu de divertissement à partir de 1874-1875 pour les gens moins fortunés de Montréal ; elle a abrité le Montréal Swimming Club, de 1876 à 1950, et elle a pu recevoir l’Exposition universelle de Terre des Hommes en 1967 parce que Montréal avait obtenu du gouvernement fédéral, en 1908, le droit d’y tenir des expositions.

En 1953, des piscines y furent aménagées et, aujourd’hui, elle renferme un parc public très fréquenté. Le nom Parc Hélène-De-Champlain qui fut attribué en 1966 à la partie sud de l’île, démontre une fois de plus grande stabilité de ce toponyme. En 1991, la Ville de Montréal a intégré le reste du territoire de l’île Sainte-Hélène, ainsi que l’île Notre-Dame pour former une nouvelle entité dénommée Parc des Îles. Aujourd’hui, le parc porte le nom de Jean Drapeau, l’un des maires les plus connus de Montréal.

Face à Montréal, l’île Sainte-Hélène a conservé des pavillons de l’Exposition universelle de 1967 pour en faire un vaste parc de divertissement.

parc drapeau

Le parc Jean-Drapeau aujourd’hui. Photo : © GrandQuebec.com.

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *